Articles avec #rappels tag

Publié le 22 Janvier 2010

Omar ibn Al-Khattab a dit:
 ''jamais un malheur ne m'a frappé sans que je remercie Allah pour quatre choses: le fait que l'épreuve n'ait été plus grave, le fait que l'épreuve ne concerne pas ma religion, le fait que je serai rétribué pour l'avoir endurée, et en pensant que rien ne compte après la mort du Prophète. Et aussi je ne me soucie pas si je me réveille en état de suffisance ou de privation de joie ou de malheur, tant que je me suis réveillé Musulman. "

Rédigé par Fadoua

Publié dans #Rappels

Publié le 9 Décembre 2009

Le bonheur...

Le bonheur est un contentement du coeur, une tranquillité de la conscience, une sérénité de l'esprit, une joie de l'âme, une détente de la poitrine, une rectitude de la moralité, un perfectionnement de la conduite, le tout avec tempérance accompagnée du minimum.

D'où viendrait la tranquillité à quiconque porte atteinte à un musulman ou opprime un esclave?

Extrait de : La femme la plus heureuse au monde, de A'id el Qarni.

Rédigé par Fadoua

Publié dans #Rappels

Publié le 18 Juin 2007

Les deux chemins de la vie

 

Si tu voyages, seul, que tu vois l'intersection de deux chemins: l'un facile, descendant vers la paine, et l'autre difficile, ascendant vers la montagne.

Le premier chemin est goudronné, ombragé par les arbres fruitiers et fleurie. Sur les deux côtés se trouvent des cafés, des lieux de distractions qui offrent tout ce qui plaît au coeur, fait "briller les yeux" et "flatter les oreilles". Un panneau érigé par le gouvernement indique: " Ce chemin est dangereux et périlleux, il se termine par un précipice où la mort est assurée et la perdition certaine".


Dans le deuxième chemin, on rencontre des difficultés, des pierres éparpillées, des épines et des fossés, Son escalade est ardue, la marche y est difficile. Là aussi nous pouvons lire sur un panneau: "Ce chemin malgré son impraticabilité et la difficulté de son parcours, est certainement le chemin juste qui mène à la grande ville et à l'objectif visé".


Lequel des deux chemin suivrais-tu?


Si l'homme donnait libre cours aux penchants de son âme et se laissait guider par elle, il suivrait le premier chemin.
La raison interviendrait pour comparer un plaisir bref et immédiat suivie d'un plaisir éternel, elle préférerait le deuxième chemin.
C'est l'exemple du chemin du Paradis et celui de l'Enfer.



Mes frères, mes soeurs, ne soyez pas aveuglés par la vie ici bas, ne vous attachez pas aux choses matérielles de cette vie éphèmère qui a pour destiné de disparaitre, ne vous fiez pas aux apparences, soyez lucide, et ayez confiance en Allah Az-Zawajal, gardez votre foi toujours plus fraiche chaque jours afin d'être gagnante auprès de notre Créateur insh'Allah!


Qu'Allah Az-Zawajal vous couvre de Sa Miséricorde,

Qu'Allah Az-Zawajal vous favorise,

Qu'Allah Az-Zawajal vous protège tous contre Satan le lapidé.

Qu'Allah vous garde et vous facilite.

Amine.

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Rappels

Publié le 8 Avril 2007

Avec Allah toute la journée ! La prière de consultation (Istikhara) … A-t-elle des signes négatifs et d’autres bons ?? La prière de la matinée (Doha) et le concept de l’aumône à 360 articulations !!

La veillée de la nuit … un secret de cette vie ! Des détails intéressants et des significations multiples … qui permettent d’être avec Allah toute la journée et d’une manière sûre


Ceci est le corps de l’article :

Dans la compilation du Boukhari, rapporté de Jaber, il dit : « Le messager d’Allah nous enseignait la prière de consultation en toute chose comme il nous enseignait une sourate du Coran »

Mon cher frère, regardez bien cette phrase : « en toute chose », oui effectivement, en tout… des choses essentielles aux choses facultatives… Il faut une prière de consultation… Je crains que vous vous soyez mariés sans effectuer une prière de consultation !! Seigneur ! Est-ce possible !? Le mariage est une décision vitale ; comment prenez vous une telle décision sans délégation ? Le prophète (B.S. sur lui) a dit : « La prière de consultation n’apporte que du bien »

Le comment ?

Vous faites deux Rak’at hormis des prières dues, puis vous dites : « Seigneur Allah, je viens prendre conseil auprès de Ta science et prendre force dans Ta force. Je viens Te demander de Ta générosité infinie. Car Tu es capable et je suis incapable, Tu sais et je ne sais pas et c’est Toi le Grand Connaisseur des mondes inconnus. Seigneur Allah, si Tu sais que cette affaire (préciser ici l’affaire) est pour moi une source de bien pour ma religion, pour ma vie ici-bas et pour ma destinée future (ou il a dit : pour mon présent et pour mon future), destine le moi facilite-moi sa réalisation et bénis-la moi. Et si tu sais que cette affaire est pour moi une source de mal pour ma religion, pour ma vie d’ici-bas et pour ma destinée future (ou il a dit : pour mon présent et pour mon future) détourne là de moi et détourne-moi d’elle. Prédestine-moi le bien où il se trouve et inspire moi s’en la satisfaction. »

Notez l’ampleur du besoin en Allah… une invocation qui vous fait sentir beaucoup de significations se résumant en « Je me soumets à la volonté d’Allah ». Qui est-ce qui ne sentira pas la tranquillité et le repos après cette invocation ?!

Certains ne prêtent pas une réelle attention à l’invocation … D’autres disent : « C’est vraiment une belle invocation mais elle est assez longue et nous ne serons pas aptes de l’apprendre par cœur !! ». Qu’Allah soir glorifié ! Mes chers honorables, vous apprenez par cœur des chansons innombrables, il y a mieux ! Vous avez sué et fourni beaucoup d’effort pour apprendre les différentes langues et vous en avez fait preuve de patience ! Mais vous vous arrêtez à cette invocation pour l’étiqueter de « difficile » ! … Elle est longue, vous dites ? Sachez mon frère que c’est vous qui avez besoin de cette invocation et que c’est encore vous qui en tirerez profit…


Abandonniez-vous le bonheur contre le malheur ?


Le prophète (B.S. sur lui) a dit : « La satisfaction des hommes de ce qu’Allah leur a prescrit tient de leur bonheur. La négligence de la consultation d’Allah ainsi que leur insatisfaction manifeste de ce qu’Allah leur a prescrit tiennent de leur malheur »


Qui est-ce qui pourrait faire ceci ?

Parmi les Sunnah qui ne font pas partie des devoirs : la prière de la matinée (Dhoha). C’est une Sunna attestée. Le prophète (B.S. sur lui) était régulier à effectuer cette prière et il inspirait aux gens le désir de la faire en faisant son éloge. Mon cher frère, est-ce que vous faites la prière de la matinée (Dhoha)? Ou non ? Je vous souhaite tout le bien et personne n’est exclut de la bénédiction d’Allah.


