Publié le 30 Janvier 2007

Au nom de Dieu Le Tout Miséricordieux Le Très Miséricordieux


Il était une fois... Une Muslima qui, comme toutes les femmes, aimerait se marier. Elle pensait à cet homme...; Muslim, droit dans le dine. Sa pensée se portait sur lui, de jour comme de nuit, avec l'esperance qu'un jour son heure arrivera où il lui demandera sa main.

C'est alors que ce jour arriva , la jeune fille muslima habitait dans un appartement, l'homme du bas de son bâtiment, s'appretait à sonner... C'est ce qu'il fit... Une fois... Deux fois... Trois fois... Quatre fois... En vint... Personne ne lui ouvrit, il finit par penser que la muslima de ses rêves n'habitait peut être pas là. Mais en réalité ce qu'il ne savait pas, c'est que la sonnette était tout simplement cassée.

Les années passèrent, la Muslima avec le temps oublia son prince charmant, elle tira un trait sur son rêve qui pour elle ne se réalisera jamais. Par contre l'homme lui, sa muslima, il y pensait encore. Il ne rêvait que de ce jour où il devait lui demander sa main... Il était desespéré...

Un vendredi, il voulut se rendre à la mosquée de Lille pour le Joumou'a, il prit sa voiture pour s'y rendre, et par "malheur" la voiture derrière lui le percuta.
Il devint rouge de colère et sortit de la voiture pour régler les comptes. Quand il sortit, il voulut crier quand il vit que la personne qui avait percuter sa voiture était Sa Muslima bien aimée. Toute sa colère se dissipa, il courut auprès d'elle, lui rappelant qui il était, et qu'il rêvait encore de l'épouser.
La muslima toute étonnée de ses retrouvailles inatendues ne sû que dire de ses belles paroles, tant elles les avaient rêvées quelques années auparavant...

Ils se séparèrent tout deux, la muslima dans le doute et la confusion de ses sentiments.

Quand elle fût chez elle, elle fût completement troublé par cette drôle de journée, ce qu'elle avait tant rêver venait de se réaliser enfin! Hélas... un prétendant était présent... Les présentations des familles étaient faite... Le mariage était en cours, et plus que quelques jours la séparait de l'union !
Cependant le trouble et la brume était bel et bien présent dans son esprit.

De son côté son futur mari lui reservait une surprise, ne se doutant pas de ce qui était arrivé a sa futur femme... Un repas familial était en cours pour la soirée + un invité surprise, un ami de la famille devait passer afin qu'il lui présente la femme de sa vie.

Il appela donc sa fiancée, afin de la convier aux festivités en son honneur. La femme accepta et se rendit comme prévu chez son futur epoux. L'invité surprise n'était pas encore là lors de son arrivé... Elle alla aider la mère de son fiancé dans la cuisine afin de terminé le repas du soir, quand l'invité arriva...Son fiancé l'appela pour qu'elle vienne le saluer et pour lui présenter. Quand elle sortit de la cuisine, munit d'un plâteau garnit, elle vit l'invité à sa grande surprise... C'ETAIT L'HOMME... CELUI DONT ELLE AVAIT TANT REVE DEPUIS TOUTES SES ANNEES et qui était soudainement revenu dans sa vie depuis l'incident des voitures.
Elle lâcha le plâteau et courut dans les escaliers, qu'elle monta 4 par 4 et s'enferma dans la 1ere chambre... Elle se mit a pleurer ne sachant plus où elle était, ses sentiments encore plus confus qu'en fin d'après midi, le coeur brisé, demandant à Allah taa'la de la guidée car elle ne savait plus où elle était. Son 1er amour était revenu à elle, celui qu'elle attendait depuis tant de temps, mais aussi il y avait son fiancé, celui dont elle était tombé amoureuse et qui l'avait demandé en mariage et qu'elle avait accepté.

Elle pria, et pria encore pour demander l'aide d'Allah taa'la. Puis, elle ouvrit le Coran afin de lire quelques sourates pour apaiser son coeur et son esprit, puis elle se rappela qu'une des sourates qu'elle était entrain de lire, était celle qu'elle avait lu lorsqu'elle s'était rendue compte qu'elle venait de tomber amoureuse du muslim, son 1er amour.

Alors des larmes de joies coulèrent sur sa joue, car voilà un signe évident de la part de son Seigneur macha Allah!!

Le père de la jeune fille toqua à la porte, ayant discuter avec le jeune homme comprit la réaction de sa fille et vint donc la retrouvé. Elle s'excusa auprès de lui et lui dit qu'elle avait fait son choix, et que ce n'était pas son fiancé actuel qu'elle souhaitait pour faire sa vie: " Starfoulah papa je suis désolée, qu'Allah taa'la me pardonne mais c'est lui que j'ai choisie, c'est lui que j'aime, j'ai demandé a Allah taa'la de me guidé vers celui qui fera mon bonheur jusqu'à ma mort, et je fû guider vers lui..."

Le père: " Ma fille, ne t'excuse pas... C'est ma faute, je n'avais pas réparer la sonnette, si je l'avais fait il n'en serait pas ainsi aujourd'hui"

Elle embrassa son père en le remerciant de tout son coeur !

Quand son fiancé arriva dans la pièce, elle s'excusa auprès de lui et lui demanda pardon, de lui avoir donner de faux espoirs, mais que ses sentiments étaient trop important à l'égard de cet homme. Il comprit, et lui pardonna.

L'homme et la femme s'unirent donc par la grâce d'Allah soubhan wa taa'la





-:|:-______________________________________________-:|:-




MORALITE: Quand une personne vous est destiné peut importe ce qui se passe, elle vous reviendra, tel est la devise du MEKTOUB Soubhan Allah.

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Récits

Publié le 14 Janvier 2007

Le Biz est dans la Place

Salam alaikoum, voici un très bon rappel à lire mashAllah.Barakallahu fik à toi ma soeur Hanan pour cet article.

Tu as sûrement remarqué que depuis quelques années, l'argent a fait son apparition dans les banlieues.

Avant, on était des enfants d'immigrés.
Nos pères étaient ouvriers et on était tous encore à l'école.
La vie était belle même si on n'avait pas toujours tout ce qu'on voulait. C'était pas facile pour les pères de s'occuper de tous ces enfants.
Et pourtant, on était heureux.
On était la preuve vivante que l'argent n'est pas nécessaire pour trouver le bonheur.

A cette époque, les jeunes musulmans actifs n'étaient pas nombreux.
Les conférences étaient rares et on était tous fous de joie à l'idée d'aller rencontrer nos frères des autres cités.
C'était la belle époque.

Depuis ?
Depuis, l'argent a fait son entrée dans les cités.
Il a créé des embrouilles partout où il est passé.
Il a séparé ceux qui auparavant étaient frères.
Maintenant c'est chacun pour soi et le diable pour tous.

Le biz est dans la place.

L'argent nous a pourri.
On n'a pas voulu suivre les conseils de notre Bien-aimé (saws).
On ne l'a pas cru quand il a dit que deux choses détruiraient la communauté, l'une de ces choses étant l'argent.

Les frères d'hier s'entretuent aujourd'hui pour une poignée de dollars.
Hier, ils auraient été prêts à se sacrifier pour aider leurs frères.

Les choses changent, einh ?

Je vous ai connus pauvres, heureux et solidaires,
je vous revois seuls, égoïstes et au volant d'un cabriolet pour certains.

