Articles avec #priere tag

Publié le 4 Juin 2007

Fournir des efforts perpétuels dans la prière

De nos jours, certains musulmans font souvent preuve d’un zèle étonnant lorsqu’il s’agit d’appliquer certaines règles islamiques qui ne sont pas nécessairement obligatoires, alors qu’ils adoptent une attitude orgueilleuse par rapport aux choses fondamentales de la religion. Dans un domaine particulier, ce comportement peut amener le musulman à « voler ». Le Prophète (sallalahu ‘alaihi wa sallam) a dit :

 « Le pire voleur parmi les hommes est celui qui vole dans sa prière. ».

 Lorsque ses compagnons lui demandèrent :

 «Messager d’Allah, comment quelqu’un vole-t-il dans sa prière ? »,

 il répondit :

« En ne complétant pas son roukou (inclination) et son soujoud (prosternation). ».

On rapporte que le Prophète (sallalahu ‘alaihi wa sallam), observant un homme qui ne complétait pas son roukou correctement et qui relevait rapidement la tête après chaque prosternation, avertit les gens autour de lui que si cet homme mourait dans cet état, il mourrait en ayant une foi autre que la foi musulmane. Dans les mosquées, il est fréquent de voir des musulmans qui, semblables à des oiseaux qui picorent, se baissent et se relèvent rapidement lorsqu’ils font leurs inclinations et leurs prosternations. Certains font des prosternations avec tant d’impatience qu’on est à même de se demander comment il est humainement possible qu’ils aient eu le temps de dire « soubhana rabbiyal a’la » au moins trois fois. Et même s’ils ont eu le temps de le dire, quelle signification cela a-t-il eu ? Peut-on vraiment méditer sur notre relation avec le Créateur si nous faisons des mouvements aussi rapides durant notre prière ? Avons-nous vraiment compris et considéré le sens des paroles que nous avons dites durant notre prière ? Dans le Coran, Allah (soubhanahou wa ta’ala) dit :

« Bienheureux sont certes les croyants, ceux qui prient avec attention et humilité. » (23:1-2).

Si nous faisons nos roukous et soujouds à toute vitesse, mais que nous passons des heures en bavardages futiles ou dans des réunions concernant nos activités habituelles, avons-nous vraiment accompli notre devoir?

Le Prophète (sallalahou ‘alaihi wa sallam) a dit :

« La première chose au sujet de laquelle un serviteur d’Allah devra rendre compte, au Jour du Jugement, est la prière. Si elle est valide, le reste de ses actions le sera aussi. Si elle est inadéquate, le reste de ses actions le sera également. ».

Si notre prière se réduit à une séance de gymnastique douce qui ne nous laisse aucun effet durable, doit-on s’étonner du fait que le reste de nos actions, individuelles et collectives, n’aient pas l’efficacité voulue ?

Notre façon de faire les roukous et les soujouds est symptomatique des problèmes que nous avons par rapport à notre prière en général. La chose importante que nous devons garder à l’esprit, c’est que chacun d’entre nous, qu’il soit érudit ou étudiant, imam ou nouveau converti à l’islam, homme ou femme, peut et doit essayer d’améliorer sa façon de prier, à partir du jour où il apprend à faire la prière jusqu’au jour de sa mort. Alors la prochaine fois que nous nous apprêterons à nous incliner, assurons-nous de ne pas nous faire prendre entrain de voler.

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Prière

Publié le 9 Janvier 2007

Salam'aleykoum wa rahmatullahi wa barakatuh wa maghfiratuh

La prière du vendredi est une obligation pour les hommes. Allah azwj dit :
{ O vous qui avez cru ! Quand on appelle à la Salât du jour du Vendredi, accourez à l’invocation d’Allah et laissez tout négoce. Cela est bien, meilleur pour vous, si vous saviez ! }
[ Sourate 62 Al-Joumou’a – Verset 9 ]

Le Prophète saws a dit :
« Que ceux qui négligent la prière du Vendredi cessent de le faire, sinon Allah apposera le scellé sur leurs cœurs et ils finiront par être distraits de Sa pensée. » [ Rapporté par Mouslim ]
Il saws a dit également :
« La prière du Vendredi est une obligation à tout musulman, hormis quatre personnes qui sont : L’esclave - La femme - L’enfant - Le malade ». [ Rapporté par Abou Daoud ]

Les mérites du vendredi


Le Prophète saws a dit :
« Le Jour de Vendredi est de grande importance, le meilleur des jours de la semaine sur terre : c’est le jour où fut créé Adam, le jour où il fut introduit au Paradis, le jour où il en sortit . C’est aussi le jour où finira le monde. » [ Rapporté par Mouslim ]
Un jour d’une telle importance, mérite d’être honoré, comme Allah azwj l’a glorifié. Ce jour-là on doit multiplier les bonnes œuvres et s’abstenir de tout péché.
Le Prophète saws a dit :
« Certes ! Le jour du Vendredi renferme un instant de faveur. Si la prière de quelqu’un demandant des faveurs correspond à cet instant, Allah les lui accordera. » [ Rapporté par Mouslim ]


On rapporte que ce moment se situe entra l’apparition de l’imam et la fin de la prière ou après la prière de l’Asr. Il est donc fortement recommandé de multiplier les invocations tout au long de la journée du vendredi, pour que nos demandes coïncident avec cet instant.

Que doit-on faire ce jour là ?
• Faire le ghousl avant d’aller à la prière : Le Prophète saws a dit : « Le lavage du corps est une obligation à tout pubère le Vendredi. » [ Rapporté par Al Boukhârî et Moslim ]
• Porter des vêtements propres et se parfumer (pour les hommes, une femme ne doit pas se rendre à la mosquée parfumée) : Le Prophète saws a dit : « Tout musulman doit se laver le vendredi, bien s’habiller et se parfumer s’il a du parfum. »
• Se rendre à la mosquée de bonne heure, avant l’appel à la prière : Le Prophète saws a dit : « Quiconque se lave le vendredi comme il le fait pour la janaba et se rend à la mosquée à la première heure fait une bonne œuvre de la valeur d’une offrande d’un beau chameaux.S’il se rend à la deuxième heure, il aurait offert une vache, à la troisième heure, un bélier, à la quatrième une poule, à la cinquième un œuf. Quand l’imam est dans sa chaire, les anges rentrent pour écouter le prône. » [ Rapporté par Al Boukhârî et Moslim ]
• Accomplir deux unités de prières surérogatoires en arrivant à la mosquée.
Comment se passe la prière du Vendredi ?
L’imam monte sur la chaire (minbar) au moment du midi local, puis, il salue les croyants. Quant il s’assoit, le muezzin appelle à la prière comme il le fait pour Dhor. A partir de ce moment, il devient interdit de parler ou de s’amuser avec des cailloux (ou autre), de déranger les autres… car le discours compense les deux rakats qu’il manque pour accomplir la prière de dhor complète. Il faut donc que la concentration pendant le discours soit la même que pendant la prière. Le Prophète saws a dit : « Si tu t’adresses à ton ami, même pour lui dire : « Tais-toi » pendant que l’imam prononce son discours tu es fautif. » [ Rapporté par Mouslim ]
Et aussi : « Celui qui s’amuse avec des cailloux (quand l’imam fait son discours) commet une erreur, celui qui commet une erreur annule sa prière. » [ Rapporté par Abou Daoud ]
L’appel terminé, l’imam se lève et prononce son discours (khoutba). Il loue Allah. Le remercie et appelle le salut d'Allah sur Son Prophète et serviteur Mohammed. Habituellement, il fait cette invocation :
« Al hamdoullillahi nahmadouhou wa nasta'înouhou wa nastaghfirouhou wa na'oudou bi-llahi min chouroûri anfousinâ wa min sayyi âti a'mâlinâ Men yahdihi-llahou fahoûwa-l-mouhtadi wa men youdzlil falan yajidalahou waliyyan mourchidâ, wa achhadou an lâ ilaha illâ llahou wahdahou lâ charika lahou, wa achhadou anna mouhammadan 'abdouhou wa rasoulouhou. »
« Yâ ayyouhâ-n-nâsou ittaqoû rabbakoum-l-ladzî khalaqakum min nafsin wâhidatin wa khalaqa minhâ zawjahâ wa batha minhoumâ rijâlan kathîran wa nisâ a wa-t-taqou-llaha al-ladzî tasâa aloûna bihi wa-l arhâm ina-llaha kâna 'alaykum raqîbâ » "Yâ ayyouhâ-l-ladzîna amanoû-t-taqoû-llaha haqqa touqâtihi wa lâ tamoûtounna illâ wa antoum mouslimoûn" "Yâ ayyouhâ-l-ladîna amanoû ittaqoû-llaha wa qoûloû qawlan sadîdan yousslih lakoum a'mâlakoum wa yaghfir lakoum dounoûbakoum wa man youtti'i-llaha wa rasoûlahou faqad fâza fawzan 'azîman. »

« Louanges à Allah que nous glorifions, dont nous implorons aide et pardon, et nous cherchons refuge auprès de Lui contre le mal qui est en nous et de nos mauvaise actions. Celui qu'Allah guide nul ne peut l'égarer, et celui qu'Allah égare nul ne peut le guider. J'atteste qu'il n'y a de divinité qu'Allah, Le Seul, L'Unique sans associé, et j'atteste que Mohammad est le Serviteur et le Messager d'Allah :

Allah azwj dit dans Son Livre:

On rapporte que ce moment se situe entra l’apparition de l’imam et la fin de la prière ou après la prière de l’Asr. Il est donc fortement recommandé de multiplier les invocations tout au long de la journée du vendredi, pour que nos demandes coïncident avec cet instant. • Faire le ghousl avant d’aller à la prière : Le Prophète saws a dit : » [ Rapporté par Al Boukhârî et Moslim ] • Porter des vêtements propres et se parfumer (pour les hommes, une femme ne doit pas se rendre à la mosquée parfumée) : Le Prophète saws a dit : • Se rendre à la mosquée de bonne heure, avant l’appel à la prière : Le Prophète saws a dit : [ Rapporté par Al Boukhârî et Moslim ] • Accomplir deux unités de prières surérogatoires en arrivant à la mosquée. Comment se passe la prière du Vendredi ? L’imam monte sur la chaire (minbar) au moment du midi local, puis, il salue les croyants. Quant il s’assoit, le muezzin appelle à la prière comme il le fait pour Dhor. A partir de ce moment, il devient interdit de parler ou de s’amuser avec des cailloux (ou autre), de déranger les autres… car le discours compense les deux rakats qu’il manque pour accomplir la prière de dhor complète. Il faut donc que la concentration pendant le discours soit la même que pendant la prière. Le Prophète saws a dit : [ Rapporté par Mouslim ] Et aussi : [ Rapporté par Abou Daoud ] L’appel terminé, l’imam se lève et prononce son discours (khoutba). Il loue Allah. Le remercie et appelle le salut d'Allah sur Son Prophète et serviteur Mohammed. Habituellement, il fait cette invocation : Allah azwj dit dans Son Livre:


« O hommes, craignez votre seigneurs qui vous a créé d'un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre (sur la terre) beaucoup les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement. »
« O les croyants, craignez Allah comme Il doit être craint et ne mourrez qu'en état de pleine soumission. »
« O les croyants, craignez Allah et parlez avec droiture, Allah vous rectifiera vos actions et Il vous pardonnera vos péchés. Et celui qui obéit à Allah et à Son Messager, il réussira, certes, d'une grande réussite. »

Puis il exhorte l’auditoire à haute voix, rappelle les recommandations d'Allah azwj et de Son Prophète, leurs promesses et leurs menaces.Ensuite, il s’assoit , marquant une petite pause, puis il se relève pour reprendre son thème de sermon, avec le même entrain. Ayant terminé son prône, sans trop l’allonger, il descend de sa chaire. A ce moment le muezzin annonce la prière.
Et l’imam préside une prière de 2 rak’ats (remplaçant celle de Dhor) en récitant à haute voix.