Quand est-ce ?

Après vingt minutes du lever du soleil jusqu’avant la prière du Dhohr (prière du milieu du jour) d’une vingtaine de minutes également. Le prophète (B.S. sur lui) a dit : « Pour chacun de ses os, l'homme doit une aumône à chaque jour qui voit le soleil se lever. Chaque glorification d’Allah est une aumône, chaque louange à Allah est une aumône, chaque témoignage d’unicité d’Allah est une aumône, chaque reconnaissance de la grandeur d’Allah est une aumône, ordonner le convenable est une aumône et interdire le blâmable est une aumône. Tout ossement le fait dans deux génuflexions à effectuer le matin ».

Le squelette est constitué des ossements du corps et de ses articulations, soit 360 articulations environ. Mon frère, faites de la charité avec chaque ossement exprimant la glorification, la louange, l’unicité, la grandeur d’Allah, l’incitation au convenable et l’interdiction du blâmable.


Seigneur ! Et qui pourrait faire ça ?!

Seigneur, louanges à Toi pour la prière du Dhoha (La prière de la matinée) avec laquelle nous devenons riches !! Selon Abou Houraïra (Qu’Allah l’agrée) : « Mon ami (B.S. sur lui) m’a recommandé trois choses que je ne raterai jamais du monde : Ne dormir que si j’aurai fait la prière de la génuflexion impaire, ne jamais négliger les deux génuflexions du Dhoha (prière de la matinée) parce qu’elle est la prière des repentants, et jeûner trois jours de chaque mois » ; le contraire des « repentants » étant les négligents.

Mon cher frère, soyez des repentants et faites la prière du Dhoha (prière de la matinée). Le nombre minimal des génuflexions est deux et le maximal est de huit. Selon Om Hani : « Le prophète (B.S. sur lui) a effectué huit génuflexions en une prière du Dhoha (la prière de la matinée) saluant à chaque paire ». Le peu, permanent est mieux que l’abondance discontinue : commençons par deux génuflexions et soyons réguliers à le faire … Vous avez donc beaucoup de charité à donner !!

Une retraite avec Allah

Une grande fatigue, un remarquable effort et une navigation aux confins d’une longue journée remplie d’espoir et de maux et cumulant des charges fatigantes. La bataille continue et ce corps renfermant ce cœur résiste jusqu’à la nuit, là où chaque amant tient un tête-à-tête avec sa moitié et chaque amoureux fait autant avec le bien-aimé. Que de savoureux moments durant lesquels la fatigue s’évapore et le cœur vit ses plus heureux instants. Une nuit paisible … Des cœurs entre les mains d’Allah … des larmes versées de crainte d’Allah. La retraite avec Allah est la véritable vie. Veillons donc la nuit… Purifions nos cœurs parce que seul le cœur croyant supporte les veillées de nuit. Il y a ceux qui ne ressentent pas ces significations. Ils diront alors : « Je ne suis pas régulier à faire ce qui est dû, comment sentirai-je dès lors les veillées de nuit ? » Sachez mon frère que je vous dévoile là l’un des secrets de cette vie : Veiller la nuit en est un. Vous voulez des explications à ce que je vois ! Vous les aurez.


Un miroir unique et une multitude d’images !!

Le cœur de l’homme est un miroir ne réfléchissant que ce qui se trouve face à lui. Tout ce qui est prioritaire, à l’avant de votre cœur a un pouvoir sur vos comportements. Si votre cœur convoite l’argent, vous constaterai que ce dernier dicte votre attitude et vous devenez dès lors un adorateur de la matière, voire même un vorace. Si votre cœur désire une femme qui n’est pas légale pour vous, vous glisserez vers l’interdit. Allah, que son nom soit glorifié et sublime, dit –ce qui peut être traduit comme : « et non pas ayant des amants clandestins » (TSC1). La femme n’a pas le droit d’avoir « un amant clandestin », c’est-à-dire « un amoureux intime »

Il y a des gens dont les images s’embrouillent devant leurs miroirs, ce qui signifie que leurs cœurs reflètent beaucoup d’images à la fois –ce qui peut être traduit comme : « On a enjolivé aux gens l’amour des choses qu’ils désirent: femmes, enfants, trésors thésaurisés d’or et d’argent, chevaux marqués, bétail et champs; tout cela est l’objet de jouissance pour la vie présente, alors que c’est près d’Allah qu’il y a bon retour » (TSC)

C’est pour cela qu’on peut se demander : comment un cœur qui reflète tant d’images peut-il refléter celle du « Coran » ? Ou celle de « l’amour d’Allah » ? Une seule action est susceptible de faire cet effet : il s’agit notamment de veiller la nuit. Par son biais, il y aura un seul miroir et donc une image unique. Mes chers honorables, celui qui goûte, sait ; et celui qui sait, s’empare, n’est-ce pas ?

La différence entre les deux est pareille à distance entre ciel et terre !

L’impact des veillées de nuit sur les cœurs n’a pas de limites. C’est une autre sensation que les autres ne sentent pas, une influence que les autres ne réalisent pas. La personne est susceptible de pleurer à chaudes larmes durant la prière et elle est susceptible de pleurer à flots quand éclate au ciel l’appel « Allah est le plus grand ». Elle entend et voit par le biais de son cœur vif. Ibn Al Qayim a dit : « Entre les prières de deux hommes se trouvant au même rang, côté à côte, se tenant derrière un même Imam et écoutant les mêmes versets peut y avoir la distance entre le ciel et la terre ». Qu’est-ce qui implique cette différence énorme ? Si ce n’est les images qui se mettent à l’avant du cœur… Eh oui !

Mon cher frère, rappelez-vous : pour avoir une image unique et prioritaire dans votre cœur étant « l’amour d’Allah », vous devez veiller la nuit lorsque le gens sont en profond sommeil !

Un jeune homme a ravivé l’époque des compagnons.

Au mois du ramadhan précédent, je me suis trouvé effectuant ma prière au milieu de la nuit (Tajahod) à côté d’un jeune homme. A peine que l’Imam a dit : « Allah est grand », j’ai entendu, venant du jeune homme, des cris discrets et des voix de quelqu’un qui pleure.

J’étais très surpris !! L’Imam n’a encore rien dit. Quand on a fini la prière, j’ai dit au jeune homme : « Mon cher frère, ne vous mettez pas en colère contre moi pour ma curiosité mais informez-moi de la cause de vos larmes et cris discrets, quoique l’Imam n’a pas prononcé une seule lettre du Saint Coran ? »

Il m’a surpris davantage par cette réponse : « Quand j’ai répété moi-même « Allah est le plus grand », J’ai eu une peur bleue d’être un menteur en prononçant la phrase dont la source serait mes lèvres et non pas mon cœur ». Il y a parmi nous des gens qui entendent ces paroles comme s’ils étaient cette personne même.

Aimons Allah comme l’aime ce jeune homme sincère… Vous qui avez vécu ici-bas et vous êtes passés à côté du meilleur dedans : aller vers Allah ; veillez la nuit.



1. TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du saint Coran.

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Rappels

Publié le 17 Février 2007

Poème sur la Mère :

Ta mère, si tu savais, détient sur toi un droit éternel !

Tout ce que tu as fait pour elle est peu de chose en parallèle.

Combien de nuits s’est-elle plainte sous le fait de la grossesse !

Sa souffrance fit jaillir lamentations et cris de détresse.

Tu ne peux t’imaginer l’accouchement dans la douleur,

Accablée d’atroces tiraillements qui lui arrachent le coeur !

Elle t’a si souvent purifiée de ses propres mains,

Cette mère dont le giron t’offrit un repos serein.

Elle sacrifiait tout pour toi lorsque tu te lamentais,

Et en son sein une boisson pure dont tu te nourrissais.

Combien s’est-elle affamée par compassion et tendresse

T’offrant son pain quotidien pendant ta prime jeunesse.

Tu l’as perdue lorsque par ignorance tu as mal agi,

Tu as trouvé le temps long, mais si courte est la vie !

Misère à celui qui possède toute sa raison et suit son bon vouloir,

Dont le coeur est aveugle et ses yeux ne le privent pas de voir !

Prends garde et convoite ses nombreuses prières,

Car ses invocations te sont plus que nécessaires…




Ibnou Omar" raa "vit un homme yéménite tourner autour de la maison (sacrée) portant sa mère derrière son dos.
Cet homme dit : « Je suis pour elle un doux chameau, si d’autres montures se fatiguent de ton poids, moi je ne m’en lasse pas. Allah est mon Seigneur, plein de majesté et il est le plus grand. Je l’ai portée plus qu’elle ne m’a porté. Trouvestu, 

O Ibnu Omar, que je lui ai bien rendu (le bien qu’elle m’a donné) ? » Il répondit : « Non, même pas le moindre gémissement (que tu lui as fait subir) ! »

Il y a non seulement ce qu’on a mentionné, mais, être bon envers sa mère a pour conséquence l’expiation des grands péchés. L’imam Ahmad a dit : « être bon envers ses parents a pour conséquence l’expiation des grands péchés. »

On interrogea Ibnu ‘Abbâss "raa" au sujet d’un homme qui a tué sa femme. On lui demanda : « comment pouvait-il se repentir ? » Il répondit : « Si ses parents sont vivants, qu’il soit bon envers eux tant qu’ils sont encore en vie ; peut-être qu’Allah lui pardonnera. » Il donna la même réponse pour le repentir de celui qui étudia la sorcellerie.
Ô communauté des croyants, combien le musulman a-t-il passé d’heures à rendre service à ses parents ! Par ce geste, Allah lui a pardonné ses péchés, ses fautes et le libéra des soucis et des chagrins. Combien de fils bienfaisants et de filles bienfaisantes qui quittent leurs parents en les ayant salués ou après leur avoir adressés de douces paroles ou après leur avoir offerts un modeste présent, ont vu les portes du ciel s’ouvrirent de par les invocations exaucées de leurs faibles parents âgés.

Craignez donc Allah au sujet de vos parents, notamment s’ils ont atteint la vieillesse et leurs os se sont affaiblis et leurs têtes se sont garnies de cheveux blancs. Mais aussi, s’ils ont atteint un stade où ils te regardent comme celui qui attend une bouchée rassasiante de nourriture ou un petit don gratifiant.
Malgré le grand amour, l’affection et l’effusion de tendresse des parents envers leurs enfants, on voit et on entend tant de situations de désobéissance, d’ingratitude, de surprenantes méchancetés, de brutalités terrifiantes, de maltraitances et de mauvaises relations.

source: http://verteux-musulmans.over-blog.com

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Rappels

Publié le 2 Février 2007

Salam alaikoum, voici un petit rappel bénéfique à chacun de nous inchAllah.

En une minute, vous pouvez réciter la Fatiha 3 fois. Certains ont recensé les mérites de la lecture de cette sourate et en ont découvert plus de 600. Si vous la réciter trois fois, vous obtiendrez plus de 1800 bienfaits en une seule minute.

En une minute, vous pouvez réciter la sourate de la sincérité 20 fois. Or une seule récitation de cette sourate équivaut à la récitation du tiers du Coran. Si vous la lisez 20 fois, c'est comme si vous aviez lu le Coran 7 fois. Si vous la lisiez chaque jour 20 fois en une minute, vous la réciteriez 600 fois par mois et 7200 fois par an. Ce qui génère une récompense égale à celle de la lecture du Coran 2400 fois.

En une minute, vous pouvez lire une portion du Livre d'Allah.

En une minute, vous pouvez apprendre par cœur un court verset du Livre d'Allah

En une minute, vous pouvez dire : « Il n'y a de dieu qu'Allah seul sans associé. La royauté et la louange lui appartiennent. Il est omnipotent » 20 fois. Sa récompense équivaut à celle de l'affranchissement dans le chemin d'Allah de 8 esclaves issus de la descendance d'Ismaël

En une minute, vous pouvez dire : « Gloire à Allah, louange à lui » 100 fois. Or quiconque dit cela, obtient la rémission de ses péchés, fussent-ils aussi abondants que l'écume de la mer.

En une minute, vous pouvez dire : « Gloire et Louange à Allah, gloire à Allah, l'Incommensurable » 50 fois. Ces deux mots (phrases) sont légers sur la langue mais très lourds sur la balance, et très aimés du Clément, d'après ce qui a été rapporté par Boukhari et Mouslim.

Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « le fait de dire : « Soubhana Allah, -wal hamd lillah, - wa laa ilaha illa Allah, - wa Allah akbar » m'est préférable à tout ce qu'éclaire le soleil » (rapporté par Mouslim. En une minute, vous pouvez répéter ces phrases plus de 18 fois. Or ces mots représentent les meilleures paroles pour Allah car ils sont les meilleures paroles et ils pèsent lourds sur la balance d'après ce qui a été rapporté dans les hadiths authentiques.

En une minute, vous pouvez dire : « Laa hawla wa laa quwwata illa billahi al aliyyi al-azim » plus de 40 fois (il n'y pas moyen ni force qu'en Allah). Ceci constitue un trésor parmi les trésors du paradis d'après un hadith rapporté par Boukhari et Mouslim comme il est un grand moyen permettant d'endurer les grandes difficultés et de mener les grandes actions.

En une minute, vous pouvez dire : « Laa ilaaha illa Allah » 50 fois (Il n'y a de dieu qu'Allah). Or cette phrase constitue la plus importante parole. Car elle contient le mot de l'unicité divine, le bon mot, la parole éternelle. Celui qui en fait sa dernière parole ici-bas entrera au paradis. Ceci est une indication parmi d'autres qui montrent son mérite et sa grandeur.