On était mieux quand on avait pas d'argent, einh ?
Au moins, à l'époque, on ne plantait pas son frère dans le dos pour de l'argent.

Sérieux, regardez autour de vous.
Regardez tous les frères qui ne se parlent plus.
Ces mêmes frères qui étaient inséparables il y a quelques années.

Mais bon, chacun est responsable de sa personne, pas vrai ?

Il arrive que de jeunes convertis, 100% honnêtes et sincères montent une affaire avec leurs "frères" du quartier.
Malheureusement, ces pauvres frères n'y échappent pas.
Eux aussi se font avoir par des gens qui ont vendu leur âme au diable.

Une chose que je vous demande sincèrement :
Jouez les rapaces entre vous si ça vous chante.
Mais laissez les convertis tranquille.
Si vous roulez un frère musulman et que vous le dégoutiez au point qu'il quitte l'Islam (croyant que vous représentez le musulman modèle), préparez-vous à cramer dans les flammes de l'Enfer.

Réveillez-vous avant que les Anges de la tombe ne s'occupent de vous bien comme il faut.

Si vous avez de l'argent, donnez-le à ceux qui en ont vraiment besoin. C'est là qu'il vous sera le plus utile.
Le plus vous vous détacherez de l'argent et le mieux ça sera pour vous. Ceci n'est qu'un rappel et il 'sadressse à moi en premier.

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Le Bon comportement

Publié le 13 Janvier 2007


Ma Foi


Si ma foi était une bague,
L'Islam serait son écrin;

Elle est comme une vague,
Présente du soir au matin;

Chaque jour, j'écris mon amour pour toi avec certitude,
Chaque nuit je me couche en prière;

Souvenir de Dieu, en toi est la plénitude,
Combien Ô Seigneur, Ta présence me rend fier.


Auteur: Islamoncoeur
Source:
http://islamoncoeur.free.fr

Rédigé par Fadoua

Publié dans #Croyance

Publié le 9 Janvier 2007

Salam'aleykoum wa rahmatullahi wa barakatuh wa maghfiratuh

La prière du vendredi est une obligation pour les hommes. Allah azwj dit :
{ O vous qui avez cru ! Quand on appelle à la Salât du jour du Vendredi, accourez à l’invocation d’Allah et laissez tout négoce. Cela est bien, meilleur pour vous, si vous saviez ! }
[ Sourate 62 Al-Joumou’a – Verset 9 ]

Le Prophète saws a dit :
« Que ceux qui négligent la prière du Vendredi cessent de le faire, sinon Allah apposera le scellé sur leurs cœurs et ils finiront par être distraits de Sa pensée. » [ Rapporté par Mouslim ]
Il saws a dit également :
« La prière du Vendredi est une obligation à tout musulman, hormis quatre personnes qui sont : L’esclave - La femme - L’enfant - Le malade ». [ Rapporté par Abou Daoud ]

Les mérites du vendredi


Le Prophète saws a dit :
« Le Jour de Vendredi est de grande importance, le meilleur des jours de la semaine sur terre : c’est le jour où fut créé Adam, le jour où il fut introduit au Paradis, le jour où il en sortit . C’est aussi le jour où finira le monde. » [ Rapporté par Mouslim ]
Un jour d’une telle importance, mérite d’être honoré, comme Allah azwj l’a glorifié. Ce jour-là on doit multiplier les bonnes œuvres et s’abstenir de tout péché.
Le Prophète saws a dit :
« Certes ! Le jour du Vendredi renferme un instant de faveur. Si la prière de quelqu’un demandant des faveurs correspond à cet instant, Allah les lui accordera. » [ Rapporté par Mouslim ]


On rapporte que ce moment se situe entra l’apparition de l’imam et la fin de la prière ou après la prière de l’Asr. Il est donc fortement recommandé de multiplier les invocations tout au long de la journée du vendredi, pour que nos demandes coïncident avec cet instant.

Que doit-on faire ce jour là ?
• Faire le ghousl avant d’aller à la prière : Le Prophète saws a dit : « Le lavage du corps est une obligation à tout pubère le Vendredi. » [ Rapporté par Al Boukhârî et Moslim ]
• Porter des vêtements propres et se parfumer (pour les hommes, une femme ne doit pas se rendre à la mosquée parfumée) : Le Prophète saws a dit : « Tout musulman doit se laver le vendredi, bien s’habiller et se parfumer s’il a du parfum. »
• Se rendre à la mosquée de bonne heure, avant l’appel à la prière : Le Prophète saws a dit : « Quiconque se lave le vendredi comme il le fait pour la janaba et se rend à la mosquée à la première heure fait une bonne œuvre de la valeur d’une offrande d’un beau chameaux.S’il se rend à la deuxième heure, il aurait offert une vache, à la troisième heure, un bélier, à la quatrième une poule, à la cinquième un œuf. Quand l’imam est dans sa chaire, les anges rentrent pour écouter le prône. » [ Rapporté par Al Boukhârî et Moslim ]
• Accomplir deux unités de prières surérogatoires en arrivant à la mosquée.
Comment se passe la prière du Vendredi ?
L’imam monte sur la chaire (minbar) au moment du midi local, puis, il salue les croyants. Quant il s’assoit, le muezzin appelle à la prière comme il le fait pour Dhor. A partir de ce moment, il devient interdit de parler ou de s’amuser avec des cailloux (ou autre), de déranger les autres… car le discours compense les deux rakats qu’il manque pour accomplir la prière de dhor complète. Il faut donc que la concentration pendant le discours soit la même que pendant la prière. Le Prophète saws a dit : « Si tu t’adresses à ton ami, même pour lui dire : « Tais-toi » pendant que l’imam prononce son discours tu es fautif. » [ Rapporté par Mouslim ]
Et aussi : « Celui qui s’amuse avec des cailloux (quand l’imam fait son discours) commet une erreur, celui qui commet une erreur annule sa prière. » [ Rapporté par Abou Daoud ]
L’appel terminé, l’imam se lève et prononce son discours (khoutba). Il loue Allah. Le remercie et appelle le salut d'Allah sur Son Prophète et serviteur Mohammed. Habituellement, il fait cette invocation :
« Al hamdoullillahi nahmadouhou wa nasta'înouhou wa nastaghfirouhou wa na'oudou bi-llahi min chouroûri anfousinâ wa min sayyi âti a'mâlinâ Men yahdihi-llahou fahoûwa-l-mouhtadi wa men youdzlil falan yajidalahou waliyyan mourchidâ, wa achhadou an lâ ilaha illâ llahou wahdahou lâ charika lahou, wa achhadou anna mouhammadan 'abdouhou wa rasoulouhou. »
« Yâ ayyouhâ-n-nâsou ittaqoû rabbakoum-l-ladzî khalaqakum min nafsin wâhidatin wa khalaqa minhâ zawjahâ wa batha minhoumâ rijâlan kathîran wa nisâ a wa-t-taqou-llaha al-ladzî tasâa aloûna bihi wa-l arhâm ina-llaha kâna 'alaykum raqîbâ » "Yâ ayyouhâ-l-ladzîna amanoû-t-taqoû-llaha haqqa touqâtihi wa lâ tamoûtounna illâ wa antoum mouslimoûn" "Yâ ayyouhâ-l-ladîna amanoû ittaqoû-llaha wa qoûloû qawlan sadîdan yousslih lakoum a'mâlakoum wa yaghfir lakoum dounoûbakoum wa man youtti'i-llaha wa rasoûlahou faqad fâza fawzan 'azîman. »