Lors du sermon


Il est formellement interdit de parler lorsque l’imam, sur le haut de la chaire, est entrain de prononcer son sermon. Quiconque le fait commet un grand pêché, même si c’est pour invoquer Allah azwj.
La prière du vendredi doit être un moment de silence et de tranquillité pour le fidèle qui doit faire preuve de recueillement dans son cœur et dans ses actes, eu égard aux connaissances et prêches livrées à cet instant précis et dont ont besoin les fidèles. Il est interdit de s’adonner à une discussion, qu’elle soit pour ordonner le bien et interdire le mal ou non. On ne doit même pas prononcer le mot « chut » ou « silence ».

Voici quelques arguments :
Abu Houreyra r.a nous enseigne que le Prophète saws a dit : « Si vous dites à votre compagnon tais-toi le jour de vendredi, alors que l’imam fait son sermon, vous dites des futilités. ». [ Rapporté par Boukhari et Mouslim ]
Vous voyez – puisse Allah azwj vous accorder Sa miséricorde - même le fait que vous disiez à quelqu’un tais-toi, en application d’une obligation religieuse consistant à ordonner le bien et interdire le mal, est considéré par le législateur comme une futilité interdite à l’heure de la prière de vendredi.
La question est plus sérieuse que cela. Voyez le hadith ci-après :
Abu Dardâ r.a raconte : le Prophète saws en faisant un jour son sermon du haut de sa chaire, avait cité un verset. Et j’avais demandé à Oubayy ibn Ka’b r.a qui était à mes côtés : "Ô Oubayy, quant - est ce que ce verset a été révélé ?" Mais il refusa de me répondre. Et lorsque le Prophète saws est descendu de la chaire, Oubayy me dit : "vous n’avez récolté de votre prière de vendredi que les futilités que vous avez dites." A la sortie du Prophète saws je l’ai rejoint et lui ai raconté l’ histoire. Il me dira : « Obayy a raison. Si vous entendez votre imam parler, vous devez vous taire jusqu’à ce qu’il finisse ». [ Rapporté par Ibn Maja et Ahmad et confirmé par Al-Boussirî et Cheikh Al-Albâni ]

Si le fait de poser une question concernant un verset, au moment du sermon de l’imam, le jour du vendredi, annule la récompense liée à la prière du vendredi, que dire alors de celui qui parle de ses activités agricoles, commerciales ou d’autres choses purement mondaines. Mais, il y a également certains paresseux qui mettent à profit l’heure du sermon de vendredi pour dormir. Mieux, le fait d’adresser des souhaits à quelqu’un qui éternue ou de répondre à une salutation est également interdit durant le sermon de vendredi.
Il faut signaler que même les invocations, y compris les formules de repentance, de louange et autres, ne peuvent pas être prononcées à haute voix durant le sermon du vendredi. Le sermon est une forme d’invocation d’Allah azwj, eu égard au propos de ce dernier :
{ Ô vous qui avez cru ! Quand on appelle à la Salât du jour du Vendredi, accourez à l' invocation d' Allah et laissez tout négoce. Cela est bien meilleur pour vous, si vous saviez !. }
[ Sourate 62, verset 9 ]

Dans ce verset, l’ordre de présence concerne aussi bien le sermon que la prière. En effet, tous les deux sont considérés comme une forme d’invocation. Or, l’invocation d’Allah azwj est une tradition prophétique qui peut être faite à tout moment, alors que le sermon du vendredi est une obligation inscrite dans un moment précis. Il est également obligatoire de se montrer silencieux pendant la durée du sermon. De ce fait, il est prioritaire de s’en préoccuper que d’accomplir d’autres actes d’adoration.
En outre, lorsque l’imam fait des invocations, les fidèles qui prient derrière doivent dire amen à voix basse. C’est le cas également quant il cite le nom du Prophète saws ; ils doivent prier sur le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) à voix basse.

Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid

Ce qu'il faut savoir pour le vendredi

• Sur l’obligation de la prière du vendredi
Allah le Très Haut a dit :
{ […] quand on appelle à la prière à un moment d’un vendredi, empressez-vous au Rappel d'Allah. Laissez-là toute transaction : meilleur ce sera pour vous, si vous saviez … }
[ Sourate 62; Al Joumou’a – verset 9 ]
Abou Houreyra r.a rapporte qu’il avait entendu le Messager d'Allah saws s’exprimer ainsi :
« Le jour de la Résurrection, nous serons les derniers et [en même temps ] les premiers, bien que les autres ont reçu les Ecritures avant nous. De plus ce jour-là [le vendredi ] est ce jour qui leur avait été rendu obligatoire mais ils avaient divergé à son sujet. Quand à nous, Allah azwj nous a guidés vers ce jour. Donc, en ce qui concerne le vendredi, les gens viennent après nous : les Juifs, le lendemain [ samedi et les Chrétiens, le surlendemain [ dimanche ]. » [ Rapporté par Al Boukhari ]

Sur le mérite des ablutions majeures le jour du vendredi.
Et est-ce que l’enfant et la femme doivent assister [ à la prière ] du vendredi ?
‘Abdoulah ibn Omar r.a a rapporté que le Messager d'Allah saws a dit : « Lorsque l’un de vous veut se rendre à l’office du vendredi qu’il fasse des ablutions majeures ! ». [Rapporté par Al Boukhari ]
Selon Ibn ‘Umar r.a tandis que Omar Ibn El khatab r.a était debout pour le sermon du vendredi, entra un homme des premiers Mouhajir et des Compagnons r.a du Prophète saws.
Et Omar de l’appeler [ en lui reprochant son regard] :
« On est en quelle heure ? » - J’étais occupé, expliqua l'homme, et je ne suis arrivé qu’au moment où j’étais entrain d’entendre le Adhan. Et sans m’attarder j’ai fait des ablutions mineurs.
– Et en plus tu n’as fait que des ablutions mineures, bien que tu sais que le Messager d'Allah saws recommandait des ablutions majeures ! »
Selon Abou Sa’id El khoudry r.a : Le messager d'Allah saws a dit : « Les ablutions majeures pour le vendredi sont obligatoires pour tout pubère. »

Sur le fait de se parfumer de baume pour le vendredi
D’après Abou Bakar ibn el Munkadir r.a ‘Amrou Ibn Souleyman al ‘Ansary r.a a dit :
« J’atteste que le Messager d'Allah saws a dit : « Le jour du vendredi, les ablutions majeures sont obligatoires pour tous pubère. De même pour le fait de se curer les dents et de toucher du baume, s’il en trouve. "
Selon ‘Amrou : En ce qui concerne les ablutions j’atteste qu’elles sont obligatoires ; mais pour le fait de se curer les dents, Allah azwj est plus informé, si cela est obligatoire ou non. Cependant, le hadith est ainsi rapporté.
Selon Abou ‘Abdoulah : Abou Bakr r.a est le frère de Mouhamed ibn el Munkadir . Son surnom est aussi son nom. Ce hadith à été aussi rapporté de lui par Bukayr ibn Al’Achaj et Sa’id ibn Abou Hilal, ainsi que par de nombreuses autres personnes. Signalons, en outre, que Mouhamed ibn El Moukadir avait aussi le surnom d’Abou Bakr, en plus du surnom d’Abou ‘Abd-oul-Lah.

• Sur le mérite du vendredi
Selon Abou Horeyra r.a : Le messager d'Allah saws a dit :
« Celui qui fait des ablutions majeures, je jour du vendredi, similaires aux ablutions de janaba, puis se dirige * [ à la mosquée ], sera comme s’il avait sacrifié une chamelle. S’il part à la deuxième heure, il sera comme s’il avait sacrifié une vache. S’il part à la troisième heure, il sera comme s’il avait présenté un bélier cornu, une poule, s’il part dans la quatrième heure, enfin, un oeuf, s’il part à la cinquième heure. De plus, lorsque l’imam arrive, les anges se présentent à leur tour pour entendre les invocations… »
[ * A la première heure ]


Sur le fait de se pommader les cheveux pour l’office du vendredi
Salman Al Farisy r.a a dit : « Le Prophète saws a dit :
« Tout homme qui fait des ablutions majeures le jour du vendredi, se purifie autant qu’il peut, s’arrange les cheveux avec sa pommade ou se parfume avec du baume de sa femme, sort, se rend à la mosquée, ne sépare pas entre les fidèles [ pour se frayer un passage ], prie autant que cela lui est possible, puis écoute attentivement lorsque l’imam commence à parler, celui-là verra pardonnés ses péchés jusqu’au vendredi suivant. »

Selon Tawous r.a : « Je dis à Ibn ‘Abass r.A : « On rapporte que le Prophète saws a dit :
« Faites vos ablutions majeures le jour du vendredi et lavez vos têtes ! et ce même si vous n’êtes pas en état de janâba. Aussi, faites usage du baume. » - Cela est vrai pour les ablutions majeures, répondit Ibn ‘Abass, mais je ne sais rien pour le baume. »
D’après Tawous, on transmit à Ibn ‘Abass r.a les propos du Prophète saws sur les ablutions majeures du jour du vendredi.
« Je dis alors à Ibn ‘Abass, rapporte Tawous : « Le fidèle doit-il utiliser du baume ou de la pommade si sa femme en a ? – Je ne sais pas, répondit Ibn Abass. »

• On doit mettre les plus beaux habits qu’on a pour aller à l’office du vendredi
Selon Abdoulah ibn Omar r.a : Un jour, Omar Ibn El khatab r.a vit qu’on était en train de vendre une robe de soie près de la porte de la mosquée. Il dit alors au Prophète saws :
« O messager d'Allah ! pourquoi ne l’achètes-tu pas pour la mettre pour l’office du vendredi et pour la réception des délégations ? – Celui qui met ce genre d’habit, répondit le Prophète, n’aura aucune part de bonheur dans l’autre vie. »
Après cela, le Messager d'Allah saws reçut plusieurs robes de ce genre, il donne une à Omar r.a qui dit : O messager d'Allah ! Tu me la donnes malgré tes propos tenus sur la robe de ‘Utarid [ càd celui qui était en train de vendre la robe près de la mosquée ] – Je ne te l’ai donnée, expliqua le Messager d'Allah pour que tu la mettes. » En effet, ‘Omar ibn El Khatab r.a offrit ensuite cette robe à son frère polythéiste qui était à la Mecque.

• Sur le fait de se curer les dent [ frotter avec un siwak ] le jour du Vendredi
D’après Abou Sa’id r.a le Prophète saws a dit : « […] et il doit se curer les dents. »
Selon Abou Horeyra r.a le Messager d'Allah saws a dit : « Si je ne craignais pas que ce serait pénible pour ma Oumma – ou pour les gens – je leur aurais ordonné de se curer les dents au moment de chaque prière. »
Selon Anas r.a le Messager d'Allah saws a dit : « J’ai trop insisté à vous recommander le cure-dent… »
Selon Houdeyfa r.a: « En se levant la nuit pour prier, le Prophète saws se nettoyait la bouche »


Que Doit-on réciter du Coran pendant la prière du Fajr du jour du vendredi
Selon Abou Houreyra r.a : « Dans la prière du Fajr du jour du vendredi, le Prophète saws récitait la sourate As-Sajda et la sourate el Inssane »

• Sur la prière du vendredi dans les villages et les villes
Selon Ibn ‘Abass r.a :
« Le premier office du vendredi – après un vendredi célébré dans la mosquée du Messager d'Allah – fut dans la mosquée des ‘Abd-al-Qays, à Juwathya dans le Bahrayn. »
Selon ibn Omar r.a le Messager d'Allah saws a dit : « Chacun de vous est un pasteur… »
Al-Layth ajoute : Younous dit : « Ruzyq ben Hukaym écrivit à Ibn Chihab – J’étais avec lui à Wadi-l-Qura – et lui demanda qu’il pouvait présider l’office du vendredi. Signalons que Ruzayq cultivait une terre sur laquelle il y avait un groupe formé de noirs et d’autres personnes. De plus, il était le gouverneur de ‘Ayla.
Ibn Chihab lui écrivit – J’étais en train d’entendre – et lui ordonna de présider la prière du vendredi en lui rapportant que Salim lui avait dit que Abd-el-Lah ibn Omar r.a disait : « J'ai entendu le Messager d'Allah saws dire :
"Chacun de vous est pasteur et chacun de vous est responsable de son troupeau ; l’imam est pasteur et est responsable de son troupeau, l’homme est pasteur au sein de sa famille et est responsable de son troupeau, la femme est pasteur dans la maison de son époux et est responsable de son troupeau, le serviteur est pasteur quant aux biens de son maître et est responsable de son troupeau.
« Je crois qu’il a aussi dit : … L’homme est pasteur quant aux biens de son père est responsable de son troupeau. Chacun de vous est pasteur et chacun est responsable de son troupeau. ».