En une minute, vous pouvez dire : « Souhaana Allah wa bi hamdihi, adada khalqurhi wa ridha nafsihi wa zinata arshihi wa midada kalimatihi » plus de 15 fois (Gloire et louange à Allah à répéter un nombre de fois égal à celui de Ses créatures, de façon à l'agréer et pour une quantité équivalent au poids de Son trône et pour une quantité équivalent à l'encre servant à écrire Ses mots ». Ces mots font mériter un récompense plusieurs fois plus importante que celle de la glorification et du rappel d'Allah, comme cela a été rapporté du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) d'après un hadith authentique.

En une minute, vous pouvez demander pardon à Allah le Puissant et Majestueux plus de 100 fois en employant la formule : astaghfirou Allah. Et vous n'êtes pas sans savoir le mérite de la demande de pardon. En effet, c'est un moyen d'obtenir le pardon et l'accès au paradis. C'est encore un moyen d'acquérir une belle provision, davantage de force, l'éradication des épreuves, la facilitation des choses, la descente de la pluie et la procuration de biens et d'enfants. Vous prononcez en une minute un petit mot grâce auquel Allah vous ouvre des portes de biens insoupçonnables

En une minute, vous pouvez prier pour le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) 50 fois en employant la formule : « Salla Allahou alayhi wa Sallam ».

En contrepartie, Allah vous bénira 500 fois car chaque prière pour le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) est récompensée 10 fois.

En une minute, votre cœur peut s'orienter résolument à la louange d'Allah, à Son amour, à Sa crainte, à l'espérance en Lui à avoir désir de Lui. Ce qui vous permet de franchir les étapes de la servitude alors que vous êtes couché sur votre lit ou entrain de poursuivre votre chemin.

En une minute, vous pouvez lire plus de deux pages d'un livre utile et facile à comprendre.

En une minute, vous pouvez entretenir vos liens de parenté par téléphone.

En une minute, vous pouvez lever les mains et utiliser ce que vous voulez en fait de formules de prières générales.

En une minute, vous pouvez saluer plusieurs personnes et leur serrer la main.

En une minute, vous pouvez interdire une mauvaise action.

En une minute, vous pouvez ordonner une bonne action.

En une minute, vous pouvez prodiguer un conseil à un frère (en religion)

En une minute, vous pouvez soulager quelqu'un.

En une minute, vous pouvez enlever un obstacle du chemin.

Profiter de chaque minute revient à mettre tout son temps à profit

Shafi'i (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit :- Quand les gens se livrent à un sommeil profond, je laisse s'écouler mes larmes en répétant en vers de la plus fine poésie : - N'est-il pas de l'oisiveté de laisser passer des nuits de ma vie sans y acquérir un savoir. Enfin, le volume de votre récompense est fonction de votre sincérité et de votre conscience de la présence divine. C'est cela qui multiplie vos bienfaits.Sachez que la plupart de ces actions ne coûte rien. Elles ne requièrent pas la propreté rituelle, ne provoquent pas la fatigue et ne nécessitent pas un effort. Car vous les accomplissez en marchant ou à bord de votre véhicule ,ou couché ou debout ou assis ou entrain d'attendre quelqu'un. Ces actions font partie des plus grands moyens du bonheur, du délatement de la poitrine, de la dissipation des soucis et des troubles.

Puisse Allah nous assister vous et nous-mêmes à faire ce qu'Il aime et agrée. Puisse Allah bénir notre Messager Muhammad.

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Rappels

Publié le 1 Janvier 2007

Bismillahi Rahmani Rahim
 
 
 

A propos des fêtes de noel, jour de l'an, halloween, st valentin, ect...

 
 
 

 

Sommaire

1. Introduction
 
2. Récit sur les échanges de pratiques religieuses
 
3. Propos de l'Imam An-Naysaburi
 
4. Minimiser l'interdit revient à l'enfreindre
 

5. Propos de l'Imam Ibn Kathir

6. Prise de conscience dans le suivi du Prophéte

 

 
 
 

1. Introduction

 

 
 
Concernant les fêtes païennes et religieuses non islamique, à savoir entre autres:
 
 
- Noel
 
- Le jour de l'an
 
- Pâques
 
- Halloween
 
- La saint valentin
 
- L'ascension
 
- Ect…
 
 
La religion du musulman est l'Islam, il a donc ses fêtes qui lui sont propres, tout comme les adeptes de religions ont les leurs.
 
 
La question que nous sommes en droit de nous poser:
 
Pourquoi moi en tant que musulman suis-je constamment harcelés, suis-je la cible d'un prosélytisme incessant vers leurs religions (christianisme, judaïsme, etc.), alors que pour l'Islam, c'est à peine si on supporte son existence, et que l'on nous qualifie de prosélyte, voir même d'extrémiste si on ose dire "non je ne veux pas fêter noël et le jour de l'an, parce que je suis musulman" ?
 
 
Certains parmi nos frères et sœurs, qui débutent dans leur spiritualité, dont la foi commence à s'ancrer, ne verront certainement pas en quoi il y a un mal à fêter noël et le jour de l'an, voir même la st valentin, Halloween, etc.…
 
 
Alors saches mon cher frère, ma chère sœur, que ce n'est pas notre nouvelle année.
 
Nous les musulmans nous avons NOTRE calendrier : le calendrier hégirien.
 
C'est Allah et Son Prophète qui l'ont instauré. Ni moi, ni toi, ni personne d’autre.
 

Le calendrier auquel tu fais allusion, c’est le calendrier « grégorien ». Nous, nous ne le reconnaissons pas, et nous ne nous mélangeons pas notre religion avec ce par quoi le Prophète n'est jamais venu.

 

 
 
 

2. Récit sur les échanges de pratique religieuse

 

 
 
A La Mecque, les polythéistes étaient bien embarrassés avec cette nouvelle religion que prêchait et prônait le nouveau Prophète. Les dignitaires de la ville, étaient manifestement très gênés de voir qu'une partie de la population avait délaissés les pratiques païennes hérités de leurs ancêtres pour suivre la religion de Mouhammad.
 
 
Ne sachant pas trop comment y mettre un terme, les maîtres de La Mecque allèrent à lui en vue de lui proposer un pacte, un échange, religieux, dans le but de trouver un consensius dans les pratiques. Ils lui proposèrent de pratiquer sa religion et la leur une année sur l'autre, de manière alternative. Le but étant de l'amener, ainsi qu'à ses compagnons de foi, d'une part, de les sortir de leur religion, mais surtout à les amener à prendre l'habitude de désobéir aux préceptes islamique en se cachant derrière le pretexte de l'échange des religions et de l'ouverture d'esprit.
 
 

Aussi bien pour le Prophète que pour les époques à venir, Dieu fit savoir à travers la sourate suivante, prévu à cette effet comment il fallait agir face à cette situation.

 

 
 
 

3. Propos de l'Imam An-Naysaburi

 

 
 
Le très grand Imam, Asheykh An-Naysaburi nous délivre son explication:
 
 
1.Dis : "Ô vous les infidèles !
 