« Louanges à Allah que nous glorifions, dont nous implorons aide et pardon, et nous cherchons refuge auprès de Lui contre le mal qui est en nous et de nos mauvaise actions. Celui qu'Allah guide nul ne peut l'égarer, et celui qu'Allah égare nul ne peut le guider. J'atteste qu'il n'y a de divinité qu'Allah, Le Seul, L'Unique sans associé, et j'atteste que Mohammad est le Serviteur et le Messager d'Allah :

Allah azwj dit dans Son Livre:

On rapporte que ce moment se situe entra l’apparition de l’imam et la fin de la prière ou après la prière de l’Asr. Il est donc fortement recommandé de multiplier les invocations tout au long de la journée du vendredi, pour que nos demandes coïncident avec cet instant. • Faire le ghousl avant d’aller à la prière : Le Prophète saws a dit : » [ Rapporté par Al Boukhârî et Moslim ] • Porter des vêtements propres et se parfumer (pour les hommes, une femme ne doit pas se rendre à la mosquée parfumée) : Le Prophète saws a dit : • Se rendre à la mosquée de bonne heure, avant l’appel à la prière : Le Prophète saws a dit : [ Rapporté par Al Boukhârî et Moslim ] • Accomplir deux unités de prières surérogatoires en arrivant à la mosquée. Comment se passe la prière du Vendredi ? L’imam monte sur la chaire (minbar) au moment du midi local, puis, il salue les croyants. Quant il s’assoit, le muezzin appelle à la prière comme il le fait pour Dhor. A partir de ce moment, il devient interdit de parler ou de s’amuser avec des cailloux (ou autre), de déranger les autres… car le discours compense les deux rakats qu’il manque pour accomplir la prière de dhor complète. Il faut donc que la concentration pendant le discours soit la même que pendant la prière. Le Prophète saws a dit : [ Rapporté par Mouslim ] Et aussi : [ Rapporté par Abou Daoud ] L’appel terminé, l’imam se lève et prononce son discours (khoutba). Il loue Allah. Le remercie et appelle le salut d'Allah sur Son Prophète et serviteur Mohammed. Habituellement, il fait cette invocation : Allah azwj dit dans Son Livre:


« O hommes, craignez votre seigneurs qui vous a créé d'un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre (sur la terre) beaucoup les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement. »
« O les croyants, craignez Allah comme Il doit être craint et ne mourrez qu'en état de pleine soumission. »
« O les croyants, craignez Allah et parlez avec droiture, Allah vous rectifiera vos actions et Il vous pardonnera vos péchés. Et celui qui obéit à Allah et à Son Messager, il réussira, certes, d'une grande réussite. »

Puis il exhorte l’auditoire à haute voix, rappelle les recommandations d'Allah azwj et de Son Prophète, leurs promesses et leurs menaces.Ensuite, il s’assoit , marquant une petite pause, puis il se relève pour reprendre son thème de sermon, avec le même entrain. Ayant terminé son prône, sans trop l’allonger, il descend de sa chaire. A ce moment le muezzin annonce la prière.
Et l’imam préside une prière de 2 rak’ats (remplaçant celle de Dhor) en récitant à haute voix.

Lors du sermon


Il est formellement interdit de parler lorsque l’imam, sur le haut de la chaire, est entrain de prononcer son sermon. Quiconque le fait commet un grand pêché, même si c’est pour invoquer Allah azwj.
La prière du vendredi doit être un moment de silence et de tranquillité pour le fidèle qui doit faire preuve de recueillement dans son cœur et dans ses actes, eu égard aux connaissances et prêches livrées à cet instant précis et dont ont besoin les fidèles. Il est interdit de s’adonner à une discussion, qu’elle soit pour ordonner le bien et interdire le mal ou non. On ne doit même pas prononcer le mot « chut » ou « silence ».

Voici quelques arguments :
Abu Houreyra r.a nous enseigne que le Prophète saws a dit : « Si vous dites à votre compagnon tais-toi le jour de vendredi, alors que l’imam fait son sermon, vous dites des futilités. ». [ Rapporté par Boukhari et Mouslim ]
Vous voyez – puisse Allah azwj vous accorder Sa miséricorde - même le fait que vous disiez à quelqu’un tais-toi, en application d’une obligation religieuse consistant à ordonner le bien et interdire le mal, est considéré par le législateur comme une futilité interdite à l’heure de la prière de vendredi.
La question est plus sérieuse que cela. Voyez le hadith ci-après :
Abu Dardâ r.a raconte : le Prophète saws en faisant un jour son sermon du haut de sa chaire, avait cité un verset. Et j’avais demandé à Oubayy ibn Ka’b r.a qui était à mes côtés : "Ô Oubayy, quant - est ce que ce verset a été révélé ?" Mais il refusa de me répondre. Et lorsque le Prophète saws est descendu de la chaire, Oubayy me dit : "vous n’avez récolté de votre prière de vendredi que les futilités que vous avez dites." A la sortie du Prophète saws je l’ai rejoint et lui ai raconté l’ histoire. Il me dira : « Obayy a raison. Si vous entendez votre imam parler, vous devez vous taire jusqu’à ce qu’il finisse ». [ Rapporté par Ibn Maja et Ahmad et confirmé par Al-Boussirî et Cheikh Al-Albâni ]

Si le fait de poser une question concernant un verset, au moment du sermon de l’imam, le jour du vendredi, annule la récompense liée à la prière du vendredi, que dire alors de celui qui parle de ses activités agricoles, commerciales ou d’autres choses purement mondaines. Mais, il y a également certains paresseux qui mettent à profit l’heure du sermon de vendredi pour dormir. Mieux, le fait d’adresser des souhaits à quelqu’un qui éternue ou de répondre à une salutation est également interdit durant le sermon de vendredi.
Il faut signaler que même les invocations, y compris les formules de repentance, de louange et autres, ne peuvent pas être prononcées à haute voix durant le sermon du vendredi. Le sermon est une forme d’invocation d’Allah azwj, eu égard au propos de ce dernier :
{ Ô vous qui avez cru ! Quand on appelle à la Salât du jour du Vendredi, accourez à l' invocation d' Allah et laissez tout négoce. Cela est bien meilleur pour vous, si vous saviez !. }
[ Sourate 62, verset 9 ]

Dans ce verset, l’ordre de présence concerne aussi bien le sermon que la prière. En effet, tous les deux sont considérés comme une forme d’invocation. Or, l’invocation d’Allah azwj est une tradition prophétique qui peut être faite à tout moment, alors que le sermon du vendredi est une obligation inscrite dans un moment précis. Il est également obligatoire de se montrer silencieux pendant la durée du sermon. De ce fait, il est prioritaire de s’en préoccuper que d’accomplir d’autres actes d’adoration.
En outre, lorsque l’imam fait des invocations, les fidèles qui prient derrière doivent dire amen à voix basse. C’est le cas également quant il cite le nom du Prophète saws ; ils doivent prier sur le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) à voix basse.

Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid

Ce qu'il faut savoir pour le vendredi

• Sur l’obligation de la prière du vendredi
Allah le Très Haut a dit :
{ […] quand on appelle à la prière à un moment d’un vendredi, empressez-vous au Rappel d'Allah. Laissez-là toute transaction : meilleur ce sera pour vous, si vous saviez … }
[ Sourate 62; Al Joumou’a – verset 9 ]
Abou Houreyra r.a rapporte qu’il avait entendu le Messager d'Allah saws s’exprimer ainsi :
« Le jour de la Résurrection, nous serons les derniers et [en même temps ] les premiers, bien que les autres ont reçu les Ecritures avant nous. De plus ce jour-là [le vendredi ] est ce jour qui leur avait été rendu obligatoire mais ils avaient divergé à son sujet. Quand à nous, Allah azwj nous a guidés vers ce jour. Donc, en ce qui concerne le vendredi, les gens viennent après nous : les Juifs, le lendemain [ samedi et les Chrétiens, le surlendemain [ dimanche ]. » [ Rapporté par Al Boukhari ]

Sur le mérite des ablutions majeures le jour du vendredi.
Et est-ce que l’enfant et la femme doivent assister [ à la prière ] du vendredi ?
‘Abdoulah ibn Omar r.a a rapporté que le Messager d'Allah saws a dit : « Lorsque l’un de vous veut se rendre à l’office du vendredi qu’il fasse des ablutions majeures ! ». [Rapporté par Al Boukhari ]
Selon Ibn ‘Umar r.a tandis que Omar Ibn El khatab r.a était debout pour le sermon du vendredi, entra un homme des premiers Mouhajir et des Compagnons r.a du Prophète saws.
Et Omar de l’appeler [ en lui reprochant son regard] :
« On est en quelle heure ? » - J’étais occupé, expliqua l'homme, et je ne suis arrivé qu’au moment où j’étais entrain d’entendre le Adhan. Et sans m’attarder j’ai fait des ablutions mineurs.
– Et en plus tu n’as fait que des ablutions mineures, bien que tu sais que le Messager d'Allah saws recommandait des ablutions majeures ! »
Selon Abou Sa’id El khoudry r.a : Le messager d'Allah saws a dit : « Les ablutions majeures pour le vendredi sont obligatoires pour tout pubère. »

Sur le fait de se parfumer de baume pour le vendredi
D’après Abou Bakar ibn el Munkadir r.a ‘Amrou Ibn Souleyman al ‘Ansary r.a a dit :
« J’atteste que le Messager d'Allah saws a dit : « Le jour du vendredi, les ablutions majeures sont obligatoires pour tous pubère. De même pour le fait de se curer les dents et de toucher du baume, s’il en trouve. "
Selon ‘Amrou : En ce qui concerne les ablutions j’atteste qu’elles sont obligatoires ; mais pour le fait de se curer les dents, Allah azwj est plus informé, si cela est obligatoire ou non. Cependant, le hadith est ainsi rapporté.
Selon Abou ‘Abdoulah : Abou Bakr r.a est le frère de Mouhamed ibn el Munkadir . Son surnom est aussi son nom. Ce hadith à été aussi rapporté de lui par Bukayr ibn Al’Achaj et Sa’id ibn Abou Hilal, ainsi que par de nombreuses autres personnes. Signalons, en outre, que Mouhamed ibn El Moukadir avait aussi le surnom d’Abou Bakr, en plus du surnom d’Abou ‘Abd-oul-Lah.

• Sur le mérite du vendredi
Selon Abou Horeyra r.a : Le messager d'Allah saws a dit :
« Celui qui fait des ablutions majeures, je jour du vendredi, similaires aux ablutions de janaba, puis se dirige * [ à la mosquée ], sera comme s’il avait sacrifié une chamelle. S’il part à la deuxième heure, il sera comme s’il avait sacrifié une vache. S’il part à la troisième heure, il sera comme s’il avait présenté un bélier cornu, une poule, s’il part dans la quatrième heure, enfin, un oeuf, s’il part à la cinquième heure. De plus, lorsque l’imam arrive, les anges se présentent à leur tour pour entendre les invocations… »
[ * A la première heure ]


Sur le fait de se pommader les cheveux pour l’office du vendredi
Salman Al Farisy r.a a dit : « Le Prophète saws a dit :
« Tout homme qui fait des ablutions majeures le jour du vendredi, se purifie autant qu’il peut, s’arrange les cheveux avec sa pommade ou se parfume avec du baume de sa femme, sort, se rend à la mosquée, ne sépare pas entre les fidèles [ pour se frayer un passage ], prie autant que cela lui est possible, puis écoute attentivement lorsque l’imam commence à parler, celui-là verra pardonnés ses péchés jusqu’au vendredi suivant. »

Selon Tawous r.a : « Je dis à Ibn ‘Abass r.A : « On rapporte que le Prophète saws a dit :
« Faites vos ablutions majeures le jour du vendredi et lavez vos têtes ! et ce même si vous n’êtes pas en état de janâba. Aussi, faites usage du baume. » - Cela est vrai pour les ablutions majeures, répondit Ibn ‘Abass, mais je ne sais rien pour le baume. »
D’après Tawous, on transmit à Ibn ‘Abass r.a les propos du Prophète saws sur les ablutions majeures du jour du vendredi.
« Je dis alors à Ibn ‘Abass, rapporte Tawous : « Le fidèle doit-il utiliser du baume ou de la pommade si sa femme en a ? – Je ne sais pas, répondit Ibn Abass. »

• On doit mettre les plus beaux habits qu’on a pour aller à l’office du vendredi
Selon Abdoulah ibn Omar r.a : Un jour, Omar Ibn El khatab r.a vit qu’on était en train de vendre une robe de soie près de la porte de la mosquée. Il dit alors au Prophète saws :
« O messager d'Allah ! pourquoi ne l’achètes-tu pas pour la mettre pour l’office du vendredi et pour la réception des délégations ? – Celui qui met ce genre d’habit, répondit le Prophète, n’aura aucune part de bonheur dans l’autre vie. »
Après cela, le Messager d'Allah saws reçut plusieurs robes de ce genre, il donne une à Omar r.a qui dit : O messager d'Allah ! Tu me la donnes malgré tes propos tenus sur la robe de ‘Utarid [ càd celui qui était en train de vendre la robe près de la mosquée ] – Je ne te l’ai donnée, expliqua le Messager d'Allah pour que tu la mettes. » En effet, ‘Omar ibn El Khatab r.a offrit ensuite cette robe à son frère polythéiste qui était à la Mecque.