• Selon Abou Houreyra r.a : Selon Ibn ‘Abass r.a : « Le premier office du vendredi – après un vendredi célébré dans la mosquée du Messager d'Allah – fut dans la mosquée des ‘Abd-al-Qays, à Juwathya dans le Bahrayn. » Selon ibn Omar r.a le Messager d'Allah saws a dit : « Chacun de vous est un pasteur… » Al-Layth ajoute : Younous dit : « Ruzyq ben Hukaym écrivit à Ibn Chihab – J’étais avec lui à Wadi-l-Qura – et lui demanda qu’il pouvait présider l’office du vendredi. Signalons que Ruzayq cultivait une terre sur laquelle il y avait un groupe formé de noirs et d’autres personnes. De plus, il était le gouverneur de ‘Ayla. Ibn Chihab lui écrivit – J’étais en train d’entendre – et lui ordonna de présider la prière du vendredi en lui rapportant que Salim lui avait dit que Abd-el-Lah ibn Omar r.a disait : « J'ai entendu le Messager d'Allah saws dire : "Chacun de vous est pasteur et chacun de vous est responsable de son troupeau ; l’imam est pasteur et est responsable de son troupeau, l’homme est pasteur au sein de sa famille et est responsable de son troupeau, la femme est pasteur dans la maison de son époux et est responsable de son troupeau, le serviteur est pasteur quant aux biens de son maître et est responsable de son troupeau. « Je crois qu’il a aussi dit : … L’homme est pasteur quant aux biens de son père est responsable de son troupeau. Chacun de vous est pasteur et chacun est responsable de son troupeau. ».


• Est-ce que ceux qui n’assistent pas à la prière du vendredi - femme, enfants, et autres – doivent faire les ablutions majeures ?
Selon Ibn Omar r.a: Les Ablutions majeures doivent être faites par ceux qui la prière du vendredi est obligatoire.
Selon Abdoulah ibn Omar r.a: « Celui d’entre vous qui veut venir à l’office du vendredi, qu’il fasse ses ablutions majeures. »
Selon Abou Sa’id El khoudri r.a le Messager d'Allah saws a dit : « Les ablutions majeures du jour du vendredi sont obligatoires pour tous pubère. »
Dans un autre Hadith : « […] Puis il dit : « Chaque musulman doit faire ses ablutions majeures une fois tous les sept jours, où il lavera sa tête et son corps. »
Rapporté aussi par ‘Aban Ibn Saleh r.a et ce de Moujahid et Tawous, d’Abou Horeyra r.a qui dit : « Le prophète a dit : Allah le Très Haut, a un droit auprès de chaque Musulman : faire ses ablutions majeures un jour tous les sept jours. ».
D’après Nafi’, Ibn Omar r.a a dit :
« Omar avait une épouse qui assistait à la prière en groupe de la mosquée pendant les prières du Fajr et du ‘Icha. On lui dit alors : « Pourquoi sors-tu bien que tu sais que Omar déteste cela et, est en plus jaloux ? – Et qu’est-ce qui l’empêche de me l’interdire ? demanda-t-elle – Ce qui l’empêche sont ces propos du Messager d'Allah saws : « N’empêchez pas les servantes d'Allah [ c’est à dire les femmes ] de venir aux mosquées d'Allah. »

Sur la permission de ne pas venir au cas où l’on ne s’est pas présenté pour la prière du vendredi à cause de la pluie
D’après Abdoulah ibn Al Harith, le cousin paternel de Mouhamed ibn Sîrîn, Ibn ‘Abass r.a a dit à son muezzin en jour pluvieux. « Lorsque tu arrives à : J’atteste que Mouhamed est le Messager d'Allah, ne dit pas : Accourez à la prière, dis plutôt : Priez dans vos maisons ! » En entendant cela, les présents semblaient ne pas admettre la chose. Et Ibn ‘Abass r.a de dire : « Cela a été fait par celui qui est mieux que moi. Certes, la prière du vendredi est obligatoire, mais je n’ai pas voulu causer de gêne ni que vous marchiez dans la boue glissante. »

• A partir de quelle distance doit-on venir à la prière du vendredi ? et pour qui est-elle obligatoire ?
Allah le Majestueux et Puissant a dit :
{ O vous qui avez cru! Quand on appelle à la Salat du jour du Vendredi, accourez à l'invocation d'Allah et laissez tout négoce. Cela est bien meilleur pour vous, si vous saviez ! […] }
[ Sourate 62 El Joumou’a – verset 9 ]
‘Ata a dit : Lorsqu’on est dans un village à population agglomérée et qu’on appelle à la prière du vendredi, on doit y assister soit qu’on a entendu l’appel ou non.
Anas r.a faisait parfois la prière du vendredi et des fois il ne la faisait pas, et ce en étant dans la résidence à Az-Zawiya, à deux farsakh de Bassorah.
Aicha r.a , l’épouse du Prophète saws a dit : « Le jour du vendredi, les gens arrivaient les uns après les autres de leurs maison et d’Al-Awâly tout poussiéreux et transpirants. Une fois, un homme d’entre eux vint voir le Messager d'Allah qui était chez moi… Le Prophète saws dit alors : « Si seulement vous vous purifiez pour votre jour-ci. »

• Le temps de la prière du vendredi commence à partir du moment où le soleil commence à s’incliner vers l’ouest
Yahya ibn Sa’id rapporte avoir interrogé ‘Amra sur les ablutions majeures le jour du vendredi et que celle-ci répondit : ‘Aicha (qu'Allah soit satisfait d'elle) a dit :
« Les gens travaillaient eux-mêmes. Et pour assister à la prière du vendredi, ils s’y rendaient en gardant leur état [ d’ouvrier ]. D’où, il leur fut dit : « Si seulement vous vous laviez ».
Anas ibn Malik r.a rapporte que le Prophète saws faisait la prière du vendredi lorsque le soleil penchait [ de l'autre côté du ciel ]
D’Après Humayd, Anas r.a a dit : « Nous accomplissions tôt la prière du vendredi et nous faisions la sieste après l’avoir faite. »

• Lorsque la chaleur devient torride le jour du vendredi
Abou Khalda – c’est à dire Khalid ibn Dinâr – a dit : « J’ai entendu Anas ibn Malik r.a dire : « Lorsque le froid était intense, le prophète faisait tôt la prière, lorsque la chaleur devient torride, il attendait la fraîcheur pour accomplire la prière. » C’est à dire, celle du vendredi. »
Younous ibn Bukheyr : Abou Khalda nous a rapporté cela en citant « pour accomplir la prière, sans toutefois citer le vendredi.

• Sur le fait de marcher pour aller à la prière du vendredi
‘Ababa ibn Rifa’a a dit : « Abou ‘Abs me rencontra au moment où j’allais à la prière du vendredi et il me dit : « J’ai entendu le Prophète saws dire: Celui dont les pieds ont été empoussiérés pour la cause d'Allah, Allah le préservera du Feu. »
Abou Salama ibn Abd-er-Rahman : Abou Houreyra r.a a dit : « J’ai entendu le Messager d'Allah saws dire :
« Lorsqu’on appelle à la prière, ne venez pas en vous hâtant ! Venez plutôt en marchant et soyez calmes ! … Faites la partie que vous rattraperez et terminez ce que vous aurez manqué. ».

• Lors de l’office du vendredi on ne doit pas séparer deux personnes assises l’une près de l’autre dans la mosquée
Salman Al Farisy r.a a dit : « Le messager d'Allah saws a dit :
Celui qui fait ses ablutions majeures le jour du vendredi, se purifie autant qu’il le peut, se pommade ou met du baume, sort pour la prière, ne sépare pas deux personnes assises l’une près de l’autre dans la mosquée, prie autant que cela lui est possible, puis à l’arrivée de l’imam, commence à écouter attentivement …, celui-là verra pardonnés ses péchés commis jusqu’au vendredi prochain. »

• Le Jour du vendredi aucun ne doit faire lever son frère et prendre sa place
Ibn Jurayh a dit : « J’ai entendu Nafi’ dire : J’ai entendu Ibn Omar r.a dire : « Le prophète a interdit q’un homme fasse lever son frère de sa place et s’y asseoit. » J’ai dit alors à Nafi’ – Est-ce que cela concerne la prière du vendredi ? – La prière du vendredi e les autres prières, m’a t-il répondu ».

• Sur le Adhan le jour du Vendredi
As-Sa’id Ibn Yazid a dit : « Du vivant du Prophète, ainsi que d’Abou Bakr et de ‘Omar, le premier appel pour la prière du vendredi se faisait dès que l’imam était assis sur le minbar. Mais ‘Othmane ajouta durant son califat – où le nombre de gens devint élevé – le troisème appel à Az-Zawra.

• Sur le Muezzin unique le jour du Vendredi
As-Sa’id ibn Yazid a dit : « Celui qui ajouta le troisième Adhan pour le jour du vendredi fut ‘Othmane ibn ‘Affane, et ce lorsque le nombre des habitants de Médine était devenu élevé. Quant au temps du Prophète, il n’y avait qu’un seul muezzin. De plus, on faisait le Adhane le jour du vendredi dès que l’imam s’était assis – c’est à dire sur le minbar. »

• Lorsque l’imam, qui est en train de faire le sermon, voit un homme arriver, il lui ordonne de faire deux raka'at & sur celui qui arrive au moment où l’imam est en train de prononcer le sermon, celui-là peut faire deux raka’at légères
Jabir Ibn Abdoulah a dit : « Un homme arriva au moment où le prophète était en train de faire le sermon du vendredi aux fidèles. « As-tu prié ? lui demanda le Prophète saws – Non, répondit l’homme – Lève-toi et fait deux raka’at. »

Sur le fait de lever les deux mains pendant le sermon
Anas r.a a dit : « Tandis que le Prophète prononçait le sermon du jour du vendredi, un homme se leva et dit : « Ô Messager d'Allah ! les chevaux et les brebis ont péri. Invoqu'Allah afin qu’il nous abreuve ! ». Sur ce, le Prophète saws tendit les deux mains et fit une invocation. »

• Sur le fait d’être attentif lorsque l’imam est en train de prononcer le sermon du vendredi
Abou Houreyra r.a a dit : Le Messager d'Allah sawsa dit : « Si tu dis à ton voisin -– « Ecoute ! » -- au moment où l’imam est en train de prononcer le sermon, tu es considéré comme ayant parlé inconsidérément. »

• Sur l’heure particulière le jour du vendredi
Abou Houreyra r.a a dit : Le Messager d'Allah saws a dit « Il y a en ce jour une heure qu’aucun adorateur Musulman ne rencontre en étant en prière, sans qu'Allah, le Très Haut, ne lui accorde ce qu’il demande. » Et il fit signe de sa main pour montrer combien cette heure est courte. »

• Sur le fait de prier après ou avant la prière du vendredi
Abdoulah ibn Omar r.a a dit, le Messager d'Allah saws faisait deux raka’at avant et deux raka’at après le dhohr. Il faisait après le Maghreb deux raka’at chez lui. Après le ‘Icha, il faisait aussi deux raka’at. Et après la prière du vendredi, il ne priait qu’après avoir quitté la mosquée. Il faisait deux raka’at.