Qul ya ayyuha alkafiroona
 
 
2. Je n'adore pas ce que vous adorez.
 
La aAAbudu ma taAAbudoona
 
 
3. Et vous n'êtes pas adorateurs de ce que j'adore.
 
Wala antum AAabidoona maaAAbudu
 
 
4. Je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez.
 
Wala ana AAabidun maAAabadtum
 
 
5. Et vous n'êtes pas adorateurs de ce que j'adore.
 
Wala antum AAabidoona maaAAbudu
 
 
6. A vous votre religion, et à moi ma religion".
 
Lakum deenukum waliya deeni
 
 
Elle fut révélée au sujet d'un Raht "[groupe] des Qouraichites qui dirent:
 
"O Mouhammad ! Allhons nous suivre ta religion et la notre ? Adores nos divinités une année et nous adorons ta divinité la même durée. Ainsi, si ce que tu nous a apporté est meilleur que notre religion, nous l'aurions alors partagé avec toi, sinon c'est toi qui aurais partagé avec nous en prenant ta part.
 
 
- Qu'Allah me protège leur dit le Prophète ! Je ne lui fais aucun associé".
 
 

Après qu'Allah fit descendre "Dis : "O vous, les infidèles !" […] jusqu'à la fin de la sourate, le messager de Dieu se dirigea au matin vers la Mosquée Sacrée où les nobles de Qoureych et la leur récité jusqu'à la fin. A ce moment les Qouraychites désespérèrent de lui [qu'il fasse ce qu'ils lui avaient proposé].

 

 
 
 
 

4. Minimiser l'interdit revient à l'enfreindre

 

 
 
Graduellement, cette minimisation de l'outre passement de toutes les protections que Dieu à mis pour notre intérêt morale, éthique, spirituel, mais également aussi pour notre intégrité physique ; il suffit pour cela de voir les repas gargantuesques qui sont délivrés, la consommation à outrance, alors que des gens souffrent de la faim sur le pas de leurs portes ; amènera à une totale banalisation de la pratique de ces fêtes interdites.
 
 
Ce qui permet au diable de progresser dans son plan, qui consiste à retarder la réflexion du musulman sur soi-même, voir même à éteindre ce devoir qu'à le musulman de revenir à Dieu et à Son Prophète en cas de litige. Et même pire que cela encore : Au lieu de se remettre en question, de revenir à Dieu, nous nous mettrons à être partisan de ceux qui les fêtent. Puis toujours dans la continuité de son programme (du chaytane), tôt ou tard, seront fêtés pâques, puis ceci puis cela et encore ceci et encore cela jusqu'à ce que l'on fête toutes les fêtes chrétiennes et de toutes les religions dans nos maisons de musulmans, tout en ne prenant jamais le temps de connaitre, d'apprendre les règles, les conditions de nos propres fêtes.
 
 
La ilaha illa Allah, à quel point nous sommes arrivés aujourd’hui, à force de se dire « laisses, ce n'est pas grave »,
 
 
Allah dans Sa grandeur et Son amour pour nous, nous a appris la manière de nous protéger, de protéger nos frères et sœurs, protéger nos familles, nos couples, nos enfants, nos voisins, notre religion, notre communauté…
 
 

Le verset du Coran "à eux leurs religions et à nous la notre", est en réalité un bouclier de protection en notre faveur.

 

 
 

5. Propos de l'Imam Ibn Kathir

 

 
 
Le très grand Imam mouffassir (exégète) du Coran dont la renommée a traversé les époques, et sur lequel tous les savants postérieur à son époque se base pour fonder leurs leçons, dit ceci dans son exégèse (tafsir):
 
 
Jâbir : L’Envoyé a récité cette sourate et la sourate de la Religion foncière dans les deux rak’a des tournées. Abu Hurayra : L’Envoyé a récité ces deux sourates dans les deux rak’a du J’ajr. Il est rapporté dans le hadith que cette sourate équivaut au quart du Coran. At-Tabarâny : Quand l’Envoyé se mettait au lit, il récitait cette sourate.
 
Al-Hârith b. Jabla :
 
« O Envoyé de Dieu, ai-je dit, apprends-moi quelque chose que je dirai à mon sommeil.- Quand tu te mets au lit la nuit, a-t¬il dit, récite O Dénégateurs : elle est dénonciation de l’associance. »
 
 
Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux
 
(1)Dis: « O dénégateurs
 
(2)je n ‘adorerai pas ce que vous adore
 
(3) non plus que vous n’êtes adorateurs de ce que j’adore
 
(4) ni moi adorateur de ce que vous aurez adoré
 
(5) ni vous adorateurs de ce que j’adore
 
(6)A vous votre religion, la mienne à moi. »
 
 
Celle-là est la sourate qui dénonce les actions des associants.
 
Le verset.Dis : « ø dénégateurs…" :
 
Parle de tout dénégateur sur la terre. Mais ceux à qui s’adresse ce discours sont les dénégateurs de Quraych. Ces derniers ont appelé l’Envoyé à l’adoration de leurs idoles durant une année, pour qu’eux adorassent son Adoré durant une année. C’est pourquoi Dieu a fait descendre cette sourate, dans laquelle Il ordonnait à Son Envoyé de se déclarer innocent de leur croyance.
 
 
Le v : "je n’adorerai pas ce que vous adorez"
 
Signifie : je n’adore pas les idoles.
 
 
Le segment : non plus que vous n’êtes adorateurs de ce que j’adore : non plus que vous n’êtes adorateurs de Dieu l’Unique.
 
Le v. ni moi adorateur de ce que vous aurez adoré : je ne suis pas votre voie d’adoration. Moi j’adore Dieu de la manière que Dieu aime et accepte.
 
Le v. ni vous adorateurs de ce que j’adore : vous ne suivez pas les préceptes de Dieu, pour L’adorer, vous avez plutôt inventé des choses : Ils ne suivent que la conjecture et les passions de l’âme.
 
 
L’Envoyé a en effet dénoncé la croyance des associants, et c’est pourquoi le principe de l’Islam est : Il n’est de dieu que Dieu, tandis que et Muhammad est l’envoyé de Dieu.
 
Autrement dit, il n’y a pas d’adoré en dehors de Dieu, et il n’y a pas de voie d’adoration en dehors de celle apportée par l’Envoyé.
 
 
Les associants vouent à des déités une adoration condamnée par Dieu. C’est pourquoi Il dit :
 
"A vous votre religion, et à moi ma religion."
 
Ce verset est synonyme de : S’ils te démentent, alors dis : « A moi mes œuvres, à vous les vôtres » nos actes sont à nous, à vous les vôtres.
 
 
Selon Al Imam Al-Bukhâry, le segment "votre religion" désigne la dénégation. E le segment "la mienne" désigne l’Islam.
 
 
Selon un autre savant, le v. "Je n’adorerai pas ce que sous adorez" signifie : Je n’adore pas ce que vous adorez, aujourd’hui et le temps qui me reste à vivre.
 
 

Le v. "non plus que vous n’êtes adorateurs de ce que j’adore". Selon les spécialistes de la langue arabe, cette manière de dire fait fonction de confirmation.