• Sur le fait de se curer les dent [ frotter avec un siwak ] le jour du Vendredi
D’après Abou Sa’id r.a le Prophète saws a dit : « […] et il doit se curer les dents. »
Selon Abou Horeyra r.a le Messager d'Allah saws a dit : « Si je ne craignais pas que ce serait pénible pour ma Oumma – ou pour les gens – je leur aurais ordonné de se curer les dents au moment de chaque prière. »
Selon Anas r.a le Messager d'Allah saws a dit : « J’ai trop insisté à vous recommander le cure-dent… »
Selon Houdeyfa r.a: « En se levant la nuit pour prier, le Prophète saws se nettoyait la bouche »


Que Doit-on réciter du Coran pendant la prière du Fajr du jour du vendredi
Selon Abou Houreyra r.a : « Dans la prière du Fajr du jour du vendredi, le Prophète saws récitait la sourate As-Sajda et la sourate el Inssane »

• Sur la prière du vendredi dans les villages et les villes
Selon Ibn ‘Abass r.a :
« Le premier office du vendredi – après un vendredi célébré dans la mosquée du Messager d'Allah – fut dans la mosquée des ‘Abd-al-Qays, à Juwathya dans le Bahrayn. »
Selon ibn Omar r.a le Messager d'Allah saws a dit : « Chacun de vous est un pasteur… »
Al-Layth ajoute : Younous dit : « Ruzyq ben Hukaym écrivit à Ibn Chihab – J’étais avec lui à Wadi-l-Qura – et lui demanda qu’il pouvait présider l’office du vendredi. Signalons que Ruzayq cultivait une terre sur laquelle il y avait un groupe formé de noirs et d’autres personnes. De plus, il était le gouverneur de ‘Ayla.
Ibn Chihab lui écrivit – J’étais en train d’entendre – et lui ordonna de présider la prière du vendredi en lui rapportant que Salim lui avait dit que Abd-el-Lah ibn Omar r.a disait : « J'ai entendu le Messager d'Allah saws dire :
"Chacun de vous est pasteur et chacun de vous est responsable de son troupeau ; l’imam est pasteur et est responsable de son troupeau, l’homme est pasteur au sein de sa famille et est responsable de son troupeau, la femme est pasteur dans la maison de son époux et est responsable de son troupeau, le serviteur est pasteur quant aux biens de son maître et est responsable de son troupeau.
« Je crois qu’il a aussi dit : … L’homme est pasteur quant aux biens de son père est responsable de son troupeau. Chacun de vous est pasteur et chacun est responsable de son troupeau. ».

• Selon Abou Houreyra r.a : Selon Ibn ‘Abass r.a : « Le premier office du vendredi – après un vendredi célébré dans la mosquée du Messager d'Allah – fut dans la mosquée des ‘Abd-al-Qays, à Juwathya dans le Bahrayn. » Selon ibn Omar r.a le Messager d'Allah saws a dit : « Chacun de vous est un pasteur… » Al-Layth ajoute : Younous dit : « Ruzyq ben Hukaym écrivit à Ibn Chihab – J’étais avec lui à Wadi-l-Qura – et lui demanda qu’il pouvait présider l’office du vendredi. Signalons que Ruzayq cultivait une terre sur laquelle il y avait un groupe formé de noirs et d’autres personnes. De plus, il était le gouverneur de ‘Ayla. Ibn Chihab lui écrivit – J’étais en train d’entendre – et lui ordonna de présider la prière du vendredi en lui rapportant que Salim lui avait dit que Abd-el-Lah ibn Omar r.a disait : « J'ai entendu le Messager d'Allah saws dire : "Chacun de vous est pasteur et chacun de vous est responsable de son troupeau ; l’imam est pasteur et est responsable de son troupeau, l’homme est pasteur au sein de sa famille et est responsable de son troupeau, la femme est pasteur dans la maison de son époux et est responsable de son troupeau, le serviteur est pasteur quant aux biens de son maître et est responsable de son troupeau. « Je crois qu’il a aussi dit : … L’homme est pasteur quant aux biens de son père est responsable de son troupeau. Chacun de vous est pasteur et chacun est responsable de son troupeau. ».


• Est-ce que ceux qui n’assistent pas à la prière du vendredi - femme, enfants, et autres – doivent faire les ablutions majeures ?
Selon Ibn Omar r.a: Les Ablutions majeures doivent être faites par ceux qui la prière du vendredi est obligatoire.
Selon Abdoulah ibn Omar r.a: « Celui d’entre vous qui veut venir à l’office du vendredi, qu’il fasse ses ablutions majeures. »
Selon Abou Sa’id El khoudri r.a le Messager d'Allah saws a dit : « Les ablutions majeures du jour du vendredi sont obligatoires pour tous pubère. »
Dans un autre Hadith : « […] Puis il dit : « Chaque musulman doit faire ses ablutions majeures une fois tous les sept jours, où il lavera sa tête et son corps. »
Rapporté aussi par ‘Aban Ibn Saleh r.a et ce de Moujahid et Tawous, d’Abou Horeyra r.a qui dit : « Le prophète a dit : Allah le Très Haut, a un droit auprès de chaque Musulman : faire ses ablutions majeures un jour tous les sept jours. ».
D’après Nafi’, Ibn Omar r.a a dit :
« Omar avait une épouse qui assistait à la prière en groupe de la mosquée pendant les prières du Fajr et du ‘Icha. On lui dit alors : « Pourquoi sors-tu bien que tu sais que Omar déteste cela et, est en plus jaloux ? – Et qu’est-ce qui l’empêche de me l’interdire ? demanda-t-elle – Ce qui l’empêche sont ces propos du Messager d'Allah saws : « N’empêchez pas les servantes d'Allah [ c’est à dire les femmes ] de venir aux mosquées d'Allah. »

Sur la permission de ne pas venir au cas où l’on ne s’est pas présenté pour la prière du vendredi à cause de la pluie
D’après Abdoulah ibn Al Harith, le cousin paternel de Mouhamed ibn Sîrîn, Ibn ‘Abass r.a a dit à son muezzin en jour pluvieux. « Lorsque tu arrives à : J’atteste que Mouhamed est le Messager d'Allah, ne dit pas : Accourez à la prière, dis plutôt : Priez dans vos maisons ! » En entendant cela, les présents semblaient ne pas admettre la chose. Et Ibn ‘Abass r.a de dire : « Cela a été fait par celui qui est mieux que moi. Certes, la prière du vendredi est obligatoire, mais je n’ai pas voulu causer de gêne ni que vous marchiez dans la boue glissante. »

• A partir de quelle distance doit-on venir à la prière du vendredi ? et pour qui est-elle obligatoire ?
Allah le Majestueux et Puissant a dit :
{ O vous qui avez cru! Quand on appelle à la Salat du jour du Vendredi, accourez à l'invocation d'Allah et laissez tout négoce. Cela est bien meilleur pour vous, si vous saviez ! […] }
[ Sourate 62 El Joumou’a – verset 9 ]
‘Ata a dit : Lorsqu’on est dans un village à population agglomérée et qu’on appelle à la prière du vendredi, on doit y assister soit qu’on a entendu l’appel ou non.
Anas r.a faisait parfois la prière du vendredi et des fois il ne la faisait pas, et ce en étant dans la résidence à Az-Zawiya, à deux farsakh de Bassorah.
Aicha r.a , l’épouse du Prophète saws a dit : « Le jour du vendredi, les gens arrivaient les uns après les autres de leurs maison et d’Al-Awâly tout poussiéreux et transpirants. Une fois, un homme d’entre eux vint voir le Messager d'Allah qui était chez moi… Le Prophète saws dit alors : « Si seulement vous vous purifiez pour votre jour-ci. »

• Le temps de la prière du vendredi commence à partir du moment où le soleil commence à s’incliner vers l’ouest
Yahya ibn Sa’id rapporte avoir interrogé ‘Amra sur les ablutions majeures le jour du vendredi et que celle-ci répondit : ‘Aicha (qu'Allah soit satisfait d'elle) a dit :
« Les gens travaillaient eux-mêmes. Et pour assister à la prière du vendredi, ils s’y rendaient en gardant leur état [ d’ouvrier ]. D’où, il leur fut dit : « Si seulement vous vous laviez ».
Anas ibn Malik r.a rapporte que le Prophète saws faisait la prière du vendredi lorsque le soleil penchait [ de l'autre côté du ciel ]
D’Après Humayd, Anas r.a a dit : « Nous accomplissions tôt la prière du vendredi et nous faisions la sieste après l’avoir faite. »

• Lorsque la chaleur devient torride le jour du vendredi
Abou Khalda – c’est à dire Khalid ibn Dinâr – a dit : « J’ai entendu Anas ibn Malik r.a dire : « Lorsque le froid était intense, le prophète faisait tôt la prière, lorsque la chaleur devient torride, il attendait la fraîcheur pour accomplire la prière. » C’est à dire, celle du vendredi. »
Younous ibn Bukheyr : Abou Khalda nous a rapporté cela en citant « pour accomplir la prière, sans toutefois citer le vendredi.