Sur la sieste après la prière du Vendredi
Hummayd a dit : « J’ai entendu Anas r.a dire : « Nous partions tôt pour la prière du vendredi puis nous faisions la sieste. »
Sahl a dit : « Nous faisions la prière du vendredi avec le Prophète puis arrivait la sieste. »

- Tous ces Ahadith sont rapportés par El Boukhari dans Son Sahih -

source : http://lejustemilieu.com



Rédigé par Mashallah

Publié dans #Prière

Publié le 1 Décembre 2006

                               La prière sur la mort (salâtu-l-janâza)



Statut de cette prière


C'est une obligation conditionnelle, il faut absolument qu'un groupe de croyants la fasse, mais quand un groupe s'en occupe alors l'obligation est levée pour tous les autres, bien que ces derniers perdent une très grande récompense.


Sur qui il faut prier sur qui il ne faut pas le faire


1- Ne pas prier sur les mécréants : Allah Taala dit : « Et ne fais jamais la Salat sur l'un d'entre eux qui meurt, et ne te tiens pas debout auprès de sa tombe, parce qu'ils n'ont pas cru en Allah et en Son Messager, et ils sont morts tout en étant pervers. » (Sourate 9 :84)

2- Ne pas prier sur les martyrs ou le faire si on le souhaite : Allah Taala dit : « Et ne dites pas de ceux qui sont tués dans le sentier d'Allâh qu'ils sont morts. Au contraire ils sont vivants, mais vous en êtes inconscients. » (Sourate 2 :154)

Jâbir (Radia Allah ‘anh) a dit : "Le Prophète est passé près des martyrs d'Ouhoud alors qu'ils étaient en sang, il ne les a ni lavé ni prié sur eux". (Al-Bokhari). Il est rapporté cependant par Al-Bokhari (Rahimaho Allah) que le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) a prié sur eux 8 ans après leur mort.

ach-Châfi'i (Rahimaho Allah) a dit : "On ne prie pas sur les martyrs par allégement pour les combattants qui étaient avec eux, du fait de leurs blessures et de la peur du retour de l'ennemi".

Ibn Al-Qayim (Rahimaho Allah) a dit : "On prie sur eux si on veut, et on ne le fait pas si on veut de part de tout ce qui est rapporté. C'est l'un des avis d'Ahmad et celui qui convient le mieux à son école".


La catégorie de martyrs sur lesquels on prie :

Abou Houraira (Radia Allah ‘anh) a dit : "Le Prophète a demandé : "Quels sont ceux que vous comptez parmi vos martyrs"? Ils dirent : "Ô Prophète, ceux qui meurent dans le sentier d'Allah sont martyrs". Il dit : "Les martyrs de ma communauté sont peu nombreux alors". Ils dirent : "Qui sont-ils alors Ô Prophète"? Il dit : "Celui qui meurt dans le sentier d'Allah est martyr, celui qui meurt dans l'obéissance à Allah est martyr, celui qui meurt de la peste est martyr, celui qui meurt d'une entérite est martyr, le noyé est martyr"". (Mouslim)


Prier sur le fœtus quand il a passé 4 mois :


Selon Moughîra Ibn Chou'ba (Radia Allah ‘anh), le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) a dit : "Et la fausse couche, on prie sur lui en invoquant pour ses parents le pardon et la miséricorde". (Ahmad, Abou Dâwoud). Dans une autre version : "Et l'enfant, on prie sur lui". (Ahmad, an-Nasâi, At-Tirmidhi qui dit : authentique)


Prier sur celui qui est exécuté par un tribunal :


Jâbir (Radia Allah ‘anh) a dit : "Un homme des Aslama est venu au Prophète en avouant qu'il avait fait l'adultère, le Prophète s'est détourné de lui jusqu'à que l'homme ait témoigné contre lui-même 4 fois. Il lui dit : "Es-tu fou"? Il dit : "Non". Il dit : "Est-tu marié"? Il dit : "Oui". Le Prophète ordonna qu'on le lapide dans la place publique. Le Prophète l'évoqua en bien puis pria sur lui". (Al-Bokhari)


Le suicidé :

Selon Jâbir Ibn Samira (Radia Allah ‘anh) on ramena un suicidé devant le Messager d'Allah (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) afin qu'il accomplisse la prière des morts sur sa dépouille, il a refusé mais il a ordonné aux compagnons de prier sur lui.


L'avis de Omar Ibn Abdelaziz, d'Al-Awza'i et de l'Imam Ahmad est de ne pas prier sur lui comme l'a fait le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam). Ahmad (Rahimaho Allah) a ajouté sur la liste, le voleur de butin lors d'une expédition.

Dans les trois autres rites : Hanafi, Maliki et Shafi'i, il est possible de prier sur le suicidé. D'après eux, le refus du Messager d'Allah (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) n'est pas un interdit catégorique. Dans un autre Hadith l'Envoyé d'Allah (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) dit : "Je ne prierai pas sur sa dépouille, afin que les musulmans ne se suicident pas".


Récompenses

Selon Abou Houraira (Radia Allah ‘anh), le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) a dit : "Celui qui assiste aux funérailles de quelqu'un jusqu'à ce qu'on prie sur lui a une montagne de récompenses, et celui qui reste jusqu'à son enterrement en a deux; la plus petite étant de la taille de la montagne d'Ouhoud". (Al-Boukhâri, Mouslim, Abou Dâwoud, At-Tirmidhi)


Récompenses pour le mort


Aicha (Radia Allah ‘Anha) a dit : "Le Prophète a dit : "Il n'y a pas un mort sur lequel prie un groupe de musulmans atteignant 100 personnes, intercédant en sa faveur sans que leur intercession soit acceptée"". (Muslim, Ahmad, At-Tirmidhi)

Ibn 'Abbas (Radia Allah ‘anh) a dit : "J'ai entendu le Prophète dire : "Il n'y a pas un musulman qui meurt et auquel prient sur lui 40 personnes de ceux qui n'associent rien à Allah, sans qu'ils n'intercèdent pour lui auprès d'Allah"". (Muslim, Ahmad, Abou Daoud)


Manière d'accomplir la prière sur le mort


1- Ne pas être en état d'impureté : Ibn 'Omar (Radia Allah ‘anh) a dit : "Que personne n'accomplisse la prière mortuaire sauf s'il est en état de pureté rituelle".

2-Se tenir debout en faisant face à la Qibla : Ibn Qoudâma (Rahimaho Allah) a dit : "Il n'est pas permis de prier sur le mort en étant sur une monture ou assis alors qu'on à le pouvoir d'être debout car c'est une obligation". Il n'y a dans la prière sur le mort ni inclinaison, ni prosternation. La prière se fait debout du début à la fin.

3- L'imam se place devant la tête du mort si c'est un homme ou au milieu du corps si c'est une femme : Anas (Radia Allah ‘anh) a prié sur un mort et s'est placé devant sa tête, puis il a prié sur une femme et s'est placé à son milieu. On lui a demandé : "Est-ce ainsi que le Prophète faisait avec les hommes et les femmes"? Il dit : "Oui". (Ahmad, Abou Daoud, Ibn Mâja, At-Tirmidhi qui dit : authentique)

4- S'il y a plusieurs morts, ils sont placés en rang en plaçant les hommes du coté de l'imam. Nâfi' (Rahimaho Allah) a dit : "Ibn 'Omar a prié sur 9 morts, il a mis les hommes devant l'imam et les femmes du coté de la Qibla en les plaçant en 1 seul rang".

5- Faire 3 rangs avec les fidèles ou plus : Mâlik Ibn Habîra (Radia Allah ‘anh) a dit : "Le Prophète a dit : "Il n'y a pas un croyant qui meurt, puis prie sur lui un groupe de musulmans atteignant 3 rangs, sans qu'il ne soit pardonné"". (Ahmad, Abou Daoud, Ibn Mâja, At-Tirmidhi qui dit : bon, al-Hâkim qui dit : authentique)

Ahmad (Rahimaho Allah) a dit: "S'ils sont peu nombreux, ils forment quand même 3 rangs". On lui dit : "Et s'ils ne sont que 4 derrière l'imam".
Il dit : "Il se place en 2 rangs, sur chaque rang 2 personnes, il est détestable de mettre qu'une seule personne par rang".

6- Dire 4 fois "Allahou Akbar" : Jâbir (Radia Allah ‘anh) a dit : "Le Prophète a fait la prière sur le Négus en prononçant 4 fois "Allahou Akbar"". (Al-Boukhâri, Mouslim).


Ce que l'on dit dans cette prière


An-Nawawi (Rahimaho Allah) a dit : "Il faut faire 4 Takbir, après le 1er on demande protection et on récite la sourate Al-Fâtiha, puis on fait le 2eme Takbir et on fait la prière sur le Prophète en disant : "Ô Allah prie sur Mohamad et la famille de Muhammad [...] Tu es vraiment digne de louange et de gloire". Il ne faut pas dire comme le font la plupart : {Certes, Allah est Ses anges prient sur le Prophète; ô vous qui croyez priez sur lui et adressez [lui] vos salutations.} (33/56) car la prière de ceux qui disent que ça n'est pas valable. Puis on fait le 3eme Takbir et on invoque pour le mort ainsi que pour tous les musulmans [...] puis on fait le 4eme Takbir et on invoque de préférence comme suit : "Ô Allah ne nous prive pas de son salaire et ne nous tente pas après lui, et pardonne-moi ainsi qu'à lui". (Riyad As-Sâlihîn)


La prière se clôture par le Salam


On rapporte que 'Abdoullâh Ibn Abi Awfa (Radia Allah ‘anh) a dit quatre fois : "Allàhou akbar". (Allah est plus grand) sur la dépouille mortelle de l'une de ses filles. Il est resté une heure après la quatrième fois puis salua à droite et à gauche. Une fois qu'il termina, nous lui dîmes : "Qu'est-ce que cela?" Il nous dit : "Je n'ai rien ajouté à ce que faisait le Messager d'Allah (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) ". (Al-Hâkim)

Ibn Mas'oud (Radia Allah ‘anh) a dit : "Le Salam dans la prière sur le mort est comme le Salam pour les autres prières". Ahmad (Rahimaho Allah) a dit que la sounna est de ne faire qu'une seule fois le Salam à droite, c'est ainsi que faisait le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) ainsi que ses compagnons.


Des invocations prophétiques pendant cette prière


'Awf Ibn Mâlik (Radia Allah ‘anh) a dit : "Le Messager d'Allah (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) a prié une fois sur un mort. Parmi les invocations qu'il a prononcées, j'ai retenu ceci : "Seigneur Allah! Absous-le et donne-lui Ta miséricorde. Donne-lui le salut et Ton pardon. Installe-le dans une demeure généreuse. Élargis sa tombe et lave-le avec l'eau, la neige et la grêle. Nettoie-le de ses péchés comme tu as nettoyé le vêtement blanc de sa saleté. Donne-lui en remplacement de sa maison (ici-bas) une maison meilleure qu'elle et donne-lui une famille meilleure que la sienne et une épouse meilleure que la sienne. Introduis-le au Paradis et préserve-le des tourments de la tombe et des tourments de l'Enfer". Si bien que j'ai souhaité être à la place de ce mort". (Muslim)


Celui qui manque le début de la prière


Ibn 'Omar (Radia Allah ‘anhoma), Al-Hasan (Radia Allah ‘anh), Ayyoub As-Sakhtayâni, et Al-Awza'i ont dit : "Il ne rattrape pas ce qu'il a manqué de la prière sur le mort, et il fait le Salam avec l'imam".