 

 
 
 

6. Prise de conscience dans le suivi du Prophète

 

 
 
O mon âme, tu es venu à moi avec l'idée bien pensante qu'il n'y a rien de mal à fêter noël, le jour de l'an, la saint valentin, pâques, Halloween, et toutes les autres fêtes", saches que le Prophète a demande a immédiatement demandé protection auprès de Dieu à l'écoute de cela, et qu'il s'est publiquement désengagé en désavouant leurs fêtes et leurs rites. Donc par là même, je me dois de rappeler à ma propre âme la parole d'Allah :
 
 
Quiconque obéit au Messager obéit certainement à Dieu. Et quiconque tourne le dos… Nous ne t'avons pas envoyé à eux comme gardien.
 
(Sourate 4, verset 80)
 
 
L'application des recommandations divine sur l'exemple de la meilleure créature de l'Univers, à savoir notre bien-aimé envoyé Mouhammad (salla Allahou 3alayhi wa salam) est valable partout et en toute époque, sans aucune exception. Et le fait que l’on habite ici ou ailleurs, à cette époque ou à une autre, ne lève pas du devoir qu'à chaque musulman d'appliquer pleinement sa religion, et il n'est contraint en rien, et cela en aucune manière de suivre et surtout pas de transmettre des pratiques d'une religion qui n'est pas la sienne.
 
 
Lorsque nous sommes confrontés à ce type de situation, à des évènements tels que "noël" ou "le jour de l'an". Le croyant, la croyante doit revenir Au Coran et à la Sounna bienfaisante, pour puiser dans la lumière de la réussite, et être ainsi sur le chemin bien-guider.
 
 
Lorsque le diable vient à ton oreille te dire quelques mots afin de jeter le trouble en toi, que ta raison et ton cœur rassemblent leurs forcent et disent :
 
"Dieu m'a honoré en étant musulman, musulmane. Il a mit à notre disposition les deux fêtes que sont "Al Aid Al fitr (à la fin du Ramadhan) et Aid Al Adh ha" (fête du sacrifice), Dieu sait parfaitement ou je vis, dans quel contexte je vis, à quelle époque je vis.
 
 
Il ne m'a pas opprimé en me mettant dans ce contexte, bien au contraire, c'est le contexte qui correspond le mieux aux capacités de ma personne, à vaincre les épreuves, à contourner les obstacles, à condition bien évidemment de rester fermement attaché au Coran et à la Sounna. Peu importe le regard des gens, il est bien moins pénible à supporter que la désobéissance à Dieu le jour du jugement.
 
A vrai dire, peu m'importe leurs satisfactions, elle est bien moins bénéfique que la course à l'agrément du Tout-Puissant."
 
 
O mon frère, o ma sœur, tourne ton cœur vers ton Seigneur, et dis lui que tu es musulman, que tu es musulmane. Et qu'être musulman, être musulmane, cela consiste à se soumettre pleinement, par la raison, par le cœur, et par le corps aux règles de Dieu. Peu importe l'endroit, peu importe la date et peu importe au milieu de qui je suis.
 
 
Quel fierté d'avoir offert son cœur à Allah.
 
 
Le fait de venir avec l'intention de "simplement" fêter le jour de l'an" et non pas de vouer un culte à autre qu'à Dieu, cela signifie que la personne ne tient pas compte des recommandations de Dieu à travers Ses versets du Coran.
 
 
Il est établit que celui qui obéit au Prophète obéit à Dieu. Conformément à parole Prophétique :
 
D'après Abou Horayra, le Prophète a dit :
 
 
"Celui qui m'a obéit a obéit à Dieu et celui qui m'a désobéit a désobéit à Dieu..."
 
(Al-Boukhari - Volume 9, livre 89, numéro 251).
 
 
Il n'appartient pas aux musulmans d'intervenir sur une affaire à propos de laquelle Dieu et Son Prophète ont déjà tranché :
 
 
Il n'appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois que Dieu et Son messager ont décidé d'une chose d'avoir encore le choix dans leur façon d'agir. Et quiconque désobéit à Dieu et à Son messager s'est égaré certes d'un égarement évident.
 
(Sourate 33, verset 36)
 
 
Quant à ceux qui viennent à toi dans le but qu'il te fasse prendre part à leurs fêtes, il est du devoir du musulman, de la musulmane, de répondre par la plus grande sagesse et la plus grande sociabilité, de respecter les autres pour ce qu'ils sont et pour ce qu'ils pratiquent, respecter leur religion, mais il incombe au musulman et à la musulmane de décliner leurs invitations, cela aussi courtoise soit-elle.
 
 
Le musulman reste musulman dans toutes les circonstances. Louanges à Dieu qui m’aime et m’a appris comment me protéger : Le suivi et l'attachement ferme au Coran et la Sounna.
 
 

 

Source:

 
http://islamoncoeur.xooit.com/t3794-A-propos-des-f%EAtes-de-noel-jour-de-l-an-halloween-st-vale.htm
 
 

 

Source:

 
Asbab Annouzoul (les causes de la revelation du Coran)
 
Abu Hassan Ali Ibn Ahmad Ibn Muhammad Ibn Ali Al Wahidi An-Naisaburi
 
Tafsir du Coran par Al Iman Isma'il Ibn Kathir
 
Hadith authentifié par Al Boukhari

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Rappels

Publié le 27 Décembre 2006

Assalam Aleykoum Wa Rahmatulah Wa Barakatuh


Il est bien évident, et ça tombe sous le sens, que les fêtes instituées par les autres cultes ne nous regardent en rien, nous en tant que musulmans.

Allah le dit dans le Coran en s'adressant aux kouffars "lakoum dinoukoum wa liya dini"

« Oui mais c’est pour le jour de l’an »
Ca n'est pas notre nouvelle année à nous
Nous les musulmans nous avons NOTRE calendrier
Il sagit du calendrier Hégirien. Notre calendrier à nous c'est le calendrier de l'HEGIRE
C'est Allah et Son Prophète qui l'ont instauré. Ni moi, ni toi, ni personne d’autre ;) Le calendrier auquel tu fais allusion, c’est le calendrier « grégorien »
Nous, nous le reconnaissons pas, et nous ne nous mélangeons pas notre rituel avec le leurs.
La loi d’Allah est valable partout sur toute la terre en entière. Et le fait que l’on soit en France, en Belgique, ou autres, ne justifient pas que l’on doit fêter une pratique étrangère à l’Islam.
Lorsque nous sommes confrontés à ce type de situation : on doit bien réfléchir. Et se dire
"mais Dieu m'a mis un calendrier, Dieu sait parfaitement que je suis en France (Belgique, ect)
et alors est ce que c'est l'endroit qui doit faire que je dois me plier aux gens ?
ou alors est-ce que je dois me plier QUE devant Dieu et Ses ordres ?
Musulman = soumis aux règles d'Allah.
Peu importe l'endroit, peu importe la date et peu importe au milieu de qui je suis.
Quand Allah dis quelque chose, on doit tout faire pour prouver à Allah qu'on applique ce qu’Il nous a demandé de faire, pour notre bien-être et notre intérèt.