• Sur le fait de marcher pour aller à la prière du vendredi
‘Ababa ibn Rifa’a a dit : « Abou ‘Abs me rencontra au moment où j’allais à la prière du vendredi et il me dit : « J’ai entendu le Prophète saws dire: Celui dont les pieds ont été empoussiérés pour la cause d'Allah, Allah le préservera du Feu. »
Abou Salama ibn Abd-er-Rahman : Abou Houreyra r.a a dit : « J’ai entendu le Messager d'Allah saws dire :
« Lorsqu’on appelle à la prière, ne venez pas en vous hâtant ! Venez plutôt en marchant et soyez calmes ! … Faites la partie que vous rattraperez et terminez ce que vous aurez manqué. ».

• Lors de l’office du vendredi on ne doit pas séparer deux personnes assises l’une près de l’autre dans la mosquée
Salman Al Farisy r.a a dit : « Le messager d'Allah saws a dit :
Celui qui fait ses ablutions majeures le jour du vendredi, se purifie autant qu’il le peut, se pommade ou met du baume, sort pour la prière, ne sépare pas deux personnes assises l’une près de l’autre dans la mosquée, prie autant que cela lui est possible, puis à l’arrivée de l’imam, commence à écouter attentivement …, celui-là verra pardonnés ses péchés commis jusqu’au vendredi prochain. »

• Le Jour du vendredi aucun ne doit faire lever son frère et prendre sa place
Ibn Jurayh a dit : « J’ai entendu Nafi’ dire : J’ai entendu Ibn Omar r.a dire : « Le prophète a interdit q’un homme fasse lever son frère de sa place et s’y asseoit. » J’ai dit alors à Nafi’ – Est-ce que cela concerne la prière du vendredi ? – La prière du vendredi e les autres prières, m’a t-il répondu ».

• Sur le Adhan le jour du Vendredi
As-Sa’id Ibn Yazid a dit : « Du vivant du Prophète, ainsi que d’Abou Bakr et de ‘Omar, le premier appel pour la prière du vendredi se faisait dès que l’imam était assis sur le minbar. Mais ‘Othmane ajouta durant son califat – où le nombre de gens devint élevé – le troisème appel à Az-Zawra.

• Sur le Muezzin unique le jour du Vendredi
As-Sa’id ibn Yazid a dit : « Celui qui ajouta le troisième Adhan pour le jour du vendredi fut ‘Othmane ibn ‘Affane, et ce lorsque le nombre des habitants de Médine était devenu élevé. Quant au temps du Prophète, il n’y avait qu’un seul muezzin. De plus, on faisait le Adhane le jour du vendredi dès que l’imam s’était assis – c’est à dire sur le minbar. »

• Lorsque l’imam, qui est en train de faire le sermon, voit un homme arriver, il lui ordonne de faire deux raka'at & sur celui qui arrive au moment où l’imam est en train de prononcer le sermon, celui-là peut faire deux raka’at légères
Jabir Ibn Abdoulah a dit : « Un homme arriva au moment où le prophète était en train de faire le sermon du vendredi aux fidèles. « As-tu prié ? lui demanda le Prophète saws – Non, répondit l’homme – Lève-toi et fait deux raka’at. »

Sur le fait de lever les deux mains pendant le sermon
Anas r.a a dit : « Tandis que le Prophète prononçait le sermon du jour du vendredi, un homme se leva et dit : « Ô Messager d'Allah ! les chevaux et les brebis ont péri. Invoqu'Allah afin qu’il nous abreuve ! ». Sur ce, le Prophète saws tendit les deux mains et fit une invocation. »

• Sur le fait d’être attentif lorsque l’imam est en train de prononcer le sermon du vendredi
Abou Houreyra r.a a dit : Le Messager d'Allah sawsa dit : « Si tu dis à ton voisin -– « Ecoute ! » -- au moment où l’imam est en train de prononcer le sermon, tu es considéré comme ayant parlé inconsidérément. »

• Sur l’heure particulière le jour du vendredi
Abou Houreyra r.a a dit : Le Messager d'Allah saws a dit « Il y a en ce jour une heure qu’aucun adorateur Musulman ne rencontre en étant en prière, sans qu'Allah, le Très Haut, ne lui accorde ce qu’il demande. » Et il fit signe de sa main pour montrer combien cette heure est courte. »

• Sur le fait de prier après ou avant la prière du vendredi
Abdoulah ibn Omar r.a a dit, le Messager d'Allah saws faisait deux raka’at avant et deux raka’at après le dhohr. Il faisait après le Maghreb deux raka’at chez lui. Après le ‘Icha, il faisait aussi deux raka’at. Et après la prière du vendredi, il ne priait qu’après avoir quitté la mosquée. Il faisait deux raka’at.

Sur la sieste après la prière du Vendredi
Hummayd a dit : « J’ai entendu Anas r.a dire : « Nous partions tôt pour la prière du vendredi puis nous faisions la sieste. »
Sahl a dit : « Nous faisions la prière du vendredi avec le Prophète puis arrivait la sieste. »

- Tous ces Ahadith sont rapportés par El Boukhari dans Son Sahih -

source : http://lejustemilieu.com



Rédigé par Mashallah

Publié dans #Prière

Publié le 1 Janvier 2007

Bismillahi Rahmani Rahim
 
 
 

A propos des fêtes de noel, jour de l'an, halloween, st valentin, ect...

 
 
 

 

Sommaire

1. Introduction
 
2. Récit sur les échanges de pratiques religieuses
 
3. Propos de l'Imam An-Naysaburi
 
4. Minimiser l'interdit revient à l'enfreindre
 

5. Propos de l'Imam Ibn Kathir

6. Prise de conscience dans le suivi du Prophéte

 

 
 
 

1. Introduction

 

 
 
Concernant les fêtes païennes et religieuses non islamique, à savoir entre autres:
 
 
- Noel
 
- Le jour de l'an
 
- Pâques
 
- Halloween
 
- La saint valentin
 
- L'ascension
 
- Ect…
 
 
La religion du musulman est l'Islam, il a donc ses fêtes qui lui sont propres, tout comme les adeptes de religions ont les leurs.
 
 
La question que nous sommes en droit de nous poser:
 
Pourquoi moi en tant que musulman suis-je constamment harcelés, suis-je la cible d'un prosélytisme incessant vers leurs religions (christianisme, judaïsme, etc.), alors que pour l'Islam, c'est à peine si on supporte son existence, et que l'on nous qualifie de prosélyte, voir même d'extrémiste si on ose dire "non je ne veux pas fêter noël et le jour de l'an, parce que je suis musulman" ?
 
