l'avarice

Publié le 20 Décembre 2009

Quiconque est avare, l'est cependant à son détriment

Parmi les joyaux des faits mémorables d'Oum Al Banine Bint Abdelaziz, soeur d'Omar Ibn Abdelaziz, ayant trait à la générosité, il y a le fait qu'elle invitait chez elle les femmes auxquelles elle offrait de beaux habits et des sommes en dinars en disant : les habits c'est pour vous et l'argent, c'est pour les pauvres de votre entourage. Elle cherchait évidemment à travers ce geste à leur apprendre la constance dans la générosité. On rapporte d'ailleurs à son sujet qu'elle disait : fi! si l'avarice avait été un habit, je l'aurais pas porté et si elle avait été une voie, je l'aurais pas empruntée!

Et parmi ses aphorismes sur la générosité, il y a lieu de citer : "Certains ont la fringale dans une telle chose, la mienne est dans la donation. Je jure par Allah que le don et la consolation sont plus aimables à mon coeur que la nourriture après la faim et que le fait de me désaltérer suite à une grande soif."

 

Elle était si attachée à dépenser judicieusement dans les voies du Bien qu'elle disait- qu'Allah ait son âme- : je n'ai jamais envié quelqu'un à moins qu'il soit généreux ; auquel cas, je souhaiterais y prendre part.

 

Extrait de La femme la plus heureuse au monde de A'id el Qarni.

Rédigé par Fadoua

Publié dans #Le Bon comportement

Commenter cet article