Ibn Qoudâma (Rahimaho Allah) a dit : "Il est rapporté que Aicha a dit : "Je prie sur le mort mais en ratant parfois le début". Il dit : "Ce que tu entends alors fais-le, et ce qui t'es passé tu ne dois pas le rattraper"". (Al-Moughni)


La prière une fois que le mort est enterré


Il est rapporté par Al-Boukhâri (Rahimaho Allah) que le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) a prié sur les morts d'Ouhoud 8 ans après leur enterrement.

Ibn 'Abbas (Radia Allah ‘anhoma) rapporte que : le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) arriva une fois devant une tombe "fraîche". Les compagnons se rangèrent derrière lui et il prononça quatre "Takbîrs". (Al-Boukhâri et Mouslim)


La prière des femmes sur le mort


'Omar (Radia Allah ‘anh) a attendu Oum 'Abdoullâh pour faire la prière sur 'Atba; de même Aicha (Radia Allah ‘anh) a demandé la dépouille de Sa'd Ibn Abi Waqqâs (Radia Allah ‘anh) pour prier sur lui.

An-Nawawi (Rahimaho Allah) a dit : "Elles le font en groupe comme les autres prières"; c'est aussi l'avis d’Al-Hasan Ibn Sâlih, Soufiyan Ath-Thawri, Ahmad et les hanafites. Malik a dit : "Elles prient séparément".

source:
http://piliersdelislam.over-blog.com/article-4712426.html


Rédigé par Mashallah

Publié dans #Prière

Publié le 2 Septembre 2006

Pour corriger une prière il faut d’abord savoir quels sont les piliers, les actes obligatoires (fard) et surérogatoires (sunnah) de la prière

 

 

 

 

 

1.   1.     Les piliers de la prière (ils sont au nombre de 12)

 

 

 

-         -         Etre debout est la position à prendre au début de la prière.

 

-         -         Faire le Takbir (dire Allahou akbar au début de la prière).

 

-         -         La lecture de la sourate al Fatiha.

 

-         -         Le roukoua (l’inclinaison vers l’avant afin d’avoir le dos à l’horizontal avec les mains sur les genoux).

 

-         -         Se relever du roukoua.

 

-         -         Le soujoud (la prosternation).

 

-         -         S’asseoir entre les prosternations.

 

-         -         Respecter un temps précis pendant chacune de ces positions afin d’éviter la précipitation.

 

-         -         Réciter le Tachahoud.

 

-         -         S’asseoir après le dernier Tachahoud.

 

-         -         Faire le salut en direction de la droite.

 

-         -         Le classement (l’ordre) des piliers doit être respecter, car il représente lui-même un pilier.

 

 « Ces piliers sont indispensables, et la négligence de l’un d’entre eux annule la prière, et il faut par conséquent la recommencer. » (Ibn Koudama fi el Moughni).

 

 

 

Ces piliers sont indispensables et nous devons ni les oublier ni les négliger.

 

 

 

A l’exception de :

 

La lecture de la Fatiha , qui est une obligation pour l’imam et pour celui qui prie seul, mais elle ne l’est pas pour celui qui prie derrière l’imam, quand ce dernier lit la Fatiha à voix haute (les prières Sobh, Maghreb et ‘Icha).

 

Et aussi à l’exception :

 

Des prières surérogatoires (les sounnahs) c’est-à-dire, prier en étant debout n’est pas obligatoire pour les prières surérogatoires.

 

 

 

La manière de corriger l’oubli d’un pilier.

 

 

 

Si l’on néglige l’un de ces piliers volontairement, alors la prière est annulée et il faut la refaire, et si c’est par erreur ou par oubli, alors il faut la corrigée comme expliquée à la suite.

 

 Si celui qui prie se rappelle de l’oubli ou de l’erreur après le salut et qu’il s’écoule une longue durée de temps, alors sa prière est annulée.

 

 Et s’il ne s’écoule pas une longue durée, alors il faut reprendre sa prière à partir du moment où a été commis l’oubli, l’erreur ou le doute. (D’après Ahmed, Ach-Chafi’i et d’autres savants.)

 

D’autres savants ont dit :

 

« Si celui qui prie oublie le dernier Tachahud ou bien le salam, alors il les refait, et s’il oublie autre chose alors il recommence une rakat SAUF s’il a oublié takbirat el ihram (c’est-à-dire quand on dit Allahou akbar au début de la prière), car celui qui ne le prononce pas, c’est comme s’il n’avait rien fait. »

 

 

 

HADITH

 

Abou Hourayra (RAA) raconte : «  Un jour le Prophète (sallallahou alayhi wa salam)  a fait la prière du ‘Icha avec 2 rakats seulement puis il salua, et quand on lui fit la remarque, le Prophète (sallallahou alayhi wa salam)  alors continua ce qui manquait de la prière, et il salua et il a dit Allahou akbar et se prosterna puis il a dit Allahou akbar, et il se prosterna ensuite il a dit Allahou akbar et s’est assis et enfin il salua. » En accord sur ce hadith.

 

 

 

Si celui qui prie se rappelle de l’oubli, l’erreur ou le doute après la prière, il faut que ce soit après une courte durée afin qu’il puisse se rattraper, et il ne faut pas trop parler entre temps, et encore moins de choses extérieurs à la prière (intérêts matériels).

 

 

 

HADITH

 

Omrane Ibn Houssaïn a dit que le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) a fait 3 rakats pendant la prière de l’’Asr, puis il salua, et entra chez lui ; un homme aux avant-bras longs a dit au Prophète (sallallahou alayhi wa salam): «  Prophète de Dieu, est-ce que la prière a diminué ? » Puis le Prophète (sallallahou alayhi wa salam)  sortit en n’étant pas content de lui-même, et il pria la rakat qu’il avait oublié puis salua, et fit 2 prosternations de l’oubli puis il salua ». Rapporté par Mouslim.

 

 

2. Les obligations de la prière (elles sont au nombre de 5)

 

 

 

-         -         Dire  «  Allahou akbar »  à chaque mouvement.

 

-         -         Dire «  Gloire à Dieu » « Soubhan Allah »  une fois pendant les inclinaisons et les prosternations.

 

-         -         Dire « Allah entend celui qui lui est reconnaissant » quand on se relève  « sami’a Allahou limen hamida ».

 

-         -         S’asseoir après la deuxième rakat et dire  tachahoud.

 

-         -         Dire la prière et la bénédiction sur le Prophète (sallallahou alayhi wa salam)  pendant le dernier tachahoud de la prière.

 

 

 

Telles sont les obligations de la prière,

 

Quiconque aurait négligé volontairement une des obligations de la prière, sa prière serait alors annulée.

 

Et celui qui aurait négligé quelque chose par oubli alors cette obligation tomberait avec l’oubli, c’est-à-dire que celui qui prie ne reviendrait pas à cette obligation après l’avoir oubliée afin de la corriger, mais il compenserait cela par deux prosternations de l’oubli à la fin de la prière.

 

 

 

Les indications sont :

 

 -         Que le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) était en prière puis à la deuxième rakat, il se leva pour la troisième  rakat en oubliant le tachahoud, puis il compensa son oubli par deux prosternations de l’oubli avant le salut final de la prière.

 

-         Et ceci s’applique à toutes autres obligations tel que le tachahoud de la même manière.

 

 

4. La prosternation de l’oubli

 

 

 

La prosternation de l’oubli est légale dans le rajout, le manque ou bien le doute pendant la prière. D’après ce qui est venu dans la sounnah du Prophète (sallallahou alayhi wa salam)  .

 

Il n’y a pas de différence entre la prière obligatoire et la prière surérogatoire en ce qui concerne la prosternation de l’oubli, et c’est ce qui a été dit par la plupart des Oulamas[i][2]

 

 

 

HADITH

 

-         -         Le Prophète (sallallahou alayhi wa salam)   a dit : « Si l’un d’entre vous oublie alors qu’il se prosterne deux fois. »

 

-         -         Et il (sallallahou alayhi wa salam) a dit : « Si l’un d’entre vous oublie et qu’il a ou bien rajouté ou bien diminué, alors qu’il se prosterne deux fois. »

 

 

 

La prosternation de l’oubli n’est pas légalisée pour la prière de l’enterrement ainsi que pour la prosternation de la lecture du Coran (Sajda at-tilaoi)

 

 

 

5. Le rajout des actes

 

 

 

Par exemple si la personne qui prie se lève alors qu’elle doit s'asseoir ou le contraire (s'asseoir au lieu de se lever) ou bien ajouter une rakat ou un pilier de la prière.  Donc si elle commet l'un des cas cité alors sa prière sera annulée, par contre si c'est par oubli alors elle se prosterne deux fois.

 

Donc si la personne rajoute une rakat et qu'elle n'ait pris conscience du rajout qu'une fois la rakat ter­minée, alors elle se prosterne deux fois.

 

 

 

Abdou Allah Ibn Massoud a raconté que le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) a prié avec nous cinq rakats, et quand il en finit, les gens derrière bavardaient, alors le Prophète (sallallahou alayhi wa salam), a dit: « Que se passe t-il ? », ils ont dit: « Ô Prophète de Dieu, est-ce que la prière a augmentée », il (sallallahou alayhi wa salam) répondit « Non », ils ont dit : « Car tu as fait cinq rakats », alors il (sallallahou alayhi wa salam) reprit sa place puis il (sallallahou alayhi wa salam) se prosterna deux fois et il (sallallahou alayhi wa salam) salua.  Il (sallallahou alayhi wa salam) a dit ensuite : « Je suis un être humain comme vous, j'oublie comme vous oubliez, alors si l'un d'entre vous oublie, qu'il se prosterne deux fois. » Rapporté par Mouslim

 

 

 

-         -         Ici, le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) a parlé des choses extérieures à la prière, mais ceci est légal car il a parlé pour l’intérêt de la prière.

 

-         -         Par contre si quelqu'un parle par oubli ou par ignorance, quelques savants ont dit que dans ce cas là la prière était nulle et d'autres ont dit qu'elle ne l'était pas.

 

 

 

HADITH

 

- Hadith du Prophète (sallallahou alayhi wa salam) qu'a rapporté Mouaouia Ibn Al Hakem As-Salami, il a dit:  «  Alors que je priais avec le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) quelqu'un éternua, je lui ai alors dit «  Qu'Allah te donne sa miséricorde ». Alors le reste des gens qui priaient m'ont jeté un regard, j'ai dit alors «  Pourquoi me regardez-vous de cette manière ? » Alors ils ont tapé sur leurs cuisses avec leurs mains, quand j'ai vu qu'ils ne me répondaient pas je me suis alors tu.  Quand le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) eu fini de prier, je n'ai pas vu d'enseignant avant ou après lui mieux que lui, car je jure par Allah qu’il ne m'a ni détesté, ni frappé, ni insulté, puis il (sallallahou alayhi wa salam) a dit que dans la prière les paroles et les dialogues des gens n'étaient pas autorisés mais seules sont autorisées les glorifications, la lecture du Coran et le takbir. »

 

 

 

Ce qu'on voit dans ce hadith c'est que les savants ont constaté que le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) n'a pas ordonné à cet homme de recommencer sa prière et ceci prouve que sa prière était correcte.

 

 Ceci est la doctrine de Malik et Ach-Chafi’i :

 

 -         Si dans le cas où la personne salue à la fin de la prière tout en pensant qu'elle finit la prière alors que sa prière a diminué, et puis qu’on a dit à cette personne qu'il manquait une rakat à sa prière par exemple, alors il refait une rakat puis il se prosterne deux fois, et là sa prière est correcte comme dans le hadith de Zou El Yadin.

 

 

 

-         La prosternation de l'oubli se fait avant le salut dans le cas où la prière est diminuée, et elle se fait après le salut dans le cas du rajout comme l'ont prouvé les hadiths.

 

 

 

7. La diminution dans la prière

 

 

 

Si celui qui prie a un doute qu'il a oublié un pilier de la prière, c'est comme s'il ne l'avait pas fait.