 
Certains parmi nos frères et sœurs, qui débutent dans leur spiritualité, dont la foi commence à s'ancrer, ne verront certainement pas en quoi il y a un mal à fêter noël et le jour de l'an, voir même la st valentin, Halloween, etc.…
 
 
Alors saches mon cher frère, ma chère sœur, que ce n'est pas notre nouvelle année.
 
Nous les musulmans nous avons NOTRE calendrier : le calendrier hégirien.
 
C'est Allah et Son Prophète qui l'ont instauré. Ni moi, ni toi, ni personne d’autre.
 

Le calendrier auquel tu fais allusion, c’est le calendrier « grégorien ». Nous, nous ne le reconnaissons pas, et nous ne nous mélangeons pas notre religion avec ce par quoi le Prophète n'est jamais venu.

 

 
 
 

2. Récit sur les échanges de pratique religieuse

 

 
 
A La Mecque, les polythéistes étaient bien embarrassés avec cette nouvelle religion que prêchait et prônait le nouveau Prophète. Les dignitaires de la ville, étaient manifestement très gênés de voir qu'une partie de la population avait délaissés les pratiques païennes hérités de leurs ancêtres pour suivre la religion de Mouhammad.
 
 
Ne sachant pas trop comment y mettre un terme, les maîtres de La Mecque allèrent à lui en vue de lui proposer un pacte, un échange, religieux, dans le but de trouver un consensius dans les pratiques. Ils lui proposèrent de pratiquer sa religion et la leur une année sur l'autre, de manière alternative. Le but étant de l'amener, ainsi qu'à ses compagnons de foi, d'une part, de les sortir de leur religion, mais surtout à les amener à prendre l'habitude de désobéir aux préceptes islamique en se cachant derrière le pretexte de l'échange des religions et de l'ouverture d'esprit.
 
 

Aussi bien pour le Prophète que pour les époques à venir, Dieu fit savoir à travers la sourate suivante, prévu à cette effet comment il fallait agir face à cette situation.

 

 
 
 

3. Propos de l'Imam An-Naysaburi

 

 
 
Le très grand Imam, Asheykh An-Naysaburi nous délivre son explication:
 
 
1.Dis : "Ô vous les infidèles !
 
Qul ya ayyuha alkafiroona
 
 
2. Je n'adore pas ce que vous adorez.
 
La aAAbudu ma taAAbudoona
 
 
3. Et vous n'êtes pas adorateurs de ce que j'adore.
 
Wala antum AAabidoona maaAAbudu
 
 
4. Je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez.
 
Wala ana AAabidun maAAabadtum
 
 
5. Et vous n'êtes pas adorateurs de ce que j'adore.
 
Wala antum AAabidoona maaAAbudu
 
 
6. A vous votre religion, et à moi ma religion".
 
Lakum deenukum waliya deeni
 
 
Elle fut révélée au sujet d'un Raht "[groupe] des Qouraichites qui dirent:
 
"O Mouhammad ! Allhons nous suivre ta religion et la notre ? Adores nos divinités une année et nous adorons ta divinité la même durée. Ainsi, si ce que tu nous a apporté est meilleur que notre religion, nous l'aurions alors partagé avec toi, sinon c'est toi qui aurais partagé avec nous en prenant ta part.
 
 
- Qu'Allah me protège leur dit le Prophète ! Je ne lui fais aucun associé".
 
 

Après qu'Allah fit descendre "Dis : "O vous, les infidèles !" […] jusqu'à la fin de la sourate, le messager de Dieu se dirigea au matin vers la Mosquée Sacrée où les nobles de Qoureych et la leur récité jusqu'à la fin. A ce moment les Qouraychites désespérèrent de lui [qu'il fasse ce qu'ils lui avaient proposé].

 

 
 
 
 

4. Minimiser l'interdit revient à l'enfreindre

 

 
 
Graduellement, cette minimisation de l'outre passement de toutes les protections que Dieu à mis pour notre intérêt morale, éthique, spirituel, mais également aussi pour notre intégrité physique ; il suffit pour cela de voir les repas gargantuesques qui sont délivrés, la consommation à outrance, alors que des gens souffrent de la faim sur le pas de leurs portes ; amènera à une totale banalisation de la pratique de ces fêtes interdites.
 
 
Ce qui permet au diable de progresser dans son plan, qui consiste à retarder la réflexion du musulman sur soi-même, voir même à éteindre ce devoir qu'à le musulman de revenir à Dieu et à Son Prophète en cas de litige. Et même pire que cela encore : Au lieu de se remettre en question, de revenir à Dieu, nous nous mettrons à être partisan de ceux qui les fêtent. Puis toujours dans la continuité de son programme (du chaytane), tôt ou tard, seront fêtés pâques, puis ceci puis cela et encore ceci et encore cela jusqu'à ce que l'on fête toutes les fêtes chrétiennes et de toutes les religions dans nos maisons de musulmans, tout en ne prenant jamais le temps de connaitre, d'apprendre les règles, les conditions de nos propres fêtes.
 
 
La ilaha illa Allah, à quel point nous sommes arrivés aujourd’hui, à force de se dire « laisses, ce n'est pas grave »,
 
 
Allah dans Sa grandeur et Son amour pour nous, nous a appris la manière de nous protéger, de protéger nos frères et sœurs, protéger nos familles, nos couples, nos enfants, nos voisins, notre religion, notre communauté…
 
 

Le verset du Coran "à eux leurs religions et à nous la notre", est en réalité un bouclier de protection en notre faveur.

 

 
 

5. Propos de l'Imam Ibn Kathir

 

 
 
Le très grand Imam mouffassir (exégète) du Coran dont la renommée a traversé les époques, et sur lequel tous les savants postérieur à son époque se base pour fonder leurs leçons, dit ceci dans son exégèse (tafsir):
 
 
Jâbir : L’Envoyé a récité cette sourate et la sourate de la Religion foncière dans les deux rak’a des tournées. Abu Hurayra : L’Envoyé a récité ces deux sourates dans les deux rak’a du J’ajr. Il est rapporté dans le hadith que cette sourate équivaut au quart du Coran. At-Tabarâny : Quand l’Envoyé se mettait au lit, il récitait cette sourate.
 
Al-Hârith b. Jabla :
 
« O Envoyé de Dieu, ai-je dit, apprends-moi quelque chose que je dirai à mon sommeil.- Quand tu te mets au lit la nuit, a-t¬il dit, récite O Dénégateurs : elle est dénonciation de l’associance. »
 
 
Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux
 
(1)Dis: « O dénégateurs
 
(2)je n ‘adorerai pas ce que vous adore
 
(3) non plus que vous n’êtes adorateurs de ce que j’adore
 
(4) ni moi adorateur de ce que vous aurez adoré
 
(5) ni vous adorateurs de ce que j’adore
 
(6)A vous votre religion, la mienne à moi. »
 
 
Celle-là est la sourate qui dénonce les actions des associants.
 
Le verset.Dis : « ø dénégateurs…" :
 
Parle de tout dénégateur sur la terre. Mais ceux à qui s’adresse ce discours sont les dénégateurs de Quraych. Ces derniers ont appelé l’Envoyé à l’adoration de leurs idoles durant une année, pour qu’eux adorassent son Adoré durant une année. C’est pourquoi Dieu a fait descendre cette sourate, dans laquelle Il ordonnait à Son Envoyé de se déclarer innocent de leur croyance.
 