Quel fierté d'avoir offert son coeur à Allah.
chaytane nous rend normal le jour de l'an, puis ensuite normal de fêter noel, toujours en disant « faut pas être fermé, pas être discriminatoire, moi je suis ouvert »
Quand au fait que l'intention ça soit juste de "fêter le jour de l’an" et non pas de « vouer un culte autre qu'à Allah », ça ne suffit pas, la discussion ne repose pas sur cela,. L’intention, aussi bonne soit-elle n’autorise pas à aller à l’encontre des recommandations de Dieu.
. Sinon alors, si on rentre dans cet état d’esprit, on va se mettre à légitimer le fait que nos frères et sœurs qui fêtent noël sont dans leurs bons droits, puisqu'eux aussi, ils ne vouent pas d'autres cultes qu'à Allah. Puis par extentions, pâques, puis ceci puis cela et encore ceci et encore cela jusqu'à ce que l'on fête toutes les fêtes chrétiennes et de toutes les religions dans nos maisons de musulmans....
Alors que nos propres fêtes à nous, nous ne connaissons même pas leurs dates… la ilaha illa Allah, à quel point nous sommes arrivés aujourd’hui, à force de se dire « laisses c’est pas grave »,
Jusqu'au jour où ça devient normal,
Allah dans Sa grandeur et Son amour pour nous, nous a appris la manière de nous protéger, de protéger nos frères et sœurs, protéger nos familles, nos couples, nos enfants, nos voisins, notre religion, notre communauté…
C'est pour ça qu'Allah nous dit "à eux leurs religions et à nous la notre"
Point final.
Un petit récit histoire de partager tous ensemble notre religion avec une approche qui nous est plus familière dans le sens des propos :

Du temps du Prophète, à La Mecque, les mécréants, ne savaient pas trop comment faire avec le Prophète pour l'empêcher de raconter ses histoires. Les dignitaires de la ville, étaient très embarrassés de voir qu'une partie des gens commençaient à lui prêter attention et même certains à le soutenir....

Ils sont parti le voir (le Prophète) et lui ont proposé:
Ecoutes ya Mouhammad, nous voulons bien pratiquer ta religion, mais toi aussi pratiques la notre (za3ma ouverture d'esprit, tolérance), comme ça, chacun prend de l'autre" cela afin de faire tomber le Prophète dans leurs religions à eux, progressivement doucement, doucement, petit à pet it ...
Et là, Dieu à fait descendre une sourate spécialement pour ça:


1. Dis : "O vous les infidèles !
2. Je n'adore pas ce que vous adorez.
3. Et vous n'êtes pas adorateurs de ce que j'adore.
4. Je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez.
5. Et vous n'êtes pas adorateurs de ce que j'adore.
6. A vous votre religion, et à moi ma religion".


- - - - - - - - -
O toi qui viens négocier pour me dire "viens on pratique toutes les religions à la fois, comme ça tout le monde est content", saches que moi je ne partage pas ce que toi tu adores et que je ne le reconnais pas. Et toi non plus, tu ne reconnais pas ce que moi j'adore. Et jamais je n'adorerais votre culte, et vous de même. Donc, toujours dans la plus grande sagesse et la plus grande sociabilité, je te respecte, et je respecte ce que tu pratiques, vous vous avez votre religion et moi j'ai la mienne.

Le musulman reste musulman dans toutes les circonstances. Lorsque l’on ne sait pas, on ne doit pas minimiser son acte, mais se dire « Hamdoulillaih qu’Allah m’aime et m’a appris comment me protéger -> le Coran et la Sounna

source : http://islamoncoeur.free.fr

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Rappels

Publié le 3 Décembre 2006

L'amour pour ce bas-monde

Notre Prophète (Paix et Bénédiction sur lui) insistait sur notre place véritable de la vie sur terre.

Il enseignait les actes et les paroles. Il rappelait sans cesse que les parures de ce bas-monde ne valent rien auprès d'Allah (Exalté Soit-il) mais que seule, la foi à le plus grand mérite auprès de Lui.

Il affirmait par ces mots :

« Si ce bas-monde valait auprès d'Allah le poids d'une aile de moustique, il n'y aurait pas consenti au mécréant une seule gorgée d'eau » [ Rapporté par Tirmidhî ]

« Ce bas monde par rapport à la vie future s'apparente au geste de l'un de vous qui trempe son doigt dans un fleuve, qu'il voit donc ce qu'il peut en retirer » [ Rapporté par Ibid ]

Deux amours, celui d'Allah et celui de ce bas-monde ne peuvent cohabiter dans un même cour puisqu'Allah refuse et n'accepte guère l'association (shirk),

{ Allah n'a pas placé deux cours dans la poitrine de l'homme } [ Sourate 33, verset 4 ]

Mais nombreux sont ceux qui s'attachent aux biens de ce monde, délaissant ainsi, les priorités fondamentales qu'Allah nous a révélé.

Comment adorer et satisfaire Allah si le coeur se laisse prendre par les désirs éphémères de ce bas-monde ?

En effet, il suffit de se rappeler que la mort nous atteindra un jour laissant les biens illusoires de ce bas-monde derrière nous.

Celui qui a la certitude d'Allah et vit dans la perspective de la mort et de l'au-delà ne peut que détacher son coeur des futilités de ce bas-monde et s'occuper à ouvrer dans la vie ici-bas pour plaire et satisfaire Allah .

Comme le disait Ibn Mas'ud :

« La certitude consiste à ce que tu ne cherches pas à plaire aux hommes en déplaisant à Allah, que tu n'envies aucun homme pour le bien qu'Allah lui accorde et que tu ne fasses aucun reproche pour le bien qu'Allah ne t'a pas accordé ».

Dans ce bas-monde, les tentations sont multiples et chacun de nous doit lutter pour ne pas se laisser perturber par quelques tentations douteuses qui risqueraient de nous égarer. Comme le disait Hafiz : « Ne donne pas ton coeur à ce monde , à ses biens : de sa fidélité , nul ne vit jamais rien ; nul n'en mangea le miel sans subir sa piqûre ; et nul en ce verger ne peut cueillir les dattes sans subir les épines ; et tout flambeau qui fut allumé par ce monde , fut éteint par le vent aussitôt qu'il brilla . Celui qui sans souci donna son cour au monde nourrit son ennemi as-tu bien vu cela ? »

Comme Allah a dit :

{ Sachez que la vie présente n'est que jeu, amusement, vaine parure, une course à l'orgueil entre vous et une rivalité dans l'acquisition des richesses et des enfants. Elle est en cela pareille à une pluie : la végétation qui en vient émerveille les cultivateurs, puis elle se fane et tu la vois donc jaunie, ensuite elle devient des débris. Et dans l'au-delà, il y a un dur châtiment, et aussi pardon et agrément d'Allah. Et la vie présente n'est que jouissance trompeuse. } [ Sourate 57, verset 20 ]