 

Quand celui qui prie oublie un pilier dans une rakat et qu'il s'en rappelle pendant la suivante, alors la rakat qui est incomplète est annulée et s'il s'en rappelle avant de commencer la rakat qui suit, alors il revient à ce pilier et ce qui le suit, car s’il ne revient pas à ce pilier alors qu’il sait qu’il  ne l’a pas fait sa prière est alors nulle.

 

 

 

En résumé:

 

 Celui qui néglige un pilier que ce soit une incli­naison ou une prosternation par oubli, et qu'il ne s'en ai pas rappelé jusqu'à ce qu'il est commencé la rakat qui suit, alors la rakat où s'est fait l'oubli est annulée et celle qui suit cette rakat en prend la place (Ahmed et Malik).

 

 

 

Et s'il oublie un pilier dans la dernière rakat et qu'il s'en rappelle après le salut, alors il doit se lever afin de faire une nouvelle rakat.

 

 

 

La diminution dans les obligations de la prière

 

 

 

Si le tachahoud du milieu est oublié, et que celui qui prie se relève par la suite il n'est pas obligé de reve­nir à ce tachahoud, mais il se doit de faire deux pros­ternations de l'oubli avant le salut.

 

Par contre, s'il s'en rappelle avant de se lever, alors il y revient et fait son tachahoud et il doit faire aussi deux prosternations de l'oubli à la fin de la prière avant le salut.

 

 

 

- Le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) a dit :  « Si l'un d'entre vous se lève après avoir fait deux rakats et qu'il oublie le tachahoud du milieu, et qu'il n'est pas totale­ment debout alors qu'il s'assoit et s'il se lève tota­lement alors qu'il se prosterne deux prosterna­tions de l'oubli. » Rapporté par Ibn Daoud et Ibn Malik.

 

 Si l'imam se rappelle qu'il a oublié le tachahoud avant qu'il soit debout, alors ceux qui prient derrière lui doivent le suivre.

 

Et si ceux qui prient derrière l'imam lui rappel­lent qu'il a oublié un piller avant qu'il soit totalement debout et qu'il ne soit pas revenu à ce pilier, alors ils ne sont pas obligés le suivre.

 

Car il a négligé une obligation volontairement, et s'il se serait totalement mis debout, alors ils auraient été obligés de le suivre.

 

 

 

Quand celui qui prie doute dans le nombre de rakats

 

 

 

Le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) a dit : « Si l'un d'entre vous doute de sa prière et qu'il ne sait pas s'il a rajou­té ou diminué, alors s'il doute qu'il en a fait entre une ou deux qu'il l'a considère comme une, et s'il doute que c'est entre deux et trois rakats alors il les considère comme deux rakats, pour que le doute soit dans le rajout.  Puis il fait deux pros­ternations de l'oubli après le salut. » Rapporté par Ibn Maja et At-Tirmidhi. Hadith bon et correct

 

 

 

- Abou Hourayra a rapporté que le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) a dit :  « Si l'un d'entre vous se lève afin de prier, le diable vient le perturber au point où il ne sait plus combien de rakats il a prié, si cela arrive à l'un d'entre vous alors qu'il se prosterne deux fois quand il est assis. »

 

 

 

Le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) a dit : « Il n'y a pas de trahison dans la prière. » Ceci veut dire qu'il ne faut pas en sor­tir que si seulement on a la certitude quelle est complè­te. »

 

 

 

Si celui qui prie oublie quelque chose de la priè­re alors qu'il prie derrière l'imam, alors il n'a pas à faire deux prosternations de l'oubli à la fin de la prière, mais si c'est l'imam qui oublie alors il faut que celui qui prie fasse deux prosternations de l'oubli avec l'imam.

 

 

 

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Prière

Publié le 2 Septembre 2006

On ne peut pas parler de prière sans concentration, sinon que reste t-il? De la gymnastique? Un délire de parole, répétées par automatisme?

 

 

 

Voyons quel est l’esprit de la pratique la plus importante de l’Islam :

 

 

 

a) L'intention

 

 

 

'Umar Ibn al-Khattâb (radiya lahou 'anhou) a dit: « J'ai entendu le Messager de Dieu (sallallahou alayhi wa salam) dire: « Les actes ne valent que par leur intention. Et à chacun selon son dessein. Celui qui émigre pour Dieu et Son Messager, son émigration lui sera comptée comme étant pour Dieu et Son Messager. Et celui qui émigre pour acquérir des biens de ce bas monde ou pour épouser une femme, son émigration ne lui sera comptée que pour ce vers quoi il a émigré. » (Rapporté par Mouslim)

 

 

 

C'est la même chose pour la prière, si on fait la prière pour Dieu, on en sera récompensé. Mais si on fait la prière pour que les gens disent : « Oh! elle fait la prière, elle est bien, c'est une bonne musulmane » ça devint du chirk (l'association).

 

 

 

b) La sincérité

 

 

 

La pureté de l'intention et la sincérité du cœur pour le Seigneur des mondes élèvent l'action purement profane dans ce monde et la transforment en un acte d'adoration agréé. C'est à dire que c'est la sincérité et l'intention que l'on fait quelque chose pour Dieu qui rend tout chose un ibadat (adoration). Si on aime quelqu'un pour Dieu, ça devient une adoration, si on va chercher un verre d'eau pour quelqu'un pour Dieu, ça devient une adoration, si on va au travail pour Dieu, ça devient une adoration. Et qui dit adoration ,dit récompense.

 

 

 

L'Envoyé de Dieu (sallallahou alayhi wa salam) a dit: « Dieu ne regarde pas vos corps ni vos formes, mais regarde vos cœurs et vos œuvres » (Mouslim)

 

 

 

Il est dit également dans un autre hadith: « Au jour de la Résurrection , on amènera le monde d'ici-bas, on triera ce qui y était pour Dieu et on rejettera ce qui n'y était pas pour Dieu dans le Feu de la Géhenne  » (Al-Baïhaqî)

 

 

 

c) Le recueillement et la concentration.

 

 

 

La concentration peut faiblir et se renforcer en fonction du degré de puissance de la foi en la vie future et du mépris du bas-monde. Lorsque l'on remarque que notre cœur n'est pas présent dans la prière, c'est à cause de la faiblesse de la foi. Et la cause de la faiblesse de la foi, c'est l'amour de ce bas-monde.

 

 

 

On a demandé à Amir Ibn Abd Qays: « Ton âme te fait elle penser à quelque chose parmi mes affaires du bas-monde pendant que tu es en prière? » Il a répondu: « Je préfère être transpercé par les lances plutôt que de connaître ce genre de choses. »

 

 

 

Déraciner du cœur l'amour du bas-monde est une chose difficile et l'effacer entièrement est chose rare. Aussi il convient de s'y exercer dans la mesure du possible, et c'est Dieu qui accorde le succès et l'assistance.

 

 

 

Quelques conseils pour la concentration:

 

 

 

1) Se préparer: la concentration commence dès les ablutions, penser aux péchés qui tombent avec l'eau des ablutions, mettre de « beaux » vêtements qui ne nous gêne pas pendant la prière parce qu'il sont trop serrés, ou qu'on marche dessus... Faire l'adhan, puis l'iqâma. Tout cela est un rituel pour entrer en concentration. Si on a vraiment du mal à se concentré, faire un petit ta'lim avant la prière, prendre un livre de hadiths et lire ceux qui se rapporte à la valeur de la prière, la concentration, … ou lire un peu de Coran

 


2) Prier dans une pièce calme, pas au plein milieu du salon, avec les enfants qui court partout,  s'installer dans un endroit propre, calme, sans télé, sans chose qui pourrait déconcentré.

 


4) Si on quelque chose à faire, le faire avant pour ne y penser pendant la prière, bien sûr si cela ne dépasse pas le temps légale de la prière. Ne pas prier si on a quelque chose sur le feu ou qu’on a envie d'aller aux toilettes. Ou quand le repas est servi.

 


5) Penser qu'on se met devant la Kaba'a et penser qu'on est à la Mecque.

 

 

 

6) Penser qu'on est devant Dieu, le respect que cela sous entend. Si on est devant le Président on ne va pas être déconcentré, dire n'importe quoi, alors devant Dieu?

 

 
7) Il est conseillé d'imaginer le paradis sur notre droite et l'enfer sur la gauche ou de penser que c'est son dernier jour de vie, pour se pousser encore plus à être concentré dans sa prière, ou alors, pensez très fort aux supplices de l'enfer. En se souvenant de ses pêchés, on souhaite ardemment d'Allah nous préserve du châtiment du feu et qu'il accepte notre prière.

 

 

 

8) Voici encore autre chose n'oublions pas aussi que c'est shaytan qui nous détourne de notre prière. Voici les conseils de Notre Prophète Bien aimé (sallallahou alayhi wa salam) :

 

Si une personne prie et que les insufflations de shaytan envahissent ses pensées dans ses prières lui causant des problèmes dans la récitation du Coran et lui font douter des raka’ats accomplies que doit il faire ?

 

C’est arrivé à un des compagnons du Prophète dont le nom est Uthman Bin Abi Al-Aas (radiya lahou 'anhou), il est donc venu se plaindre au Prophète (sallallahou alayhi wa salam ) et il lui dit « Le shaytan vient entre moi et ma prière et me cause des problèmes avec ma récitation ».  Le Messager d'Allah (sallallahou alayhi wa salam) a dit : « C'est un shaitan appelé Khanzab, ainsi si vous sentez sa présence, cherchez le refuge auprès d'Allah (soubhânahou wa ta'âlâ)  et soufflez une brume à votre gauche trois fois. » Il a dit : « J'ai appliqué ce conseil et Allah (soubhânahou wa ta'âlâ) m'a débarrassé de lui. »

 

 

 

 Ce hadith inclut deux façons de se débarrasser du shaytan de la prière:

 

 

 

- Premièrement il faut chercher refuge auprès d'Allah (soubhânahou wa ta'âlâ) contre le mal du shaytan en prononçant ces mots de refuge: « Je cherche refuge auprès de Dieu contre Satan le lapidé » « A'oudhou billahi minach-chai'tanirajim ».

 

 
- Deuxièmement : en soufflant une brume à gauche trois fois. Ce souffle est essentiellement de l'air semblable au crachement, mais avec une brume infime de salive, à condition que cela ne dérange pas la personne à côté de lui, ni rende le masjid (la mosquée) sale.

 

 

 

8) Prier lentement, en réfléchissant à ce que l'on dit, même si on ne comprend pas l'arabe. S'arrêter après chaque verset et se le traduire dans la tête pour bien savoir ce qu'on dit. Utiliser le tajwid pour prononcer les sourates ça aide à la concentration.

 

Dans le livre « La prière du Prophète (sallallahou alayhi wa salam) » du le cheikh Albani (rahimoulah),  on peut lire en page 36-37:

 

 « La sounnah dans la lecture du Coran est de lire verset par verset par exemple:

 

« Bismilahi rahmani rahim »

 

 puis on s'arrête,

 

« Al hamdoulilahi rabil alamin »

 

s'arrêter, et lire...

 

Ca permet aussi d'être concentré si on fait attention a bien articuler et bien prononcer chaque sourate.

 

 Il va de soi que les formules contre chaytan doivent être réciter comme:

 

"Ahouzou bilahi mina chaytani radjim min hamzihi wa nafkhihi wa nafthihi"  (« Je cherche la protection d'Allah contre satan le maudit, contre ses insinuations, ses insufflations et ses poésies érotiques »).

 

 

 

9) Prendre le temps de s'incliner, de se prosterner, que les membres se reposent. Le Prophète (sallallahou alayhi wa salam ) fessait une inclinaison qui durait autant que sa récitation et une prosternation toute aussi longue.