 
Le v : "je n’adorerai pas ce que vous adorez"
 
Signifie : je n’adore pas les idoles.
 
 
Le segment : non plus que vous n’êtes adorateurs de ce que j’adore : non plus que vous n’êtes adorateurs de Dieu l’Unique.
 
Le v. ni moi adorateur de ce que vous aurez adoré : je ne suis pas votre voie d’adoration. Moi j’adore Dieu de la manière que Dieu aime et accepte.
 
Le v. ni vous adorateurs de ce que j’adore : vous ne suivez pas les préceptes de Dieu, pour L’adorer, vous avez plutôt inventé des choses : Ils ne suivent que la conjecture et les passions de l’âme.
 
 
L’Envoyé a en effet dénoncé la croyance des associants, et c’est pourquoi le principe de l’Islam est : Il n’est de dieu que Dieu, tandis que et Muhammad est l’envoyé de Dieu.
 
Autrement dit, il n’y a pas d’adoré en dehors de Dieu, et il n’y a pas de voie d’adoration en dehors de celle apportée par l’Envoyé.
 
 
Les associants vouent à des déités une adoration condamnée par Dieu. C’est pourquoi Il dit :
 
"A vous votre religion, et à moi ma religion."
 
Ce verset est synonyme de : S’ils te démentent, alors dis : « A moi mes œuvres, à vous les vôtres » nos actes sont à nous, à vous les vôtres.
 
 
Selon Al Imam Al-Bukhâry, le segment "votre religion" désigne la dénégation. E le segment "la mienne" désigne l’Islam.
 
 
Selon un autre savant, le v. "Je n’adorerai pas ce que sous adorez" signifie : Je n’adore pas ce que vous adorez, aujourd’hui et le temps qui me reste à vivre.
 
 

Le v. "non plus que vous n’êtes adorateurs de ce que j’adore". Selon les spécialistes de la langue arabe, cette manière de dire fait fonction de confirmation.

 

 
 
 

6. Prise de conscience dans le suivi du Prophète

 

 
 
O mon âme, tu es venu à moi avec l'idée bien pensante qu'il n'y a rien de mal à fêter noël, le jour de l'an, la saint valentin, pâques, Halloween, et toutes les autres fêtes", saches que le Prophète a demande a immédiatement demandé protection auprès de Dieu à l'écoute de cela, et qu'il s'est publiquement désengagé en désavouant leurs fêtes et leurs rites. Donc par là même, je me dois de rappeler à ma propre âme la parole d'Allah :
 
 
Quiconque obéit au Messager obéit certainement à Dieu. Et quiconque tourne le dos… Nous ne t'avons pas envoyé à eux comme gardien.
 
(Sourate 4, verset 80)
 
 
L'application des recommandations divine sur l'exemple de la meilleure créature de l'Univers, à savoir notre bien-aimé envoyé Mouhammad (salla Allahou 3alayhi wa salam) est valable partout et en toute époque, sans aucune exception. Et le fait que l’on habite ici ou ailleurs, à cette époque ou à une autre, ne lève pas du devoir qu'à chaque musulman d'appliquer pleinement sa religion, et il n'est contraint en rien, et cela en aucune manière de suivre et surtout pas de transmettre des pratiques d'une religion qui n'est pas la sienne.
 
 
Lorsque nous sommes confrontés à ce type de situation, à des évènements tels que "noël" ou "le jour de l'an". Le croyant, la croyante doit revenir Au Coran et à la Sounna bienfaisante, pour puiser dans la lumière de la réussite, et être ainsi sur le chemin bien-guider.
 
 
Lorsque le diable vient à ton oreille te dire quelques mots afin de jeter le trouble en toi, que ta raison et ton cœur rassemblent leurs forcent et disent :
 
"Dieu m'a honoré en étant musulman, musulmane. Il a mit à notre disposition les deux fêtes que sont "Al Aid Al fitr (à la fin du Ramadhan) et Aid Al Adh ha" (fête du sacrifice), Dieu sait parfaitement ou je vis, dans quel contexte je vis, à quelle époque je vis.
 
 
Il ne m'a pas opprimé en me mettant dans ce contexte, bien au contraire, c'est le contexte qui correspond le mieux aux capacités de ma personne, à vaincre les épreuves, à contourner les obstacles, à condition bien évidemment de rester fermement attaché au Coran et à la Sounna. Peu importe le regard des gens, il est bien moins pénible à supporter que la désobéissance à Dieu le jour du jugement.
 
A vrai dire, peu m'importe leurs satisfactions, elle est bien moins bénéfique que la course à l'agrément du Tout-Puissant."
 
 
O mon frère, o ma sœur, tourne ton cœur vers ton Seigneur, et dis lui que tu es musulman, que tu es musulmane. Et qu'être musulman, être musulmane, cela consiste à se soumettre pleinement, par la raison, par le cœur, et par le corps aux règles de Dieu. Peu importe l'endroit, peu importe la date et peu importe au milieu de qui je suis.
 
 
Quel fierté d'avoir offert son cœur à Allah.
 
 
Le fait de venir avec l'intention de "simplement" fêter le jour de l'an" et non pas de vouer un culte à autre qu'à Dieu, cela signifie que la personne ne tient pas compte des recommandations de Dieu à travers Ses versets du Coran.
 
 
Il est établit que celui qui obéit au Prophète obéit à Dieu. Conformément à parole Prophétique :
 
D'après Abou Horayra, le Prophète a dit :
 
 
"Celui qui m'a obéit a obéit à Dieu et celui qui m'a désobéit a désobéit à Dieu..."
 
(Al-Boukhari - Volume 9, livre 89, numéro 251).
 
 
Il n'appartient pas aux musulmans d'intervenir sur une affaire à propos de laquelle Dieu et Son Prophète ont déjà tranché :
 
 
Il n'appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois que Dieu et Son messager ont décidé d'une chose d'avoir encore le choix dans leur façon d'agir. Et quiconque désobéit à Dieu et à Son messager s'est égaré certes d'un égarement évident.
 
(Sourate 33, verset 36)
 
 
Quant à ceux qui viennent à toi dans le but qu'il te fasse prendre part à leurs fêtes, il est du devoir du musulman, de la musulmane, de répondre par la plus grande sagesse et la plus grande sociabilité, de respecter les autres pour ce qu'ils sont et pour ce qu'ils pratiquent, respecter leur religion, mais il incombe au musulman et à la musulmane de décliner leurs invitations, cela aussi courtoise soit-elle.
 
 
Le musulman reste musulman dans toutes les circonstances. Louanges à Dieu qui m’aime et m’a appris comment me protéger : Le suivi et l'attachement ferme au Coran et la Sounna.
 
 

 

Source:

 
http://islamoncoeur.xooit.com/t3794-A-propos-des-f%EAtes-de-noel-jour-de-l-an-halloween-st-vale.htm
 
 

 

Source:

 
Asbab Annouzoul (les causes de la revelation du Coran)
 
Abu Hassan Ali Ibn Ahmad Ibn Muhammad Ibn Ali Al Wahidi An-Naisaburi
 
Tafsir du Coran par Al Iman Isma'il Ibn Kathir
 
Hadith authentifié par Al Boukhari

Rédigé par Mashallah

Publié dans #Rappels