Ou encore :

{Et propose-leur l'exemple de la vie ici-bas. Elle est semblable à une eau que Nous faisons descendre du ciel ; la végétation de la terre se mélange à elle. Puis elle devient de l'herbe desséchée que les vents dispersent. Allah est certes Puissant en toutes choses ! Les biens et les enfants sont l'ornement de la vie de ce bas-monde. Cependant, les bonnes ouvres qui persistent ont auprès de ton Seigneur une meilleure récompense et une belle espérance.} [Sourate 18, versets 45 - 46]

Et encore :

{ Nous avons placé ce qu'il y a sur la terre pour l'embellir afin d'éprouver les hommes et savoir qui d'entre eux sont les meilleurs dans leurs actions. Puis Nous allons sûrement transformer sa surface en sol aride } [Sourate 18, versets 7 et 8 ]

Les compagnons de notre Prophète ne se réjouissaient d'aucune chose de ce bas-monde qui s'offraient à eux et ne regrettaient aucune chose dont ils étaient privés, à leurs yeux, tout ceci ne valait même pas la poussière.

« L'un d'eux vivait une année ou même deux années sans acquérir un vêtement pour se couvrir ou s'offrir un ustensile pour cuire ses aliments ou installer un lit pour dormir ou ordonner dans sa maison qu'on lui fasse préparer un repas. La nuit venue, ils se mettaient debout pour prier leurs visages en prosternation, des larmes jaillissaient de leurs yeux, implorant le Seigneur pour les sauver. Lorsqu'ils accomplissaient une bonne action, ils ne cessaient de remercier Allah et de l'implorer pour qu'Il l'accepte et lorsqu'ils en commettaient une mauvaise, ils s'en attristaient et implorèrent Allah pour qu'Il leur pardonne. Ils ne cessaient d'agir de la sorte. » [ Rapporté par Al-Hassan al-Basrî ]

Comme Al-Ghazâlî a écrit :

« Un homme cherche sous un arbre à calmer ses esprits. Mais le gazouillement des oiseaux l'empêche de réfléchir. Il essaie donc, de les chasser avec un bâton pour revenir à sa réflexion. Les oiseaux reviennent et il se met à vouloir les chasser. On lui dit : « Les oiseaux sont prisonniers du jardin. Si tu veux les chasser, il faut que tu abattes l'arbre. »

L'arbre des désirs de ce bas-monde est pareil. Lorsque les branches se développent et se ramifient, il attire les pensées comme les arbres attirent les oiseaux et comme les saletés attirent les mouches. On met beaucoup de temps pour les chasser. La caractéristique des mouches est qu'elles reviennent sans cesse quand on les chasse. Ces désirs sont nombreux et il est rare que l'homme en soit exempt. Ils ont une même origine : l'amour du monde. C'est la source de toute ébauche. »

En effet, celui dont l'être intérieur se donne à l'amour de la vie et qui ne cherche pas à en tirer ce qui peut l'aider pour arriver au paradis ne doit pas attendre que les délices de l'imploration dans la prière lui apparaissent. Celui qui se réjouit du monde ne se réjouit pas d'Allah ni de Son imploration. Aussi, il ne faut jamais oublier ces paroles :

{ Tout ce que vous possédez s'épuisera, tandis que ce qui est auprès d'Allah durera }
[ Sourate 16, verset 96 ]

{ Qui est donc mieux guidé, est-ce celui qui marche les yeux fixés au sol et trébuchant à chaque pas ou celui qui marche bien droit sur un chemin rectiligne ? }
[ Sourate 67 La Royauté (Al-Mulk), verset 22 ]


Cette parabole symbolise ceux qui sont obsédés par une idée fixe et qui n'ont d'autre pensée que pour leur ambition terre à terre. Ils ne regardent qu'au-dessous de leurs pieds et ne voient pas les obstacles qui se dressent sur leur chemin. Ceux, au contraire, qui marchent la tête haute sur une voie bien droite, ont la possibilité de voir sous plusieurs angles et évitent ainsi tous les obstacles pour arriver à bonne destination. Les premiers limitent le monde à ce qui est sous leurs pieds tandis que les autres embrassent de leurs regards l'immensité de l'Univers et ses ressources infinies.

Il faut véritablement prendre conscience de l'importance à méditer sur la vie future, prendre conscience également que les biens de ce monde ne sont qu'éphémères et qu'Allah facilite la vie ici-bas à ceux qui se préoccupe de la vie future comme le soulignent les paroles de notre Prophète dans cet hadith rapporté par Tirmidhi :

« Celui dont la préoccupation est la vie dernière, Allah fera que sa richesse soit en son coeur, Il confortera sa situation et les biens matériels se présenteront à lui avec docilité. Quant à celui dont la seule préoccupation est la vie ici-bas, Allah mettra la pauvreté entre ses yeux et suscitera en lui la confusion, et il ne recevra de biens matériels que ce qui lui a été destiné »

À notre époque, le bas-monde est recherché par tous les moyens :

Par le bien comme par le péché. Partout c'est le règne de la séduction et de la tentation. Aussi, il est nécessaire de prendre garde face aux multiples piéges dominants du monde, chacun doit être vigilant et attentif par rapport à Allah et traiter son oeuvre dans le bas-monde dans la conscience pure, c'est-à-dire que l'être ne doit pas ouvrer pour plaire à autrui mais dans la véritable conscience de La Présence d'Allah .

Comme l'a écrit Al Mahasibi :

« Le coupeur d'herbe a plus de dignité que ces hommes qui jeûnent, prient et s'activent pour plaire à autrui.»



source : http://www.sajidine.com




Rédigé par Mashallah

Publié dans #Rappels

Publié le 22 Août 2006

Bismillah Er Rahmane Er Rahime

Assalam alaykoum

Allah  a  dit :

« Ô Fils d Adam ! Je M'étonne de celui qui est certain de la mort comment
peut-il se réjouir ?

Je M'étonne de celui qui est certain de la tombe comment peut-il sourire ?

Je M'étonne de celui qui est certain de la vie future comment peut-il se
reposer ?

Je M'étonne de celui qui est cerlain du caractère éphémère du bas-monde comment
peut-il s'y fier !

Je M'étonne de celui qui a la langue savante mais le coeur ignorant !

Je M'étonne de celui qui se purifie avec de l'eau tout en négligeant la
purification du coeur !

Je M'étonne de celui qui s'occupe des défauts d'autrui tout en étant inattentif
à ses propres défauts, ne sait-il pas que Dieu   voit comment il Lui désobéit ou
de celui qui sait qu'il mourra seul, qu'il entrera dans la tombe tout seul et qu
'il rendra les comptes, comment peut-il se familiariser avec les gens ?

Il n'y a d'autre dieu que Moi vraiment, et Mohamed  est Mon Serviteur et Mon
Messager »

source : " Les Exhortations Sûblimes ", de l'imam Abu Hamid Al Ghazali.


Rédigé par Mashallah

Publié dans #Rappels