 

 

 

10) Essayer pour les louanges que l'on fait (Subhana rabbi l'azim wa bihamdihi....) ou pour l'istighfar (demander pardon), essayer de les associer (excusez moi du terme) à une situation vécue par exemple : « Al hamdou lillah qui m'a donné ceci, cela, qui a fait ceci, cela.... », « Astaghfiroullah parce que j'ai fait ceci, cela, j'ai dis ça, je n'ai pas fais ça .... » comme ça on fait notre prière avec beaucoup plus de sincérité et donc de concentration.

 

Aussi pendant premier soujoud, demander à Allah (soubhanahou wa ta'ala) de nous donner de la concentration dans cette prière et dans les autres et d'éloigner le waswas. Ça pousse à faire des efforts car on se sent mal de demander quelque chose à Allah et de ne pas faire les efforts par la suite.

 

 

 

11) Après la prière ne pas se précipiter à une autre occupation, rester encore un peu assis.

 

 

 

Sources : - «  L’éthique du Musulman – Les fondements de la morale » -  Mohammad Al Ghazali -Editions Al Qalam 1993

 

 

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Prière

Publié le 26 Août 2006

Respecter les heures de prière et prendre garde de la retarder ou de laisser passer son temps:


Allah ('azawadjal) dit: (sens en français)
" La Salat demeure, pour les croyants, une prescription, à des temps déterminés. " (Coran, 4:103)

Al-Bukhâri (qu'Allah lui fasse miséricorde) dit:
Mawqûtan veut dire: Il les a prescrit à des heures déterminées.
Abû Amr al-Shaybânî dit: Le propriétaire de cette maison -il désignat la maison de 'Abdullah- nous rapporta avoir dit:
J'ai questionné le Prophète (salallahou'alayhi wa salam) :
Quel acte est le plus aimé d'Allah. Il répondit: La prière à son heure.

Il dit: Puis lequel?
Il répondit: Ensuite, la bonté envers les parents.

Il reprit: Et puis lequel?
Il répondit: Le combat dans le sentier d'Allah.

Il dit:: Il me les a rapportées et si je lui en avais demandé davantage, il m'en aurait cité plus. (Boukhâri, 527 -Muslim, 85)

Le Prophète (salallahou'alayhi wa salam) a bien montré que la prière accomplie à son heure est l'un des actes les plus aimés auprès d'Allah ('azawadjal). Le Prophète (salallahou'alayhi wa salam) l'a placée avant la bienfaisance envers les parents et le combat pour la cause d'Allah.
Ce qui prouve cela est qu'il utilisait le terme "thumma" (ensuite), ce qui indique entre autre l'ordre logique, comme cela est connu en langue arabe.

Ibn Hajar (qu'Allah lui fasse miséricorde) dit dans al-Fath:
Ibn Bazîza a dit:
<<Ce qui découle après réflexion est que le Jihâd précède l'ensemble des actes du corps car il nécessite un don de sa personne, si ce n'est que patiente quant à l'accomplissement de la prière à ses heures ainsi que la bienfaisance envers les parents est une chose obligatoire et souvent répétée. D'ailleurs, seule les véridiques patientent dans l'observance des ordres dAllah, et Allah est plus Savant>>.

Je vais donner un exemple pour éclaircir cela: Prenons un homme expérimenté dans son commerce, avec toutes ses occupations et ses liens. Il est fréquent que le Diable le trompe quant à l'accomplissement de la prière en groupe ou une partie de la prière. Puis, en lui exposant les textes relatifs au Jihâd pour la cause d'Allah, ainsi que les exploits héroïques des Compagnons (qu'Allah soit satisfait d'eux), en lui parlant avec envie du Paradis et lui rappelant l'ascétisme, il regardera cette vie après cette exhortation et verra qu'elle ne vaut pas grand chose. Il méditera sur l'au-delà et verra qu'elle qu'il occupe une grande place en lui. Il s'empressera alors d'aller à un paradis dont la largeur est équivalente à celle des cieux et de la terre, il fera vite son testament et donnera les droits de chacun, puis fera ses adieux à la famille et les proches pour se rendre sur le champ de bataille. C'est alors qu'il tombera martyr pour la cause d'Allah ('azawadjal).

Supposons maintenant que l'on n'ait pas appelé cet homme au Jihâd mais plutôt à veiller à accomplir la prière à ses heures, en lui citant les textes, exhortations, avertissements et situations touchantes, qu'attendrons-nous de cette personnes ?
Il se peut qu'il réponde à cet appel et pleure pour ce qu'il a fait, il prendra alors la ferme décision d'accomplir d'accomplir la prière à ses heures, et il se peut qu'il le fasse pendant quelques jours mais le diable lui fait des suggestions et les occupations sont nombreuses, uis il y ales rendez-vous, les réunions et les lourdes responsabilités. Ainsi, le diable prend le dessus et parvient à ce que la personne rate certaines heures de la prière, mais la personne reprend le dessus sur le diable, puis rate une prière nouvelle fois. Et ainsi de suite... La personne reste en combat permanent avec le diable pendant les cinq moments de la prière dans la journée et la nuit, alors que la vie est composée de nombreux jours et nuits.

Ceci est un combat avec soi-même de même que le premier exemple illustre un combat avec soi-même, mais lequel est le plus important des deux ? L'un est le combat d'une vie tandis que l'autre est celui d'une heure, d'un jour, d'un mois ou de plusieurs années. Dans tous les cas, je dis que dans tout cela il y a du bien.

Et je demande à Allah de me compter parmi ceux qui accomplissent la prière à ses heures avec la concentration requise, ainsi que tous Ses ordres, et de me compter parmi les martyrs, Il est Capable de toute  chose.

Extrait du livre: LA PRIERE
Son influence sur l'intensification de la foi et l'éducation spirituelle (Al-Hadith éditions; p.30-33)
Shaykh Husayn al-'Awâysha

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Prière

Publié le 25 Août 2006

Il existe 2 type d'ablutions. Les petites ablutions appeler "Wudu" (Od'o) pour les petits péchés, et les grandes ablutions appeler "Rosouhl" pour les grands péchés.Avant de faire la prière, ses ablutions sont obligatoire. Nous allons voir seulement les petites ablutions : 

 

  • Qu'est ce que les petites Ablution ?

 

Les ablutions tonifient le corps et le purifient, c’est aussi un moyen d’expiation pour les petits péchés. En effet, le Prophète (salla ‘ala alayhi wa salam) disait : « Quand le croyant fait ses ablutions et se lave le visage, tous les péchés qu'il a commis avec ses yeux partent avec l'eau, et quand il se lave les mains, tous les péchés qu'il a commis avec ses mains partent avec l'eau. Et quand il lave ses pieds, tous les péchés vers lesquels il s'est dirigé partent avec l'eau. » (Rapporté par Mouslim).

On commence par l'intention. Le croyant doit dire : « Bismillahi-r-rahmeni-r-rahim. Allahou» « Au nom d'Allah, Le Clément, Le Miséricordieux».

 

  • Les actes qui annulent l’ablution ?

 L’ablution est annulée :

1) Par toute évacuations par les voies naturelles : selles, urines, excrétions prostatiques et gaz. Ce sont les évacuations visées par le Prophète (salla ‘ala alayhi wa salam) quand il dit : « Dieu n’accepte la prière de l’un de vous, après un besoin naturel, que s’il renouvelle son ablution. » (Rapporté par Boukhârî)

2) Après un profond sommeil.

3) Après un arrêt de l’activité mentale sous l’effet d’évanouissement, d’alcool ou de folie.

4) Quand on touche ses parties intimes avec la paume de la main ou avec les doigts. Le Prophète (salla ‘ala alayhi wa salam) a dit : « Quiconque a touché ses parties intimes doit renouveler son ablution avant de faire sa prière. (Rapporté par Tirmidhi).

5) L’imam Malik rapporte, dans son recueil de hadiths, d’après Ibn ‘Umar ces paroles : « Quiconque embrasse ou caresse sa femme (avec l’intention d’en jouir) doit renouveler ses ablutions. »

 

  • Comment faire les ablutions ?

 Se laver les mains 3 fois

1) On lave les deux mains (en commençant par la droite), en faisant attention que l’eau coule bien partout notamment entre les doigts.

 

 Se rincer la bouche 3 fois  2) On serince la bouche, en faisant passer l'eau un partout à l'intérieur et en frottant avec son doigt.

 Aspirer de l'eau par les narines puis la rejeter 3 fois  3) On se rince le nez en aspirant et se rejetant l’eau par son nez.

Se laver le visage 3 fois  4) On se laves le visage en vérifiant que l'eau se répand sur tout le visage, trois fois. 

Se laver les bras jusqu'aux coudes 3 fois   5) On se lave les avant-bras en commençant par le droit, du haut des mains jusqu'aux coudes compris.

 Passer les mains humides sur la tête 3 fois  6) On se lave les cheveux du haut du front jusqu'en haut de la nuque en utilisant les deux mains.

 

 7) On se lave les deux oreilles, en utilisant, par exemple, l'index pour l'intérieur et le pouce pour l'extérieur.

Se laver les pieds 3 fois   8) Laver les deux pieds ainsi que les chevilles, en faisant bien attention à ce que l’eau coule bien entre les doigts.


 

 

  • / ? Petite info : Pourquoi doit t'on faire toujour 3 fois les action ?

Et bien c'est simplement Tout simplement parce que c'est la sounnah, le Prophètesaws faisait ainsi et comme c'est le meilleur exemple à suivre et bien nous faisons comme lui.

 


 

  • A la fin, réciter la chahada : « Ach-chadou an lâ 'ilaha 'illallah wahda lâ charikallah, wa 'ach-chadou 'anna Mouhammadan Abdouhou wa rasoulouhou »« Je témoigne qu’il n’y pas d’autres dieux que Dieu et que Mouhammad est Son esclave et Son envoyé »
  • Et l’invocation suivante :

« Allahoumma-j’alnî mina-t-tawwâbîna wa-j’alnî mina-l-moutahhirîn» « Seigneur, Dieu ! Faites que je sois parmi les repentants et des purs ».

source: http://islamuslim.free.fr

 

 

 

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Prière

Publié le 25 Août 2006

As Salam Arleykoum wa rahmatoullah wa barakatouhou,
Certain Musulman se demande si prier sans concentration et pensser à autre chose est bon.
Pour repondre a cette questio tout d'abord, on ne peut pas parler de prière sans concentration, sinon que reste t-il? De la gymnastique? Un délire de parole, répétées par automatisme?

Voyons quel est l'esprit de la pratique la plus importante de l'Islam :


a) L'intention

'Umar Ibn al-Khattâb (radiya lahou 'anhou) a dit: « J'ai entendu le Messager de Dieu (sallallahou alayhi wa salam) dire: « Les actes ne valent que par leur intention. Et à chacun selon son dessein. Celui qui émigre pour Dieu et Son Messager, son émigration lui sera comptée comme étant pour Dieu et Son Messager. Et celui qui émigre pour acquérir des biens de ce bas monde ou pour épouser une femme, son émigration ne lui sera comptée que pour ce vers quoi il a émigré. » (Rapporté par Mouslim)


C'est la même chose pour la prière, si on fait la prière pour Dieu, on en sera récompensé. Mais si on fait la prière pour que les gens disent : « Oh! elle fait la prière, elle est bien, c'est une bonne musulmane » ça devint du chirk (l'association).


b) La sincérité

La pureté de l'intention et la sincérité du cœur pour le Seigneur des mondes élèvent l'action purement profane dans ce monde et la transforment en un acte d'adoration agréé. C'est à dire que c'est la sincérité et l'intention que l'on fait quelque chose pour Dieu qui rend tout chose un ibadat (adoration). Si on aime quelqu'un pour Dieu, ça devient une adoration, si on va chercher un verre d'eau pour quelqu'un pour Dieu, ça devient une adoration, si on va au travail pour Dieu, ça devient une adoration. Et qui dit adoration ,dit récompense.

L'Envoyé de Dieu (sallallahou alayhi wa salam) a dit: « Dieu ne regarde pas vos corps ni vos formes, mais regarde vos cœurs et vos œuvres » (Mouslim)

Il est dit également dans un autre hadith: « Au jour de la Résurrection, on amènera le monde d'ici-bas, on triera ce qui y était pour Dieu et on rejettera ce qui n'y était pas pour Dieu dans le Feu de la Géhenne » (Al-Baïhaqî)


c) Le recueillement et la concentration.

La concentration peut faiblir et se renforcer en fonction du degré de puissance de la foi en la vie future et du mépris du bas-monde. Lorsque l'on remarque que notre cœur n'est pas présent dans la prière, c'est à cause de la faiblesse de la foi. Et la cause de la faiblesse de la foi, c'est l'amour de ce bas-monde.

On a demandé à Amir Ibn Abd Qays: « Ton âme te fait elle penser à quelque chose parmi mes affaires du bas-monde pendant que tu es en prière? » Il a répondu: « Je préfère être transpercé par les lances plutôt que de connaître ce genre de choses. »

Déraciner du cœur l'amour du bas-monde est une chose difficile et l'effacer entièrement est chose rare. Aussi il convient de s'y exercer dans la mesure du possible, et c'est Dieu qui accorde le succès et l'assistance.


Quelques conseils pour la concentration:


1) Se préparer: la concentration commence dès les ablutions, penser aux péchés qui tombent avec l'eau des ablutions, mettre de « beaux » vêtements qui ne nous gêne pas pendant la prière parce qu'il sont trop serrés, ou qu'on marche dessus... Faire l'adhan, puis l'iqâma. Tout cela est un rituel pour entrer en concentration. Si on a vraiment du mal à se concentré, faire un petit ta'lim avant la prière, prendre un livre de hadiths et lire ceux qui se rapporte à la valeur de la prière, la concentration, ... ou lire un peu de Coran


2) Prier dans une pièce calme, pas au plein milieu du salon, avec les enfants qui court partout, s'installer dans un endroit propre, calme, sans télé, sans chose qui pourrait déconcentré.


3) Si on quelque chose à faire, le faire avant pour ne y penser pendant la prière, bien sûr si cela ne dépasse pas le temps légale de la prière. Ne pas prier si on a quelque chose sur le feu ou qu'on a envie d'aller au toilettes. Ou quand le repas est servi.


4) Penser qu'on se met devant la Kaba'a et penser qu'on est à la Mecque.


5) Penser qu'on est devant Dieu, le respect que cela sous entend. Si on est devant le Président on ne va pas être déconcentré, dire n'importe quoi, alors devant Dieu?


6) Il est conseillé d'imaginer le paradis sur notre droite et l'enfer sur la gauche ou de penser que c'est son dernier jour de vie, pour se pousser encore plus à être concentré dans sa prière, ou alors, pensez très fort aux supplices de l'enfer. En se souvenant de ses pêchés, on souhaite ardemment d'Allah nous préserve du châtiment du feu et qu'il accepte notre prière.


7) Voici encore autre chose n'oublions pas aussi que c'est shaytan qui nous détourne de notre prière. Voici les conseils de Notre Prophète Bien aimé (sallallahou alayhi wa salam) :

Si une personne prie et que les insufflations de shaytan envahissent ses pensées dans ses prières lui causant des problèmes dans la récitation du Coran et lui font douter des raka'ats accomplies que doit il faire ?

C'est arrivé à un des compagnons du Prophète dont le nom est Uthman Bin Abi Al-Aas (radiya lahou 'anhou), il est donc venu se plaindre au Prophète (sallallahou alayhi wa salam ) et il lui dit « Le shaytan vient entre moi et ma prière et me cause des problèmes avec ma récitation ». Le Messager d'Allah (sallallahou alayhi wa salam) a dit : « C'est un shaitan appelé Khanzab, ainsi si vous sentez sa présence, cherchez le refuge auprès d'Allah (soubhânahou wa ta'âlâ) et soufflez une brume à votre gauche trois fois. » Il a dit : « J'ai appliqué ce conseil et Allah (soubhânahou wa ta'âlâ) m'a débarrassé de lui. »



Ce hadith inclut deux façons de se débarrasser du shaytan de la prière:



- Premièrement il faut chercher refuge auprès d'Allah (soubhânahou wa ta'âlâ) contre le mal du shaytan en prononçant ces mots de refuge: « Je cherche refuge auprès de Dieu contre Satan le lapidé » « A'oudhou billahi minach-chai'tanirajim ».


- Deuxièmement : en soufflant une brume à gauche trois fois. Ce souffle est essentiellement de l'air semblable au crachement, mais avec une brume infime de salive, à condition que cela ne dérange pas la personne à côté de lui, ni rende le masjid (la mosquée) sale.


8) Prier lentement, en réfléchissant à ce que l'on dit, même si on ne comprend pas l'arabe. S'arrêter après chaque verset et se le traduire dans la tête pour bien savoir ce qu'on dit. Utiliser le tajwid pour prononcer les sourates ça aide à la concentration.

Dans le livre « La prière du Prophète (sallallahou alayhi wa salam) » du le cheikh Albani (rahimoulah), on peut lire en page 36-37:

« La sounnah dans la lecture du Coran est de lire verset par verset par exemple:

« Bismilahi rahmani rahim »

puis on s'arrête,

« Al hamdoulilahi rabil alamin »

s'arrêter, et lire...

Ca permet aussi d'être concentré si on fait attention a bien articuler et bien prononcer chaque sourate.

Il va de soi que les formules contre chaytan doivent être réciter comme:

"Ahouzou bilahi mina chaytani radjim min hamzihi wa nafkhihi wa nafthihi" (« Je cherche la protection d'Allah contre satan le maudit, contre ses insinuations, ses insufflations et ses poésies érotiques »).


9) Prendre le temps de s'incliner, de se prosterner, que les membres se reposent. Le Prophète (sallallahou alayhi wa salam ) fessait une inclinaison qui durait autant que sa récitation et une prosternation toute aussi longue.


10) Essayer pour les louanges que l'on fait (Subhana rabbi l'azim wa bihamdihi....) ou pour l'istighfar (demander pardon), essayer de les associer (excusez moi du terme) à une situation vécue par exemple : « Al hamdou lillah qui m'a donné ceci, cela, qui a fait ceci, cela.... », « Astaghfiroullah parce que j'ai fait ceci, cela, j'ai dis ça, je n'ai pas fais ça .... » comme ça on fait notre prière avec beaucoup plus de sincérité et donc de concentration.

Aussi pendant premier soujoud, demander à Allah (soubhanahou wa ta'ala) de nous donner de la concentration dans cette prière et dans les autres et d'éloigner le waswas. Ça pousse à faire des efforts car on se sent mal de demander quelque chose à Allah et de ne pas faire les efforts par la suite.


11) Après la prière ne pas se précipiter à une autre occupation, rester encore un peu assis. smile

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Prière

Publié le 25 Août 2006

Qui doit faire la prière ?

Tout musulman pubère et saint d'esprit et pur doit effectuer la prière rituelle. Bien entendu, à l'occasion de son apprentissage, le musulman pourra commencer à apprendre plus tôt. Par pureté, il faut comprendre que le croyant doit avoir fait ses ablutions (la grande : al-ghousl - la petite : al-woudhou') si son état de pureté a été levé.

Les conditions de validité de la prière sont les suivantes :


- Être musulman.
- Avoir atteint l'âge de distinction.
- Que le Musulman ressente dans son cœur la crainte d'Allah.
- Respecter les horaires de la prière. (Faire ses Prières aux heure convenues)
- Si la personne est en état de grande impureté, il faut effectuer la grande ablution ou par l'ablution sèche.
- Avoir effectuer la petite ablution à moins qu'elle n'aie pas été annulée.
- Le corps, les vêtements, le lieu de la prière doivent être exemptes d'impuretés. (Propre)
- Orienter son corps dans la Qibla (Le fait de se diriger vers la Mecque).
- Pour la femme, couvrir tout le corps sauf le visage et les mains avec quelque chose qui cache la couleur de la peau, et pour l'homme, cacher au minimum la zone entre le nombril et les genoux.

Qu'est ce qui fait rompre les ablutions ?

- Tout de qui sort par les orifices inférieurs (matière fécale, urine et gaz),
- Le sommeil profond,
- La perte de conscience,
- Toucher directement le sexe d'un humain,
- Toucher peau contre peau une femme qu'il est possible d'épouser avec désire.



"Accomplis la prière, car elle empêche de commettre les turpitudes et les actes blâmables." Coran 29/45.

source: http://islamuslim.free.fr

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Prière

Publié le 25 Août 2006

Dès l'aube et ce, jusqu'à la tombée de la nuit, la vie d'un musulman est rythmée par les cinq prières journalières. En règle générale cela commence dès l'âge de raison pour ne jamais finir. Car la prière, si elle apporte une plénitude, est un des piliers les plus difficiles à tenir. Du moins au départ, car cela devient au fil du temps un geste aussi familier que le brossage des dents.

A partir de quand ont-t-elles été instaurées ?

En vérité la prière est intemporelle. Elle a toujours été et sera toujours. Simplement les musulmans effectuent, tous les jours de leur existence et selon leurs capacités, cinq prières obligatoires. Plus particulièrement, ces cinq prières ont été prescrites à la communauté du prophète Muhammad, lors du voyage nocturne.

La salat, prière, est le second pilier de l’Islam.

En quoi cela consiste t’il ?

Cela consiste en cinq prières distinctes, réparties sur la journée, précédé d’un rituel de purification. Le croyant dirige son regard vers la Qibla (la maison sacré) et commence ainsi sa prière. Les horaires varient suivants l’hiver et l’été. L’hiver, le soleil se couchant plus tôt la dernière prière est relativement tôt par rapport à l’été et inversement.

Quelle est la composition d’une prière ?

Chaque prière se divise en plusieurs parties que l’on nomme raka, ou encore écrit rak’a. Cela dépend des ouvrages. Une rak’a (dans sa base) est composée de la sourate Al Fatiha (systématiquement) suivi de une ou plusieurs sourates. La Fatiha, (prologue ou ouverture), est aussi surnommé les Sept répétés en raison de ses sept versets. C’est la première et la plus importante sourate du saint Coran. Elle détient une forte signification spirituelle.

Sourate Al Fatiha, traduction française :

1 – Au nom d’Allah, le tout Miséricordieux, le très Miséricordieux

2 – Louange à Allah, Seigneur de l’univers.

3 – Le tout Miséricordieux, le très Miséricordieux,

4 – Maître du jour de la rétribution.

5 – C’est toi [seul] que nous adorons, et c’est toi [seul] dont nous implorons le secours.

6 – Guide nous dans le droit chemin,

7 – Le chemin de ceux que tu as comblé de faveurs, non pas de ceux qui ont encourus ta colère ni des égarés.




Comment sont-elles réparties ?

Répartition des cinq prières de la journée :

Aube (sobh) : Apparition de l’aube, premières lueurs du jour (deux rak’a)

Midi (duhr) : Dès que le soleil commence à projeter de l’ombre (quatre rak’a)

Après midi (Asr) : L’ombre devient égale ou supérieure aux objets (quatre rak’a)

Crépuscule (Magribh) : Dès que le soleil commence à disparaître, le temps pour cette prière est très court (trois rak’a)

Soir (Icha) : De la fin du crépuscule jusqu’à l’aube (quatre rak’a)


Où sont-elles pratiquées ?

Le croyant pratique ces prières chez lui, ou dans n’importe quel lieu qui lui convient du moment que ce dernier est propre et calme. C’est est un moment privilégié, il est donc pour chacun un moment de recueillement. Le vendredi, il est souhaitable de se rendre à la mosquée pour la prière commune (très bénéfique). Exception faites pour les femmes qui sont libres de prier dans leur demeure bien que la mosquée soit préférable.



Dieu est plus savant ...

source: http://islamuslim.free.fr

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Prière